AFP

La France bat le Japon 31-19

Comme prévu, les Experts se sont encore baladés

Le 14/01/2017 à 01:30

MONDIAL 2017 - L'équipe de France a remporté son deuxième match dans la compétition en battant la sélection du Japon 31 à 19, à Nantes. Les Experts n'ont jamais été mis en danger et ont pu reposer leurs cadres. Seule mauvaise nouvelle, la blessure de Luka Karabatic, victime d'une entorse de la cheville.

Comme prévu, il n'y aura jamais vraiment eu de match. Dominatrice, plus puissante et impressionnante en défense, l'équipe de France s'est tranquillement imposée (31-19) ce vendredi face au Japon, au Hall XXL de Nantes, pour la 2e journée du Mondial.

Bien emmenés par Ludovic Fabregas, efficace au tir (100%) et très bon remplaçant au poste de pivot d'un Luka Karabatic sorti sur blessure en début de rencontre, les Bleus ont déroulé leur jeu, faisant tourner au maximum leur effectif, à l'image de ce qui avait été le cas face au Brésil lors du match d'ouverture. Maintenant, c'est la Norvège qui attend les Bleus dimanche. Et ça devrait être d'un autre calibre.

Décidément, les matchs se suivent et se ressemblent pour les Français, qui justifient de plus en plus leur statut d'épouvantail de ce groupe A. Après le récital de Bercy face au Brésil (31-16), les Experts ont encore une fois déroulé face au Japon, qui faisait office de victime idéale avec une seule qualification pour une compétition internationale ces vingt dernières années. Pourtant, les joueurs de Didier Dinart et Guillaume Gille ont souffert pendant 19 minutes face au jeu atypique des Nippons : "On avait vu leur match face à la Russie. De manière générale, les Japonais aiment jouer en un-contre-un, en profitant de leur vitesse, a expliqué William Accambray, encore excellent ce vendredi (4 buts). Il fallait bien les bloquer dans ce domaine-là et on a mis un peu de temps à y parvenir." A cet instant, il n'y avait "que" 10-8.

Une défense énorme en deuxième période

Mais les Bleus ont passé la vitesse supérieure entre la 20e et 38e, infligeant un 11-1 aux Japonais, dépassés par la puissance et les enchaînements tricolores. L'entrée à la pause de Nikola Karabatic, ménagé lors du premier acte, n'a pas aidé les Nippons à s'accrocher, le Parisien poussant les Bleus à mettre encore plus de rythme. "Globalement, ça a été un match sérieux, malgré le début de rencontre accroché", a avoué Guillaume Gille. Et cette série a définitivement plombé des Japonais déjà limités dans la création et longtemps maintenus à flot par le seul Kento Uegaki, auteur de six buts.

La seconde période s'est résumée à un festival offensif des Bleus (jusqu'à +16), très appliqués en défense jusqu'à cinq minutes du terme de la rencontre, avant un logique relâchement qui a permis un léger retour des Japonais. "On a su se rendre les choses simples par nos efforts, notre application et notre efficacité et ça nous a permis de procéder une nouvelle fois une belle revue d'effectif", a expliqué le co-sélectionneur des Bleus. Parmi les principaux bénéficiaires, Ludovic Fabregas. Le pivot montpelliérain de 20ans a brillé offensivement (7 buts, meilleur marqueur de la rencontre), à la suite de la sortie sur blessure de Luka Karabatic en début de rencontre, unique point noir cette soirée. "On a une légère inquiétude le concernant, a déclaré Guillaume Gille. A première vue, sa cheville droite a un peu tourné mais je ne suis pas médecin, je n'ai pas plus d'informations. On verra après les examens". Une blessure de son pivot parisien serait un vrai coup dur. Vu le début du tournoi idyllique des Bleus, ça serait franchement dommage.

0
0