DPPI
 
Article
commentaires
Hockey sur glace

La Coupe pour Grenoble


Par Eurosport
Par Eurosport - Le 18/02/2008 à 12:30
Au terme de la séance des tirs au bout, Grenoble a décroché la Coupe de France en battant Rouen (3-2) au Palais Omnisports de Paris-Bercy. C'est la 2e fois que les Brûleurs de Loups remportent cette compétition.

Grenoble a remporté la deuxième Coupe de France de son histoire en battant Rouen (3-2) à l'issue d'une interminable séance de tirs au but dans une finale spectaculaire et tout à fait indécise, dimanche au Palais omnisports de Paris-Bercy.Le champion de France en titre, actuel troisième de la Ligue Magnus, n'a jamais été mené au score mais est tombé sur une équipe de Rouen qui aurait tout aussi bien pu l'emporter. Son attaquant suédois Jimmy Lindstrom, le septième Isérois à s'élancer lors de la séance des tirs au but, lui a finalement offert la victoire.

Sur une glace difficile à jouer, Grenoble a ainsi pris sa revanche sur la finale 2004, où Rouen était venu le battre 5-1 chez lui. Les Normands, leaders du championnat et déjà vainqueurs de la Coupe de la Ligue début janvier, ont raté l'occasion d'ajouter une quatrième coupe à leur palmarès déjà fourni. Durant le premier tiers-temps Grenoble avait le plus souvent le palet, mais Rouen se procurait les premières occasions, avec notamment Marc-André Thinel et Julien Desrosiers toujours dangereux. Le gardien isérois Eddy Ferhi permettait cependant à son équipe de rester à flot jusqu'à ce que son coéquipier Forsander ne parvienne à ouvrir le score. L'attaquant suédois parvenait à s'infiltrer dans une défense rouennaise pour une fois particulièrement laxiste pour ajuster Sopko de près (1-0, 14:32.).

Rouen égalisait en deuxième période par Carl Mallette, qui reprenait en filou un palet mal bloqué par Ferhi (1-1, 27:12.), mais les Isérois reprenaient aussitôt les devants: Perez n'avait plus qu'à pousser la rondelle après un lancer d'Hecquefeuille contré (2-1, 27:59.) Mallette s'arrachait et ramenait une nouvelle fois les siens à hauteur peu après la mi-match (2-2, 35:15.). Le troisième tiers-temps était assez fermé et les Grenoblois laissaient passer leur chance quand ils n'adressaient pas le moindre lancer sur une double supériorité numérique de plus d'une minute (43e). La prolongation était verrouillée et les deux équipes ne se départageaient qu'au septième tireur lors d'une séance de tirs au but elle aussi indécise.

LES DECLARATIONS :

Mats Lusth (entraîneur de Grenoble): "Cette victoire est vraiment énorme pour nous: il y avait la télé et le public a été formidable. L'ambiance était extraordinaire. J'ai gagné trois Championnats de Suède mais je ne sais pas si j'avais déjà vu une telle ambiance! Grenoble et Rouen sont les deux meilleures équipes en France, qui aiment vraiment développer du jeu. Avant le match, on se doutait que ce serait serré, que ça se jouerait certainement dans la troisième période, mais c'est même allé jusqu'aux tirs au but et là vous ne pouvez vraiment pas savoir ce qui va se passer. Ils ont quelques-uns des meilleurs marqueurs du championnat parmi leurs tireurs mais nous on a eu Eddy Ferhi dans les buts et ça a suffi. C'est mon premier grand titre en tant qu'entraîneur et maintenant on veut gagner autre chose!"

Guy Fournier (manageur général de Rouen): "C'étaient deux des meilleures équipes du championnat, deux très bonnes organisations et sur un match comme ça ça se joue à très peu de choses. Les tirs au but, c'est un peu comme lancer une pièce en l'air... On est déçu, il n'y a pas de mauvaises ou de bonnes défaites, il n'y a que des défaites. Je suis malgré tout satisfait de la prestation de mon équipe. Les conditions de jeu n'étaient pourtant pas faciles, la glace n'était pas très bonne, mais ça c'est la même chose pour les deux équipes. Malgré tout, venir à Bercy ça vaut le coup, c'est une belle vitrine pour le hockey français et pour notre équipe, nos parraineurs: jouer devant 13.000 personnes ce n'est pas si souvent."