Getty Images

Bonus-malus : Vettel (Ferrari) maudit, Hamilton (Mercedes) solide, Ocon (Force India) étincelant

Bonus-malus : Vettel maudit, Hamilton solide, Ocon étincelant

Le 08/10/2017 à 17:30Mis à jour Le 08/10/2017 à 17:33

GRAND PRIX DU JAPON - Sebastian Vettel (Ferrari) a encore été lâché par son matériel dimanche et Lewis Hamilton (Mercedes) en a profité quasiment sans se faire peur. Sixième, Esteban Ocon (Force India) a, quant à lui, signé une nouvelle perf'. Voici ce que l'on retiendra de la 16e manche du Mondial.

La note : 3/5

De part la nature de son tracé, Suzuka ne produit pas énormément de dépassements, et on a effectivement vu peu de choses palpitantes en la matière dimanche.

Le vainqueur : Lewis Hamilton (Mercedes)

Il n'a pas fait un départ fulgurant mais Sebastian Vettel (Ferrari) - déjà en difficulté - lui a donné un petit coup de pouce en coupant la route des Red Bull. L'ajustement de pression des pneus qu'il a demandé dans le tour de mise en pré-grille a peut-être été décisif, tant sa W08 a été parfaite pendant 53 tours malgré une hausse de la température de piste de 27°C samedi à 44°C ce dimanche.

Sa seule frayeur resterait donc le régime de voiture de sécurité virtuelle en fin de parcours qui a fait baisser la température dans ses pneus. Il a eu beaucoup de mal à la récupérer et le trafic a fait le reste. Max Verstappen (Red Bull) a failli l'attaquer mais Fernando Alonso (McLaren), sanctionné pour non-respect des drapeau bleus, et Felipe Massa (Williams) l'ont aidé à tenir le Néerlandais à distance dans les deux derniers tours.

61e victoire en carrière, troisième à Suzuka, quatrième au Japon, huitième de la saison et 143 points sur 150 possibles depuis dix meetings : c'est bien un rythme de champion.

Le performer : Esteban Ocon (Force India)

Neuf tours en P3 et une gestion impeccable des pneus face à un coéquipier, Sergio Pérez, dont c'est la spécialité. Le Français, 6e à l'arrivée, construit peu à peu son statut de leader chez Force India.

Esteban Ocon (Force India) au Grand Prix du Japon 2017

Le grand battu : Sebastian Vettel (Ferrari)

Peut-on dire qu'il est le grand battu puisqu'il n'a même pas pu se battre ? Trahi pour la deuxième fois en neuf jours par la fiabilité de sa Ferrari, il a eu une réaction encore une fois à la Michael Schumacher, c’est-à-dire exemplaire face aux défaillances de son équipe. Il refuse de baisser les bras mais les quatre dernières courses vont plutôt servir à préparer 2018.

L'attaquant : Kevin Magnussen (Haas)

Dans la bonne rubrique, pour une fois… Au 41e tour, le Danois a surpris Massa dans sa sieste de l'après-midi au virage n°1 pour s'emparer de la 8e place. "Good boy !", s'est écrié son ingénieur.

Les réprimandés : Sebastian Vettel (Ferrari) et Fernando Alonso (McLaren)

Une même punition - une réprimande et deux points de retrait sur leur super licence - mais pas pour le même motif. L'Espagnol, en bagarre pour la 10e place avec Felipe Massa (Williams), a négligé l'arrivée de Lewis Hamilton (Mercedes) derrière lui en fin de Grand Prix malgré des avertissements visuels clairs.

L'Allemand était, lui, absent lors de l'hymne national nippon, quinze minutes avant le départ.

Sebastian Vettel (Ferrari) au Grand Prix du Japon 2017

Le bonus : Suzuka, le circuit des champions

Série en cours : depuis 2004, c'est un champion du monde qui gagne à Suzuka.

Le malus : Le suspense

C'est si important de voir deux champions se départager en piste dans la dernière ligne droite du championnat... Le nouveau problème de fiabilité sur la Ferrari de Sebastian Vettel a rendu ce spectre un peu plus impossible.

La question : Fallait-il neutraliser la course ?

Non, mille fois non, et surtout pas pour entretenir un suspense artificiel. La Formule 1 ne doit pas s'abaisser aux faiblesses culturelles d'autres championnats, pour quelque raison que ce soit. Une voiture de sécurité virtuelle est la meilleure innovation depuis longtemps et les problèmes de baisse de température rencontrés par Hamilton - pour ne citer que lui - en fin de course a rappelé que la chute de pression dans les pneus aurait été plus nette avec une neutralisation et donc plus dangereuse au moment du restart.

Le chiffre : 21

21e course consécutive dans les points pour Lewis Hamilton. Record personnel.

La déclaration : Lewis Hamilton (Mercedes)

" Les gars réalisent un travail phénoménal dans la manière dont ils fabriquent la voiture, pour s'assurer que chaque pièce est de la meilleure qualité possible. Mercedes domine vraiment dans ce domaine."
Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix du Japon 2017
0
0