AFP

Le PSG pulvérise Kiel (42-24) pour finir la phase de poule

Pour le plaisir, le PSG a pulvérisé Kiel
Par AFP

Le 11/03/2017 à 21:53Mis à jour Le 12/03/2017 à 20:29

LIGUE DES CHAMPIONS - Quel festival à Coubertin ! Dans un match sans enjeu, le Paris Saint-Germain a infligé au club allemand de Kiel la plus lourde défaite (42-24) de son histoire sur la scène européenne lors de la dernière journée de la phase de poule. Les Parisiens terminent à la deuxième place de leur groupe.

Dans cette dernière rencontre de la phase de poule, les coéquipiers de Nikola Karabatic ont fini sur une très bonne note dimanche devant leur public de Coubertin. Pour la première fois de leur histoire, ils ont franchi la barre des 40 buts dans une rencontre de Ligue des champions. Et c'est Kiel qui a payé cette très lourde addition : 42-24. Une défaite marquante pour le géant allemand, la plus sévère de toute son histoire européenne.

Les Parisiens avaient perdu toute chance d'arracher à Barcelone la première place de leur groupe depuis la victoire du Barça sur les Polonais de Plock (36-28) la veille. C'est donc Barcelone qui se qualifie directement pour les quarts de finale, alors que Paris devra en passer par un huitième franco-français contre Nantes à la fin du mois. Il n'y a eu aucun suspense, les Allemands se montrant décidés à ne pas gaspiller leurs forces alors qu'ils étaient eux-mêmes sûrs de terminer à la cinquième place du groupe 1, qualificative également pour les huitièmes.

" L'enjeu c'était de marquer les esprits"

Uwe Gensheimer (7 buts), Nikola Karabatic (7), Luka Stepancic (6) et Mikkel Hansen (6) se sont régalés dans un festival offensif. Puis l'entraîneur Noka Serdarusic a fait tourner son effectif en lançant les jeunes Benoît Kounkoud et Dylan Nahi. Jamais le PSG n'avait marqué autant de buts dans un match de Ligue des champions et jamais Kiel n'avait subi une défaite aussi lourde dans cette compétition. Les Parisiens se sont vengés de leur défaite à Kiel dans le premier match de Ligue des champions de la saison, fin septembre, un faux-départ qui finalement leur coûte la première place de la poule.

"L'enjeu c'était de marquer les esprits. On avait perdu là-bas d'un but un peu injustement. Quand on a senti le public présent, ça nous a donné de la force et on a fait un match parfait. Ca ne veut rien dire pour la suite, mais on a pris beaucoup de plaisir", a commenté Nikola Karabatic, ancienne gloire de Kiel où il a joué de 2005 à 2009, au micro de BeinSports. Un troisième club français, Montpellier, participera aux huitièmes de finale, contre les Polonais de Kielce, champions en titre.

0
0