Panoramic

La France hausse le ton et passe le premier cap

La France hausse le ton et passe le premier cap

Le 17/01/2016 à 20:53

Dimanche à Cracovie, l'équipe de France s'est imposée face à la Serbie (36-26) et est qualifiée pour le tour principal du Championnat d'Europe. Une bonne chose de faite.

Claude Onesta avait demandé aux siens de réagir. Loin de se satisfaire de la victoire à l'écart trompeur contre la Macédoine (30-23), le sélectionneur français avait même décidé de piquer au vif ses plus jeunes joueurs avant ce deuxième match. Face à la Serbie dimanche soir, les Bleus l'ont entendu pour présenter une prestation aboutie, à l'image d'offensives bien plus libérées et d'une seconde période très propre et "remportée" avec un écart de sept buts.

Même s'ils ont un temps affiché moins de sérénité en défense qu'en ouverture du tournoi, les coéquipiers de Nikola Karabatic ont disposé aisément de leurs adversaires pour leur infliger au final dix points d'écart (36-26), avec une rotation dans l'effectif en fin de match. Désormais à l'étage supérieur, les Tricolores doivent maintenant se pencher sur la Pologne, qui fera office de premier réel test en vue de la course aux demi-finales.

Les jeunes en confiance

Rentré au fil d'une deuxième période très appliquée, Kentin Mahé a montré qu'il est une alternative de luxe sur l'aile gauche. Son pote Théo Derot n'a quant à lui pas manqué d'inscrire ses deux premiers buts dans un tournoi international en toute fin de match. Et à leurs côtés, Nedim Remili ou encore Benoit Kounkoud ont tenu la baraque dans les dernières minutes jusqu'à porter, par eux-mêmes, l'écart à +10.

Ludovic Fabregas et Luka Karabatić (France)

Ludovic Fabregas et Luka Karabatić (France)AFP

Les jeunes Bleus ont néanmoins suivi la voie tracée par leurs ainés. Bien entrés dans le match, les Français ont su en conserver l'avantage pendant l'ensemble des 60 minutes. Mais c'est véritablement en deuxième période qu'ils ont lâché les chevaux. Plus efficaces en défense que pendant la première partie de la rencontre (avec dix buts encaissés seulement), ils ont poursuivi sur leur lancée en attaque, bien aidés par un Olivier Nyokas de feu (avec huit tirs réussis) et un Luc Abalo toujours aussi décisif.

Rassurés après une entame compliquée (mais habituelle) dans une grande compétition, les Français devront maintenant confirmer leur montée en puissance, autant de la part des tauliers que des jeunes loups. Après une Serbie composée de fortes individualités mais pas assez collective, c'est maintenant la Pologne, hôte de la compétition, qui attend les Bleus, mardi soir à 20h30. Leur premier vrai test de la compétition. La qualification pour les demi-finales en dépendra.

0
0