Daimler AG

Lewis Hamilton (Mercedes) s'offre sa 50e pole position et la nouvelle qualif un fiasco

Hamilton s'offre sa 50e pole position et le nouveau format de qualif un fiasco

Le 19/03/2016 à 12:50

Lewis Hamilton (Mercedes) a obtenu la première pole position de la saison, samedi à Melbourne, devant son coéquipier Nico Rosberg, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen (Ferrari). Il s'agit de la 50e pole position en carrière pour le Britannique triple champion du monde, sa cinquième à Melbourne.

Lewis Hamilton (Mercedes) avait raté le coche lors des sept derniers grands prix de 2015 mais l'insupportable attente a pris fin pour lui samedi à Melbourne avec une nouvelle pole position, sa 50e en carrière. Le Britannique peut nourrir la satisfaction d'avoir totalement maîtrisé le nouveau format de qualification, au contraire de son coéquipier allemand Nico Rosberg qui l'accompagnera dimanche à 06H00 sur la grille de départ de la première des 21 épreuves de la saison.

Le triple champion du monde de la firme à l'Etoile a dominé une heure durant son voisin de garage au pilotage et au cran. Il a déroulé pendant que le vice-champion du monde 2014 et 2015 débutait la Q1 par une sortie de piste au premier virage, et la Q3 par un tour à plus d'une seconde de lui. Lewis Hamilton a ainsi posté sa Mercedes pour la troisième année consécutive en pointe à Melbourne, la cinquième fois en tout depuis ses débuts en 2007, soit seulement une de moins que Michael Schumacher.

Ferrari a capitulé

Au final, Hamilton a battu Rosberg de 0"360, un écart assez confortable qui confirme son enthousiasme hivernal pour la nouvelle Flèche d'argent W07. "Je me suis vraiment éclaté dans la voiture. Il y a eu quelques tours sexy et tout a baigné", a déclaré Hamilton. "Mon dernier tour a été bon, Lewis a tout simplement fait un meilleur boulot… Il reste des opportunités demain…", a lâché Rosberg.

En deuxième ligne, on retrouve les Ferrari de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen (Ferrari), à respectivement 0"838 et 1"196. Des retards qui suggèrent tout le travail restant à effectuer chez les Rouges pour espérer faire trembler les Gris. Mais il faut noter que, dans l'incapacité de menacer Mercedes, Ferrari a préféré demander à ses champions du monde allemand et finlandais de renoncer à passer un second train de "super tendre".

"Nous avons progressé. Nous nous attendions à ce qu'ils soient rapides en qualification mais ce sera plus serré demain", a relativisé Vettel.

Toro Rosso devant Red Bull

Cette décision prise quatre minutes avant la fin de la Q3 a choqué puisqu'elle a laissé les Mercedes seules en piste et suscité beaucoup de questions sur la validité de la nouvelle formule de qualification. Le système à élimination directe d'un pilote toutes les 90 secondes promettait du suspense jusqu'à drapeau à damier, avec deux pilotes en duel pour la pole position. On n'a rien vu de tout ça et Bernie Ecclestone, à l'origine de l'idée, en est le premier responsable.

La suite de la hiérarchie confirme une supputation des essais de pré-saison, à savoir que la Toro Rosso passée au moteur Ferrari est meilleure que la Red Bull restée avec le Renault. Au moins sur un tour. Max Verstappen, révélation de 2015, s'est hissé au 5e rang devant la Williams de Felipe Massa, l'autre STR11 de Carlos Sainz et la RB12 de Daniel Ricciardo. La seconde Red Bull de Daniil Kvyat ? Victime d'un mauvais timing et sortie dès la Q1 (18e).

Enfin, on peut retenir les honorables 12e et 13e places des McLaren de Fernando Alonso et Jenson Button et la 19e position de Romain Grosjean pour les débuts de Haas.

0
0