Getty Images

Une soirée tendue, qui réussit aux grands noms du championnat

Une soirée tendue, qui réussit aux grands noms du championnat
Par AFP

Le 25/10/2017 à 23:21Mis à jour Le 25/10/2017 à 23:26

SERIE A- Naples a repris la tête du championnat en s'imposant face au Genoa (2-3), lors de la 10e journée. La Juventus et la Lazio, qui ont gagné contre la Spal (4-1) et à Bologne (1-2), suivent le rythme. La Roma s'est imposée sur un penalty qui devrait faire parler en Italie. Cette soirée a surtout été disputée dans une ambiance tendue suite à la découverte d'images détournées d'Anne Frank.

Disputée dans une ambiance tendue au milieu de la tempête déclenchée par la découverte au Stade Olympique de Rome d'images détournées d'Anne Frank, la 10e journée de Serie A a souri à tous les grands noms du championnat et a été marquée par une avalanche de buts, dont plusieurs merveilles.

Naples et Juve répondent à l'Inter

L'Inter Milan avait pris les devants et la première place provisoire mardi en battant la Sampdoria Gênes 3-2. Mais Naples a repris son bien mercredi en battant sur le même score l'autre club génois, le Genoa. L'équipe de Maurizio Sarri a pourtant été menée au score après un but de Taarabt, mais elle a bien réagi avec notamment un doublé de Mertens. Elle conserve donc deux points d'avance sur l'Inter.

Un point derrière les Milanais, on retrouve la Juventus Turin et la Lazio Rome, qui se sont toutes les deux également imposées mercredi. Les Turinois ont battu 4-1 la Spal, promue et relégable. La Lazio de son côté est allée gagner 2-1 à Bologne. L'AS Rome (5e) a pour sa part souffert pour battre petitement Crotone 1-0 et son but sur penalty pour une faute très douteuse va faire parler alors que l'arbitre a utilisé la vidéo. Après trois défaites et un nul, l'AC Milan (8e) a enfin réagi avec un net succès 4-1 sur la pelouse du Chievo Vérone.

Paulo Dybala, Juventus-SPAL

Paulo Dybala, Juventus-SPALGetty Images

La soirée des merveilles

Difficile de savoir lequel est le plus beau des 34 buts de cette 10e journée et de cette soirée faste. Le Belge de Naples Dries Mertens est tout de même un candidat évident au premier prix avec ses deux réalisations du soir: d'abord un coup franc parfait en pleine lucarne puis, plus beau encore peut-être, un invraisemblable enchaînement contrôle du droit-frappe du gauche sous la barre. Le tout à très grande vitesse après une longue ouverture de Diawara.

Mais on a vu des merveilles aussi à Turin, signées Bernardeschi et Dybala. Sur l'ouverture du score de la Juventus, l'attaquant italien expédie une fantastique volée du gauche en pleine lucarne après un mouvement à trois avec Dybala et Douglas Costa. Quant à l'Argentin, il a comme Mertens réussi un coup franc limpide sur le but du 2-0. Candidats aussi aux récompenses, la frappe enroulée du Milanais Suso ou la demi-volée violente de Giovanni Simeone lors de la victoire 3-0 de la Fiorentina face au Torino. Un festival, vraiment.

Ambiance tendue

Ce qui s'est joué sur les pelouses a donc été souvent magnifique, mais ce qui s'est déroulé autour a parfois été moins brillant, au milieu de la polémique née des agissements de supporters de la Lazio qui ont collé au Stade Olympique de Rome des photos d'Anne Frank portant le maillot de la Roma.

A Bologne, ce sont ainsi des supporters isolés de la Lazio qui se sont fait remarquer. Selon la Gazzetta dello Sport, quelques dizaines d'entre eux ont ainsi entonné le chant fasciste "Me ne frego" (Je m'en fous, en italien) et ont effectué des saluts romains bras tendu avant d'entrer dans les tribunes du stade Dall'Ara. Comme prévu, les joueurs romains portaient à l'échauffement un t-shirt avec la photo d'Anne Frank au-dessus de l'inscription "Non à l'antisémitisme".

Et sur tous les terrains, les deux capitaines et l'arbitre ont remis à trois enfants un exemplaire de "Si c'est un homme", témoignage de déportation de l'écrivain italien Primo Levi. Les différents speakers ont également lu un extrait du Journal d'Anne Frank avant "une minute de réflexion sur la Shoah" demandée par la Fédération italienne, qui s'est souvent vite transformée en minute d'applaudissements. Mais à Turin, où jouait la Juventus, certains supporters ont tourné le dos à la pelouse et ont chanté l'hymne italien pendant cette célébration, alors qu'à Rome, où l'AS Rome affrontait Crotone, quelques tifosi ont couvert la lecture avec des chants en faveur de leur équipe

0
0