Eurosport

Ce que le mercato d'hiver nous a appris (ou rappelé)

Ce que le mercato d'hiver nous a appris (ou rappelé)

Le 02/02/2016 à 12:36

Le mercato hivernal est terminé depuis minuit et a été animé par des acteurs attendus, les Anglais, et d'autres plus incongrus, les Chinois. La L1, elle, a fait comme d'habitude : avec les moyens du bord.

La Chine s’est réveillée

Il y avait eu l'envolée du début des années 2010, avec les arrivées de Nicolas Anelka ou autre Didier Drogba du côté de Shanghai notamment. Et puis, plus rien. Ou pas grand-chose. Cet hiver, d'un seul coup, la Chine est brusquement sortie de sa longue hibernation, attirant Fredy Guarin (Shanghai Shenshua), Gervinho, Stéphane MBia (Hebei China Fortune) ou encore Ramires (Jiangsu Suning) dans ses filets. Ce dernier pour une somme astronomique (28 millions). Une question se pose désormais : combien de temps ces joueurs partis vers l'Empire du Milieu y resteront-ils ?

L'Angleterre a toujours autant d'argent à dépenser

Ce n’est pas une surprise. La Premier League est toujours aussi riche et le sera encore plus l'été prochain quand la manne providentielle des nouveaux droits TV ne sera plus une promesse mais une réalité (ils seront versés dès la fin de la saison 2016/2017, NDLR). Cet hiver, lundi pour être précis, deux clubs anglais ont cassé leur tirelire pour des footballeurs qu'on n'attendait pas forcément à ce prix-là : Everton pour Oumar Niasse (18 millions d'euros) et Stoke City pour Gianni Imbula (24). Et on passe sur Newcastle, qui a ouvert son porte-monnaie à hauteur de 38 millions (Shelvey, Townsend, Saivet) sans compter le prêt de Seydou Doumbia. Ou encore sur Norwich, très généreux pour Steven Naismith (Everton), Timm Klose (Wolfsburg) et Ivo Pinto (Zagreb). A l'arrivée, les clubs de Premier League ont dépensé 230 millions, selon le cabinet Deloitte. Un "plus haut" depuis 2011.

En L1, le bonheur est (plus que jamais) dans le prêt

Tabanou avec Saint-Etienne

Tabanou avec Saint-EtienneAFP

Bordeaux a plus d'ambition qu'il n'y parait

Marseille est prêt à être vendu

Il suffit de regarder le bilan du mercato pour comprendre ce qui se trame en filigrane. Deux prêts, dont un retour, et deux prolongations de contrat ont animé l'hiver olympien. Michy Batshuayi et Benjamin Mendy, soit les deux actifs les plus valorisables sur le marché, ont été prolongés. Florian Thauvin et Steven Fletcher ont, eux, débarqué en prêt et repartiront une fois les beaux jours revenus. La stratégie marseillaise est à peine voilée : rendre le club le plus bankable possible et sans boulets accrochés aux chevilles de potentiels acheteurs. France Football révélait d'ailleurs la semaine dernière qu'un mandat de vente avait été confié à la banque Rotschild. Pas un hasard.

Plus que jamais un marché de seconde zone

Le Real Madrid, le FC Barcelone, le Bayern, le PSG et les autres richissimes cadors n'ont pas bougé, hormis dans le sens des départs (ex : Cheryshev prêté par le Real à Valence) ou pour tenter des paris très calculés (ex : Tasci pris comme doublure au Bayern). Parce que l'on ne trouve pas son bonheur durant l'hiver quand on a beaucoup d’argent et un standing XXL. Les footballeurs qui changent de crémerie sont avant tout des joueurs de complétement. Les stars, elles, attendent l'été. Seul Chelsea, costaud en détresse, a tenté un coup pour redresser la barre en rapatriant Pato sur le Vieux Continent.

Vidéo - Opta Team - Ronaldo, Lewandowski, Pogba... A chaque championnat sa star !

02:37
0
0