Getty Images

"F1 2017", un jeu plébiscité par les pilotes et un outil de reconquête des fans

"F1 2017", jeu plébiscité par les pilotes et outil de reconquête des fans
Par AFP

Le 04/09/2017 à 18:26Mis à jour Le 04/09/2017 à 19:08

F1 2017 - Liberty Media a fait un pas de plus vers le recrutement de jeunes fans avec l'édition très réussie dun nouvel opus de Codemasters.

La sortie du très réussi "F1 2017", qui a déjà séduit les pilotes du plateau biberonnés aux jeux vidéo, s'inscrit idéalement dans la stratégie du nouveau propriétaire de la F1, Liberty Media, qui cherche à tout prix à attirer une audience plus jeune. "Liberty Media a conscience que, dans son projet d'attirer des spectateurs plus jeunes vers la discipline, un jeu à la hauteur est indispensable", faisait ainsi observer un expert des médias en marge du Grand Prix de Italie, à Monza.

Le groupe de médias américain, qui doit valoriser un produit acheté pour 4 milliards d'euros, s'est lancé dans une vaste opération de reconquête de la tranche des 15-24 ans qui, dans beaucoup de pays, n'a jamais vu un GP, la diffusion étant payante. Ce que Sean Bratches, directeur général des opérations commerciales de la Formule 1, appelle "la sensibilisation des fans et le renforcement de l'attractivité de notre sport".

Depuis l'éviction en janvier de Bernie Ecclestone, équipes et pilotes ont ainsi le droit de poster librement sur les réseaux sociaux, une véritable révolution après une quarantaine d'années de mystère savamment entretenu.

Autre première dans l'histoire de la Formule 1, l'horaire de la qualification du prochain au Grand Prix des Etats-Unis d'Amérique a été retardé de deux heures pour les rapprocher du concert de Justin Timberlake prévu en soirée. Liberty Media a aussi lancé le premier "F1 Fan Festival", avec animations et DJ, lors du dernier GP d'Espagne à Barcelone et organisé une parade spectaculaire en juillet dans les rues de Londres, des événements amenés à se multiplier.

Génération jeux vidéo

Dans ce contexte, le groupe doit se féliciter, alors que les ventes du jeu vidéo officiel s'étaient écroulées entre 2011 et 2015, que l'éditeur Codemasters ait mis les bouchées doubles après un excellent épisode 2016 qui avait enfin redoré le blason de la franchise.

Son dernier-né, disponible depuis le 24 août sur PlayStation 4, Xbox One et PC, constitue bien plus qu'une simple mise à jour annuelle conforme aux nouvelles règles de la saison en cours. Dans le but qu'il devienne un titre phare du e-sport, il reçoit d'ailleurs le soutien actif de la FIA dans la création qu'un championnat.

"Le jeu de cette année est plus réaliste, en particulier sur le comportement de la voiture", confirme à l'AFP Max Verstappen. "Jusqu'à ce que je débute chez Toro Rosso en 2015, je jouais à tous les jeux de voitures, et à ceux de F1 évidemment", explique le pilote Red Bull, pas encore 20 ans. Le plus jeune vainqueur d'un GP de l'histoire s'entraîne désormais sur le simulateur à vérins hydrauliques de son écurie à Milton Keynes.

Max Verstappen (Red Bull) au Grand Prix de Italie 2017

Max Verstappen (Red Bull) au Grand Prix de Italie 2017Getty Images

"J'ai prévu d'acheter le jeu dès que je rentre chez moi après l'Italie", confiait lui chez Sauber Pascal Wehrlein, 22 ans. L'Allemand fait partie d'une génération de pilotes pour laquelle les jeux vidéo en général et ceux de course en particulier ont toujours fait partie du décor.

Hamilton jouait Schumacher

Le Français Esteban Ocon (Force India) s'est ainsi familiarisé avec des circuits sur lesquels il n'avait jamais roulé grâce aux précédentes versions du jeu.

"Enfant, j'avais l'habitude de jouer sur mon ordinateur les jours de course", a rappelé Lewis Hamilton après sa victoire en Italie, où il a battu le record de poles de Michael Schumacher.

"Je regardais Michael courir à la TV et je faisais les essais en parallèle, en choisissant évidemment de l'incarner", s'est remémoré le Britannique, se sentant pour cela "encore plus bizarre" d'avoir dépassé un de ses modèles. Si le triple champion du monde est d'humeur nostalgique, il pourra se faire plaisir en conduisant virtuellement la voiture de sa première idole, Ayrton Senna.

"F1 2017" propose en effet de rouler avec d'anciens modèles, notamment la mythique McLaren MP4/6, pilotée en 1991 par le Brésilien. Et donc de profiter du son parfaitement modélisé du V12 Honda de l'époque, bien plus rugissant que les actuels V6 hybrides, peu appréciés des fans, jeunes comme vieux.

Lewis Hamilton (Mercedes) parmi les tifosi au Grand Prix de Italie 2017

Lewis Hamilton (Mercedes) parmi les tifosi au Grand Prix de Italie 2017Getty Images

0
0