AFP

L'antisèche : Le plus difficile commence maintenant pour les Bleus

L'antisèche : Le plus difficile commence maintenant pour les Bleus

Le 14/01/2017 à 01:29

MONDIAL 2017 – Contre le Japon, la France a enchaîné une deuxième victoire sans avoir à trop forcer son talent. Dimanche contre la Norvège, un adversaire d'un tout autre calibre, elle pourrait devoir faire sans Luka Karabatic, blessé à la cheville droite vendredi à Nantes. Le seul bémol dans la partition tricolore sans fausse note.

Le jeu : Les Bleus pouvaient difficilement faire plus tranquille

Comme on pouvait s’en douter, ce France-Japon n’a été qu’une formalité pour les hommes de Didier Dinart. Le sélectionneur a d’ailleurs pu faire reposer ses cadres pour ce deuxième match de poule. Le déroulement de la partie a encore une fois permis au staff tricolore de faire tourner et de ne pas abîmer les organismes inutilement. Même si tout n’a pas été parfait et qu’il n’y a pas que de bonnes nouvelles.

Il faut être sincère : ce France-Japon ne marquera pas l’histoire du handball. Et on peut difficilement l’imputer aux Bleus, poussés de bout en bout par le formidable public nantais. Mais comme lors de leur entrée en lice, les Experts ont encore perdu un peu trop de ballons et se sont quelque peu relâchés en fin de match. Au moins tout le monde aura joué, comme face au Brésil. Idéal encore une fois pour mobiliser tout le monde. En revanche, les trois prochaines oppositions ne devraient pas s’avérer aussi simples.

Les joueurs : Fabregas a sauté sur l'occasion, pas Feutrier

Face à l’adversaire supposé le moins fort du groupe A, on relèvera surtout la titularisation de Kentin Mahé en tant que demi-centre. Le joueur de Flensburg, beaucoup moins en vue sur l’aile gauche après la pause, s’est montré très convaincant à ce poste. Tout comme Ludovic Fabregas, très efficace au poste de pivot. Le Montpelliérain de 20 ans, qui a remplacé au pied levé (sans jeu de mot) Luka Karabatic, a rendu une copie parfaite (7 sur 7) et a logiquement été élu homme du match.

Ludovic Fabregas (France) contre le Japon durant le Mondial 2017

Ludovic Fabregas (France) contre le Japon durant le Mondial 2017AFP

Côté nippon, en pleine lumière depuis deux jours, Rémi Feutrier, le Franco-Japonais de Chambéry est passé à côté de sa partie. Peu sollicité en phase offensive, il aura néanmoins permis au Hall XXL d’exploser suite à un arrêt monstrueux d’Omeyer sur une contre-attaque, son seul tir de la partie. A son détriment…

Le facteur X (pour la suite) : Et Karabatic a rejoint N’Guessan à l’infirmerie…

Pour la deuxième fois en deux rencontres, la France n’a aligné que 15 éléments sur la feuille de match. Insuffisamment remis de sa "talonnade" contre la Slovénie en préparation, Timothey N’Guessan, qui avait pourtant participé à l’entraînement vendredi matin, n’a pas été autorisé à jouer par le staff médical. Pourtant, tout va bien pour lui, selon Didier Dinart. Mais comme St-Thomas, tant que l’on ne le voit pas…

Le fait du match est évidemment la blessure de Luka Karabatic, dès la 5e minute. Touché à la cheville droite, le pivot parisien est immédiatement sorti. Longtemps assis en bout de banc, il a testé son articulation derrière le banc de touche tricolore quelques instants. Mais a finalement rejoint les vestiaires en fin de première période. Pour ne plus les quitter. C’est la seule ombre au tableau tricolore. Espérons qu’elle s’estompe vite après les examens programmés samedi matin.

La stat : 2 sur 5

On aurait pu évoquer la rafale tricolore (11-1) entre le 20e et la 39e minute. Mais relevons plutôt la réussite (ou plutôt la maladresse) des Français aux jets de 7 mètres. Contre le Brésil, un seul penalty avait été obtenu et marqué (par Remili). Contre le Japon, grâce, notamment, au travail de sape de Cédric Sorhaindo, les Français en ont obtenu cinq fois plus. Mais seuls deux d’entre eux ont trouvé les filets (1 sur 3 pour Mahé et 1 sur 2 pour Guigou). On pinaille, avouons-le…

Le tweet qui va beaucoup trop vite pour le portier nippon

La décla : Didier Dinart

" Je ne connais pas la gravité de la blessure de Luka Karabatic. Il va passer des examens samedi matin, et on verra…"
Didier Dinart durant Japon - France du Mondial 2017

Didier Dinart durant Japon - France du Mondial 2017AFP

La question : Le cavalier seul va-t-il se poursuivre face à la Norvège ?

Après deux mises en bouche vite expédiées, l’équipe de France va aborder un plat de résistance beaucoup plus difficile à avaler. La Norvège n’est pas le Brésil et encore moins le Japon. Mais les Bleus nous ont habitués à ne prendre personne à la légère. Et ce n’est pas dimanche que ça devrait commencer.

En zone mixte, tous les joueurs français ont semblé répéter le même discours : "La Norvège est une étape vers notre objectif qui est la victoire finale, a compilé Remili. On va aborder ce match très sérieusement et on va tout faire pour gagner." Un troisième succès consécutif rapprochera, en tout cas, de la première place de cette poule A. Mais qui doute d’un tel scénario ?

0
0