Renault F1 Limited - LAT

Piquet prend la porte

Piquet prend la porte
Par Eurosport

Nelson Piquet Jr. a annoncé lundi qu'il avait été remercié par Renault. "J'ai reçu une lettre de Renault F1 m'indiquant leur intention de ne plus me faire piloter pour eux cette saison", a indiqué le pilote brésilien dans un communiqué. Au passage, il règle ses comptes avec Flavio Briatore...

Décidément, ça bouge cet été en F1. Après Sébastien Bourdais, limogé par Toro Rosso avant le Grand Prix de Hongrie, la dernière victime en date se nomme Nelson Piquet Junior. Le Brésilien a été débarqué par Renault, ainsi qu'il l'a annoncé lui-même dans un communiqué publié sur son site internet. "J'ai reçu un courrier de Renault me signifiant son intention de ne plus me confier un volant en Formule 1 cette saison", a expliqué le fils du triple champion du monde dans les années 80.

Comme pour Bourdais, son éviction est tout sauf une surprise. Des rumeurs de départ circulaient depuis plusieurs semaines déjà. Piquet a vécu une saison très difficile et il n'avait d'ailleurs toujours pas marqué le moindre point en 10 courses. En 2008, il avait terminé à la 12e place du classement pilotes, avec 19 points. " Je souhaite remercier le petit groupe de personnes qui m'ont soutenu et avec qui j'ai travaillé chez Renault F1, a-t-il confié, même si c'est bien évidemment avec une grande déception que j'ai accueilli cette nouvelle. Je vais pouvoir désormais aller de l'avant, remettre ma carrière sur de bons rails et essayer de retrouver ma réputation de pilote rapide et gagneur".

La porte ouverte pour Grosjean

Au-delà de la déception, Piquet vide aussi son sac. Manifestement, il avait eu le temps de sentir le vent tourner et de préparer sa sortie. Ainsi fait-il de Flavio Briatore son "exécuteur ", et règle ses comptes avec ce dernier, estimant avoir subi des pressions. "Il est arrivé plusieurs fois qu'à 15 minutes du début des qualifications ou du départ, mon patron d'écurie (NDLR: Briatore) me menace, en me disant que si je n'obtenais pas de bons résultats, il avait déjà un autre pilote prêt à prendre ma place". Il qualifie également les derniers mois de "pire période de sa carrière ", qui a débuté selon lui quand il a lié son destin à celui de Briatore. Dans son (très) long communiqué, Piquet Jr évoque ainsi son "soulagement" tout autant que sa déception. "Il y a des douzaines de personnes avec lesquelles j'ai travaillées pendant ma carrière qui pourraient louer mon talent et ma personnalité, sauf, malheureusement, la personne qui a eu le plus d'influence sur ma carrière en Formule 1."

Il relate également quasiment l'intégralité de sa carrière, depuis ses débuts à l'âge de huit ans. Le désormais ex-pilote Renault rappelle ainsi qu'en 2008, il avait signé "la meilleure première saison" jamais accomplie par un pilote brésilien. Déversant toute son amertume, Piquet estime qu'on ne lui a pas permis de remplir les objectifs qui lui avaient été fixés de façon contractuelle pour l'année 2009, à savoir marquer au moins 40% du total de points de son coéquipier Fernando Alonso à mi-saison. "J'étais optimiste mais, hélas, les promesses ne se sont pas transformées en réalité, regrette le Brésilien. J'ai complété 2002 kilomètres en essais privés contre 3839 pour Fernando. Seulement, trois de mes jours de testing ont eu lieu sur le sec. Seulement une journée de test de Fernando s'est déroulée sur le mouillé (...) En plus de ça, sur les neuf premières courses de l'année, Fernando a bénéficié d'améliorations sur la voiture que je n'ai pas eues. Les ingénieurs m'ont confirmé que sur ces courses, ma voiture était moins rapide de 5 à 8 dixièmes au tour que celle de mon coéquipier ."

Renault, qui n'a pas encore confirmé le licenciement de Nelson Piquet Jr, devrait annoncer rapidement le nom de son successeur. La piste la plus crédible mène à Romain Grosjean, actuel pilote-essayeur de l'écurie française. "Plus ça va, plus on s'en rapproche. Mais tant que rien n'est concrétisé, rien n'est sûr", avait confié le Franco-Suisse ce week-end, à propos de sa possible arrivée en F1. "J'ai commencé la saison en me disant que j'avais une saison de GP2 à faire. S'il y a plus, ce sera du bonus. Sinon, le GP2, c'est quand même un bon championnat", observe Grosjean, 23 ans, qui vise "le titre" pour sa seconde saison dans cette catégorie, dont il occupe actuellement la deuxième place.

0
0