AFP

Nantes et le PSG ne parviennent à se départager en 8e de finale aller (26-26)

Le PSG fait un petit pas vers les quarts en décrochant le nul à Nantes
Par AFP

Le 25/03/2017 à 23:10Mis à jour Le 25/03/2017 à 23:18

LIGUE DES CHAMPIONS - Petit avantage pour le PSG. Samedi, sans Nikola Karabatic, malade, les Parisiens ont décroché un bon match nul sur le terrain de Nantes (26-26) en 8e de finale aller de la Ligue des Champions. Retour dans une semaine à Paris.

Le Paris SG, en l'absence de Nikola Karabatic, souffrant, a concédé le match nul à Nantes (26-26) qui a préservé ses chances de qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions en égalisant in extremis, samedi en Loire-Atlantique. Le match retour, samedi prochain, promet un grand suspense au regard de cette première manche indécise de bout en bout.

Le club de la capitale semblait avoir pourtant fait le plus dur en menant encore de deux longueurs à moins de deux minutes de la fin (26-24). L'arrière espagnol Eduardo Gurbindo a manqué un penalty mais le "H", dont c'est la première campagne en C1, ne s'est pas découragé. Une double infériorité numérique du côté du PSG, après des exclusions temporaires de Luka Karabatic et de la vedette allemande Uwe Gensheimer, lui a offert des espaces. Nicolas Claire a réduit l'écart (25-26). Puis le bras de l'ancien ailier gauche de la "Nationalmannschaft", rival de Gensheimer, n'a pas tremblé pour offrir l'égalisation aux Nantais dans les derniers instants.

Le PSG, demi-finaliste l'an passé, avait semblé avoir pris légèrement l'ascendant sur son dauphin du Championnat de France dans une salle de la Trocardière bouillonnante où il avait souffert en décembre (31-37), enregistrant son unique défaite de la saison en D1. Sans Nikola Karabatic, les Parisiens partaient avec un handicap mais l'éternel Daniel Narcisse (37 ans) l'a bien suppléé en tant que meneur de jeu et l'inusable Thierry Omeyer (40 ans) a multiplié les arrêts.

Mikkel Hansen (6 buts), Nedim Remili (6) et Gensheimer, meilleur marqueur de la partie (7 buts) et auteur de deux lobs sur penalty devant l'excellent Cyril Dumoulin, ont fait des dégâts. Mais Nantes après des débuts prometteurs (1-4) et un court avantage à la pause (14-15), s'est accroché quand Paris a retrouvé de sa superbe. L'activité de quelques individualités, comme le jeune pivot Nicolas Tournat, auteur d'un sans faute en attaque (4/4) et de David Balaguer (4 buts aussi), a été précieuse. "On a préservé nos chances. Maintenant, on ne va pas se cacher. On va aller là-bas pour se qualifier", a prévenu, au micro de Beinsports le patron de la défense de Nantes Rock Feliho qui espère créer la surprise dans une semaine.

0
0