Imago

Keke et Nico Rosberg, des champions du monde que tout oppose

Keke et Nico Rosberg, des champions du monde que tout oppose

Le 27/11/2016 à 17:07Mis à jour Le 27/11/2016 à 21:29

GRAND PRIX D'ABOU DABI - Keke Rosberg a remporté le titre en 1982 avec une pole position et une victoire dans une saison à 11 vainqueurs différents. 34 ans plus tard, son fils Nico a autrement marqué la saison aux avant-postes. Mais quand on y regarde de près, leurs trajectoires n'ont pas grand-chose en commun.

Nationalité : Finlandais et allemand

Né en Suède à Solna près de Stockholm, Keke Rosberg est devenu en 1982 le premier d'une lignée de champions du monde pour la Finlande poursuivie par Mika Häkkinen (1998, 1999) et Kimi Räikkönen (2007).

Nico? Né en 1985 outre-Rhin à Wiesbaden, il a grandi à Monaco, couru pour la Finlande avant d'adopter la nationalité de sa mère lors de sa seconde saison de Formule 3, en 2004. Un choix guidé par le cœur et l'attractivité de ce drapeau depuis les succès de Michael Schumacher.

Outsider et favori

C'est un euphémisme de dire que Keke Rosberg ne figurait pas parmi les candidats crédibles au titre au début de 1982. L'année précédente, il n'avait inscrit aucun point dans une écurie Fittipaldi en perdition et il avait surtout passé son temps à essayer de se qualifier. Payé au lance-pierre, moralement à bout, il avait même envoyé une lettre actant son refus d'honorer sa dernière année de contrat avec Fittipaldi…

Ce n'est jamais bon de se retrouver sans volant au mois de décembre, et c'est aux Etats-Unis qu'il comptait poursuivre sa carrière. Le miracle est arrivé quand Frank Williams a pensé à lui avant le coup d'envoi du Mondial 1982, lui offrant une place qui s'est transformée en statut inespéré de leader après deux courses. Carlos Reutemann venait d'un coup de signifier son ras-le-bol du monde des Grands Prix. Des circonstances parfois dramatiques l'ont placé en situation de rafler la mise.

Nico Rosberg n'a jamais connu ce genre de galère et c'est dans le rôle de co-favori qu'il a attaqué 2016 au sein de Mercedes, l'équipe à battre.

Team indépendant et écurie constructeur

Keke Rosberg, c'est aussi l'histoire du petit qui a terrassé les grands : il pilotait en 1982 une Williams à moteur Ford atmosphérique en perte de vitesse face à une cohorte de bolides à moteurs turbocompressés. Il a d'ailleurs été le dernier champion du monde de l'ère atmo avant cinq ans de domination Turbo.

Chez Mercedes, Nico Rosberg a bénéficié cette année de l'avant-garde technologique. De la puissance industrielle et financière de la marque sans égale dans la pitlane.

Du tout au tout en qualification

Keke Rosberg, c'est un spectaculaire style de bucheron (tendance survireur) à qui rien ne résistait et qui tranche aujourd'hui avec la façon quasi clinique de son fils (au style sousvireur) dans un environnement où la précision est reine et les travers interdits. Avec son modeste V8 Ford préparé par Cosworth, Keke n'avait sûrement pas les armes pour se battre pour des pole positions. Il en a réalisé une seule en 1982, à Brands Hatch, et dans l'histoire de la Formule 1 seul Denny Hulme s'est couronné (en 1967) avec moins de pole positions (zéro donc) que lui.

A l'inverse, Nico s'est montré brillant dans l'exercice du tour unique en signant pas moins de huit positions de pointe. Un passage obligé vers le succès dont il a tiré un grand parti.

Une victoire contre neuf

C'est également à peine croyable, mais Keke Rosberg a été champion du monde il y a 34 ans en gagnant la première course de sa vie en Formule 1 : le Grand Prix de Suisse, sur le circuit français de Prenois, près de Dijon. En doublant Alain Prost (Renault) à deux tours de la fin. Un seul pilote a affiché si peu de victoire pour régner : Mike Hawthorn (Ferrari) en 1958.

Nico est au contraire l'un des champions les mieux couronnés, avec pas moins de neuf succès.

Championnat ouvert contre championnat fermé

Keke Rosberg a été le champion du monde d'une saison 1982 maudite (mort de Gilles Villeneuve, accident grave de Didier Pironi) et incertaine qui a conduit 11 pilotes différents sur la plus haute marche du podium. A l'inverse, Nico Rosberg a été le roi d'une saison 2016 à quatre vainqueurs, répartis en deux écuries.

Visuel Keke versus Nico
0
0