Getty Images

Sebastian Vettel (Ferrari) en pole position, Lewis Hamilton (Mercedes) 5e

En pole position, Vettel en met un coup au moral d'Hamilton

Le 16/09/2017 à 16:05Mis à jour Le 16/09/2017 à 17:06

GRAND PRIX DE SINGAPOUR - Sebastian Vettel (Ferrari) a réalisé le meilleur temps de la qualification de la 14e manche du Mondial, samedi, devant Max Verstappen et Daniel Ricciardo (Red Bull). Le numéro 1 mondial, Lewis Hamilton (Mercedes), partira cinquième.

Sebastian Vettel exulte avant de s'empresser de remercier son équipe à la radio. Au milieu de propos euphoriques, il révèle qu'il ne croyait pas à la pole position. Pas à la possibilité de battre les Red Bull sur ce circuit de Singapour où les qualités aéro de la machine autrichienne font merveille.

"J'ai crié aussi fort que les supporters, c'était incroyable", a réagi Vettel, auteur de sa 49e pole position, sa quatrième dans les rues de la cité-état après 2011, 2013 et 2015. "Je suis encore rempli d'adrénaline. La voiture a été sensationnelle."

Au bout d'un tour magique en 1'39"669, l'Allemand a justifié sa réputation de quadruple champion du monde au volant d'une Ferrari présentant finalement peut-être le package le plus complet. Qui avait déjà fait "mouche" à Monaco, en contraste au désastre vécu par Mercedes.

Le coup est passé près. Plus rapide en essais libres, en Q1 et en Q2, Red Bull a craqué au plus mauvais moment, Max Verstappen et Daniel Ricciardo échouant aux deuxième et troisième rangs, à respectivement 0"323 et 0"349. Devant la seconde "rossa" de Kimi Räikkönen et la Mercedes de Lewis Hamilton, qui a sauvé les meubles.

" Je n'avais pas prévu que Ferrari soit aussi rapide"

Cinquième à 0"635, le numéro un mondial britannique a encaissé un premier K.-O. technique sur ce tracé qui a propulsé sept fois en neuf éditions le poleman vers la victoire. Et c'eut être huit si on se souvient que lui-même, largement en tête, avait été stoppé par sa mécanique en 2012. Cinquième, ça lui assurera toujours une place sur la partie propre de la piste, une maigre consolation qui reste mieux que la faillite totale de son coéquipier Valtteri Bottas, sixième à 1"319 et dépassé depuis le début du week-end.

"Chaque année, c'est généralement difficile pour nous ici", a déclaré Hamilton au micro de Sky Sports. "Nous savions que cela serait éprouvant aujourd'hui mais je n'avais pas prévu que Ferrari soit aussi rapide. Je voyais les Red Bull aussi rapides qu'elle l'ont été." Bref, sans parler de deux heures dans une chaleur et humidité oppressante, c'est un pénible dimanche auquel s'attend #LH44. Avec probablement pour seul échappatoire la voiture de sécurité invariablement de sortie en course depuis la création du Grand Prix de Singapour en 2008.

Derrière cette bande des six, il n'y a que des heureux. A commencer par Nico Hülkenberg (Renault), septième à seulement 1"522, Fernando Alonso, Stoffel Vandoorne (McLaren) et Carlos Sainz (Toro Rosso) qui complète le Top 10.

Vidéo - Réservoirs doubles, espionnage à 100 millions, crashgate : les plus vilaines tricheries en F1

01:27
0
0