AFP

Les Bleus champions du monde : "Gagner un Mondial à domicile, c'est juste dingue"

"Gagner un Mondial à domicile, c'est juste dingue"

Le 29/01/2017 à 22:29Mis à jour Le 30/01/2017 à 00:17

MONDIAL 2017 – Les joueurs tricolores ont vécu trois semaines inoubliables. Quelques minutes après leur victoire en finale, les Français ont tenu, à l'unisson, à rendre hommage à ce large public venu les supporter à Nantes, Lille et Paris. Le soutien populaire n'a fait que magnifier ce triomphe.

Jusqu'au bout, ils ont profité. Jusqu'à la dernière minute. Didier Dinart a même eu du mal à se contenir. Lui, l'ancien roc au numéro 3 devenu coach numéro 1 s'est glissé dans la mêlée pour être au plus près de ses ouailles. Pour vivre ce moment qu'il attendait, pour savourer cette nouvelle étoile que tout le monde ou presque avait floquée sur le maillot bleu avant même le début du Mondial.

"Tout le monde pensait que ça allait être simple, en se disant que si on avait su gagner à l'extérieur, en organisant ce Mondial, le résultat allait être forcément là, à l'arrivée, a expliqué Dinart. Or, croyez-moi, ce n'était pas gagné d'avance. J'ai un grand sentiment de devoir accompli." Même si les larmes n'ont pas perlé sur son visage, son adjoint a eu du mal à les contenir devant la presse : "Gagner un Mondial à domicile, c'est juste dingue. La quinzaine a été fabuleuse, savoure un Guillaume Gille, très ému. Et puis, c'est aussi un Mondial de superlatifs : il n'y a jamais eu autant de monde, jamais eu autant d'engouement, de ferveur pour notre sport. Merci à la France qui nous a fait vivre des émotions comme jamais nous n'en avions vécues."

Les Bleus au 6e ciel

Les Bleus au 6e cielAFP

" C'est une fierté de voir l'amour qu'ont eu les supporters pour le handball français"

Encore une fois, l'ambiance survoltée de l'AccorHotels Arena a marqué les esprits. Paris, Lille, Nantes et de nouveau Paris ont célébré les Bleus pendant trois semaines, les ont soutenus à chaque match. Et ça, les principaux intéressés l'ont apprécié à sa juste valeur. "C'est un moment immense pour le handball français, juge Daniel Narcisse. Partager cela avec le public français, c'est incroyable. Il a été merveilleux." Même son de cloche pour Thierry Omeyer : "C'est énorme de gagner à domicile. C'est énorme de voir l'engouement, on peut être fier d'avoir pu remplir ces salles. Devant notre famille, nos amis et le monde du handball, c'est géant. Maintenant on va faire une grosse fête parce que ces moments sont rares."

Tout heureux de retrouver son frère Luka à ses côtés, Nikola Karabatic a survolé cette finale. Elu MVP du tournoi, comme en 2011, le demi-centre a vécu "un mois extraordinaire". "C'est une fierté de voir l'amour qu'ont eu les supporters pour le handball français, a ajouté le Parisien. Être champion du monde chez nous avec autant de pression, il n'y a pas de mot pour décrire ça." Homme fort de la seconde période, Vincent Gérard a vécu un rêve éveillé lui aussi : "De gagner ici, en France devant nos familles, nos amis. il n'y a pas de mots pour qualifier ça. J'ai gagné la Coupe de France ici avec Dunkerque mais là c'est encore plus fort."

0
0