Panoramic

Gérard, Remili, Mahé, Fabregas : Ils ne sont pas encore cadres mais aspirent à le devenir très vite

Ils ne sont pas encore cadres mais aspirent à le devenir très vite

Le 27/01/2017 à 19:00Mis à jour Le 28/01/2017 à 12:42

MONDIAL 2017 - Kentin Mahé, Nedim Remili, Ludovic Fabregas et Vincent Gérard, même s'il est plus âgé que ses trois compatriotes, incarnent le futur de l'équipe de France. Le Mondial à domicile a clairement prouvé qu'ils avaient les épaules pour recevoir plus de responsabilités à l'avenir.

Vincent Gérard

51 arrêts sur 128 tirs (soit 40%)

Tant que Thierry Omeyer décide de poursuivre l'aventure en Bleu, Vincent Gérard rongera son frein. Même si lui se refuse de crier à qui veut l'entendre qu'il brigue à tout prix ce poste de numéro un, le portier de Montpellier n'a cessé de montrer qu'il en avait la carrure depuis le début du Mondial. Le costume n'est assurément pas trop grand pour ses épaules.

Ses performances contre le Brésil, en ouverture, ou contre la Suède puis la Slovénie parlent en sa faveur. Et le choix de lui confier le but français pour une place en finale montre à quel point les coaches français lui font confiance. Il est, à coup sûr, le futur dans la cage tricolore. Reste à déterminer quand Omeyer lui passera le témoin.

Thierry Omeyer tombe dans les bras de Vincent Gérard

Thierry Omeyer tombe dans les bras de Vincent GérardPanoramic

Nedim Remili

33 buts (sur 49 tirs, soit 67%) en 247 minutes

Meilleur buteur tricolore (33 buts) après 8 matches, il est l'une des révélations de ce Mondial. Pour sa troisième compétition avec l'équipe de France, le Parisien de 21 ans a pris un tout autre volume. Décevant lors de l'Euro polonais, Remili a pris ses responsabilités depuis 15 jours. Sur un poste qui a longtemps posé des problèmes à l'équipe de France, l'arrière droit a également pris du galon au fil de la compétition.

En concurrence avec Adrien Dipanda, il a confirmé son excellent début de saison avec le PSG. La différence entre le Remili 2016 et celui de 2017 ? Sa saison au PSG et le fait de côtoyer des stars tous les jours l'ont clairement fait grandir. Décisif en attaque et en nets progrès en défense, sur le poste 2, Remili reste derrière Valentin Porte dans la hiérarchie actuelle, mais il a clairement distancé Adrien Dipanda depuis la fin des matches de poules.

Remili lors de France-Suède

Remili lors de France-SuèdeAFP

Kentin Mahé

32 buts (sur 44 tirs, soit 73%) en 152 minutes

Didier Dinart ne s'en cache pas et prépare déjà l'avenir. A terme, Kentin Mahé occupera le rôle de titulaire en tant que demi-centre, poste qui est le sien à Flensburg. Mais que les supporters de Nikola Karabatic se rassurent, une retraite anticipée du Parisien n'est pas encore à l'étude. Pour autant, derrière, Mahé pousse.

Polyvalence incarnée, le couteau suisse de 26 ans, souvent le premier lancé en contre-attaque, a rendu de fiers services aux Bleus durant ce Mondial. Notamment aux jets de 7m (15 sur 20) quand il fallait suppléer un Mika Guigou fébrile. Mais tout n'a pas été rose pour autant : Il a aussi affiché une certaine irrégularité, contre la Pologne notamment, et doit encore progresser dans ce secteur.

Mahé lors de France-Suède

Mahé lors de France-SuèdeAFP

Ludovic Fabregas

28 buts (sur 30 tirs, soit 93%) en 333 minutes

Le forfait de Luka Karabatic, dès la 2e rencontre, lui a ouvert les portes du paradis. Cantonné au rôle de défenseur jusque-là chez les Bleus, le pivot catalan a montré également d'excellentes dispositions en attaque. Tout proche de la perfection (93% de réussite aux tirs), il a simplement confirmé ce qu'il faisait avec son club de Montpellier.

On aurait pu croire que ses nouvelles responsabilités allaient l'inhiber, elles l'ont surtout décomplexé. Propulsé chef de la défense tricolore, au poste 3, Fabregas a joué près de 30 minutes de plus que son "grand-frère" Cédric Sorhaindo sur cette compétition. Ce n'est pas rien. Humble, mais sûr de sa force, le Catalan de 20 ans est un monstre d'efficacité. Expulsé contre la Norvège en toute fin de partie, il est également bluffant de maturité. Un futur très grand. Même s'il l'est déjà un peu.

Ludovic Fabregas après son exclusion face à la Norvège

Ludovic Fabregas après son exclusion face à la NorvègeAFP

0
0