Getty Images

Ligue des champions : Sagosen-Lazarov, le prodige et le sniper

Sagosen-Lazarov, le prodige et le sniper
Par AFP

Le 16/09/2017 à 23:42Mis à jour Le 17/09/2017 à 00:19

HANDBALL - Le prodige norvégien Sander Sagosen et le tireur d'élite macédonien Kiril Lazarov, recrues majeures du PSG et de Nantes, doivent leur apporter la plus-value nécessaire dans leur quête de la Ligue des champions de handball. Présentation de ces deux joueurs avant les débuts du PSG à Kiel et le duel Nantes-Szeged dimanche.

Le "diamant" Sagosen

Le club de la capitale a eu le nez fin en "draguant" le jeune Scandinave (22 ans) fin 2015. Considéré alors comme un grand espoir, il allait se révéler lors de l'Euro 2016 organisé en Pologne au point d'être désigné meilleur demi-centre du tournoi. L'année d'après, c'était l'heure de la confirmation lors du Mondial en France pour ce solide gaillard (1,95 m, 93kg), qui fut l'un des protagonistes de l'épopée norvégienne jusqu'en finale, où les Bleus de Nikola Karabatic ont eu le dernier mot.

Sa première médaille dans un grand tournoi, la Norvège la doit en partie à ce garçon né à Stavanger, une ville portuaire de quelque 130 000 âmes, centre de l'industrie pétrolière du pays. Sagosen a le profil du meneur de jeu complet. Il sait tout faire : défendre, attaquer, faire briller ses partenaires et faire mouche de loin comme son nouveau partenaire Nikola Karabatic, la référence à son poste, qui fut l'un de ses deux modèles avec le Croate Ivano Balic. "C'est un super joueur et un super mec en dehors. Il a tout pour être la future star du handball", dit de lui la figure de proue du handball français.

Mais il ne faut pas se fier à son apparente placidité. Sagosen a déjà, à 22 ans, "énormément de caractère" comme le souligne le manager général du PSG Bruno Martini. Après trois saisons à Aalborg (Danemark), Sagosen rejoint pour la première fois un club du gratin continental avec pour "rêve" de "remporter la Ligue champions". "Il y aura plus de pression. Avec le PSG, on sera attendu à tous les matches", affirme le Norvégien, dont la compagne handballeuse Hanna Oftedal évolue à Issy-Paris.

Le "sniper" Lazarov

Le gaucher macédonien est lui le meilleur buteur de l'histoire de la Ligue des champions, le seul à en avoir inscrit plus de 1 000. Il a aussi terminé deux fois meilleur marqueur de la compétition sur une année (2006, 2008). Il détient en outre le record de réalisations lors d'un Euro et d'un Mondial. C'est un vrai tireur d'élite en somme qui doit sa réputation autant à sa puissance et sa précision de loin qu'à sa régularité sur les jets de sept mètres. "C'est un puncheur mais qui sait aussi faire des passes décisives", précise Daniel Costantini, ancien sélectionneur de l'équipe de France.

A 37 ans, la vedette macédonienne jouit d'une solide expérience qui peut apporter le truc en plus au club nantais pour franchir un palier. Phénomène de précocité - il a disputé son premier match européen à 15 ans et 4 mois - Lazarov connaît aussi par coeur la Ligue des champions, dont il est l'une des stars. Il l'a remportée une fois avec le FC Barcelone (2015) et a disputé deux autres finales avec l'Atlético Madrid (2012) et Ciudad Real (2011).

Il forme un bon complément avec l'autre arrière droit nantais, l'Espagnol Eduardo Gurbindo (29 ans), aux côtés duquel il avait déjà évolué au Barça. "Tout le monde est là pour m'aider. C'est important d'avoir une bonne communication pour que ça se retranscrive sur le terrain", explique Lazarov qui espère apprendre vite le français.

0
0