Getty Images

Tiger Woods avait cinq médicaments dans le sang lors de son arrestation

Anti-douleur à base d'opium, composant chimique de marijuana... 5 médicaments dans le sang de Woods
Par AFP

Le 15/08/2017 à 06:38Mis à jour Le 15/08/2017 à 11:23

Retrouvé endormi au volant de sa voiture le 29 mai dernier à Jupiter en Floride, Tiger Woods était sous l'emprise de cinq médicaments, dont un anti-douleur à base d'opium, un anti-dépresseur ou encore un composant chimique de la marijuana. C'est ce qu'ont révélé les analyses toxicologiques pratiquées sur l'ex-numéro 1 mondial.

Tiger Woods, l'ancien N.1 du golf mondial retrouvé endormi au volant de sa voiture garée sur le bas-côté de la route en mai, avait alors cinq molécules médicamenteuses dans le sang, selon les résultats du test publié lundi.

L'homme aux 14 titres en Grand Chelem avait été retrouvé endormi au volant de sa voiture, moteur et phares allumés, le 29 mai, sur le bas-côté de la route menant à Jupiter (Floride), où il vit. Le rapport toxicologique publié lundi par le sheriff du comté de Palm Beach a démontré que l'ancien golfeur vedette était alors sous l'influence de cinq médicaments.

Le test urinaire auquel avait dû se soumettre Tiger Woods a notamment révélé la présence d'hydrocodone, un anti-douleur à base d'opium vendu sous la marque Vicodin, mais aussi d'hydromorphone, un autre puissant anti-douleur, ou d'alprazolam, un anti-dépresseur aussi connu sous le nom de Xanax.

In this handout photo provided by The Palm Beach County Sheriff's Office, golfer Tiger Woods is seen in a police booking photo after his arrest on suspicion of driving under the influence (DUI) May 29, 2017

In this handout photo provided by The Palm Beach County Sheriff's Office, golfer Tiger Woods is seen in a police booking photo after his arrest on suspicion of driving under the influence (DUI) May 29, 2017Eurosport

Les deux autres molécules décelées étaient du zolpidem, un somnifère vendu sous le nom d'Ambien, et du THC, un composant chimique de la marijuana. "Comme je l'ai déjà dit précédemment, j'avais un soutien professionnel pour gérer mes médicaments", a témoigné Tiger Woods lundi. "Mais récemment, j'ai essayé de gérer moi même mes douleurs au dos et mes problèmes de sommeil, dont de l'insomnie, et je réalise maintenant que c'était une erreur de le faire sans assistance médicale", a ajouté le golfeur.

Le 9 août, Woods, 41 ans, a plaidé non coupable pour conduite sous influence. Selon le New York Post, Woods plaidera coupable, le 25 octobre, pour conduite dangereuse et acceptera d'être mis à l'épreuve pendant 12 mois tout en suivant un programme de réhabilitation réservé aux délinquants de la route après une première infraction. Il devra également accomplir 50 heures de travaux d'utilité publique.

Cette action lui permettra d'échapper au chef d'accusation de conduite sous influence, sanctionnée d'une peine de prison dans certains cas.

Eloigné des parcours de golf pendant quinze mois entre 2015 et 2016 à cause de son dos, il avait tenté un retour sur le circuit professionnel fin 2016-début 2017, mais avait dû mettre fin à sa saison après seulement deux compétitions en raison de nouvelles douleurs au dos. Fin avril, Tiger Woods a été opéré du dos pour la quatrième fois depuis 2014.

0
0