2012 GP de Hongrie Ferrari Stella Alonso Domenicali - Ferrari S.p.A.
 
Article
commentaires
Formule 1 > Saison 2012

Polémiques et gaffes du championnat du monde 2012 : épisode 1

2012 : une saison de polémiques et de gaffes, épisode 1

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 29/11/2012 à 19:07 -
Par Eurosport - Le 29/11/2012 à 19:07
Retour sur une saison de rivalités et de tensions en piste et en coulisses, avec quelques uns des épisodes les plus révélateurs. Ce premier volet est consacré aux dix premiers grands prix.

01-GP d'Australie

DPPI

La Q2 s'achève dans un bac à gravier pour Alonso, qui réclame qu'on tracte sa F2012 pour l'en sortir. C'est interdit et il passe sa colère sur un commissaire dans un geste de fort mauvaise humeur.

Maldonado (Williams) attaque Grosjean (Lotus) au virage N.13 et ferme la porte. Le Français abandonne. Les deux protagonistes se rejettent la faute.

02-GP de Malaisie

Grosjean (Lotus) défraie encore la chronique en envoyant Schumacher (Mercedes), en tête-à-queue sur une piste mouillée.

Karthikeyan (HRT) se fait prendre un tour par Vettel (Red Bull) mais se rabat trop vite et occasionne une crevaison. L'Indien reçoit un drive through et se fait traiter d' "idiot" et de "concombre (ou cornichon) sur la route" par l'Allemand. Il donne le change quelques jours plus tard en le qualifiant de "pleurnichard".

Red Bull et Lotus jugent double le F-duct de la Mercedes illégal. Mercedes pointe les échappements et la cartographie moteur de la Red Bull…

03-GP de Chine

Lotus porte réclamation sur le double F-Duct de la Mercedes. Pour les commissaires de la FIA, c'est légal : le dispositif influe sur l'aérodynamique de la monoplace, certes, mais il n'est pas activé directement par le pilote.

04-GP des Bahreïn

L'épreuve avait été annulée en 2011 en raison de la violente répression par le régime des soulèvements populaires. La FOM et la FIA maintiennent le grand prix 2012 et soutiennent les autorités locales malgré de graves incidents lors des protestations quotidiennes, qui font un mort à la veille de la course.

Force India boude les essais libres 2 suite à la défection de deux de ses membres, choqués par l'explosion d'un cocktail molotov devant leur voiture en se rendant au circuit. La réalisation de la FOM ignore l'équipe en essais libres 3 et en qualification.

Rosberg oppose une résistance de forcené à Hamilton puis Alonso. L'Anglais et l'Espagnol s'insurgent. La FIA estime que l'Allemand "a tenu sa ligne constamment et régulièrement".

DPPI

Schumacher critique Pirelli, ce que le manufacturier a interdit en échange de la gratuité de ses gommes. "Je suis mécontent que tout un chacun doive piloter en deçà d'un niveau, et en particulier la voiture à la limite des pneus", peste le septuple champion du monde. "Je demande simplement si les pneus doivent jouer un si grand rôle, ou s'il doivent durer un peu plus longtemps – à une vitesse normale pour une voiture de course normale et non se promener comme avec voiture de sécurité."

Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport, lui répond : "Je suis déçu d'entendre ces commentaires. Les autres se sont accommodés des pneus et les ont fait fonctionner."

05-GP d'Espagne

Vettel (Red bull), à cours de "tendre", n'enregistre aucun chrono en Q3, et Schumacher (Mercedes) et Kobayshi (Sauber) font l'impasse pour économiser leurs pneus. Les spectateurs peuvent se sentir floués mais Horner (Red Bull) défend "un jeu tactique".

06-GP de Monaco

Grogne chez Lotus : Räikkönen déclare sa E20 "inconduisible" après un tour d'installation jeudi matin et part déambuler.

Schumacher perd sa pole position à cause d'une pénalité de cinq places reçue au GP d'Espagne.

Le fond plat des Reb Bull est ajouré, et c'est interdit par le règlement. Le gp démarre sans que l'on sache si les RB8 sont légales. Les équipes rivales se retiennent de porter réclamation et la FIA ne se laissera plus abuser.

Grosjean (Lotus), obligé de manœuvrer en urgence au départ, se frotte à Schumacher (Mercedes) et abandonne en travers du virage N.1. Kobayashi (Sauber) ne peut l'éviter. "C'était encore Grosjean. Ce fut Perez en Espagne, maintenant c'est Kobayashi", peste Peter Sauber.

07-GP du Canada

Jacques Villeneuve ne supporte le mouvement social étudiant, qui dure depuis des semaines, dénigre l'épreuve. "Je pense que ces gens ont grandi sans jamais entendre leurs parents leur dire non. C'est ce qu'on voit dans les rues en ce moment", lance le champion du monde 1997. Pour cela, il explique avoir reçu "un paquet de courriels injurieux, insultants, même certains dangereux", allant jusqu'à des "menaces de mort".

08-GP d'Europe

Maldonado (Williams) devient un vrai problème pour ses collègues. En voulant doubler Hamilton (McLaren) en fin de course, il s'est fait claquer la porte au nez. Il revient en piste pour mieux envoyer la MP4-27 dans le décor. Drive through.

09-GP de Grande-Bretagne

La pluie transforme les abords du circuit en marécage le vendredi, et les organisateurs recommandent "fermement" aux spectateurs de ne pas venir s'embourber en voiture sur les parkings, et de rester chez eux le samedi. La Q2 est interrompue une heure et demie la piste inondée dans plusieurs virages. Remboursement de plusieurs milliers de billets.

Maldonado (Williams) élimine cette fois Pérez (Sauber) en lui opposant une résistance un peu excessive. Le Mexicain demande à la FIA de le calmer : "C'est un pilote très dangereux et il peut faire mal à quelqu'un."

10-GP d'Allemagne

Jo Bauer, le délégué technique de la FIA, transmet le matin de la course un avis défavorable sur la cartographie moteur des Red Bull. La direction de course constate que le règlement est mal écrit et décide de "ne pas donner suite". La solution "très intelligente" d'Adrian Newey permet de "séparer les gaz d'échappement chauds et froids". Mais le dispositif est en sursis.