Eurosport

Jean-Christophe Rolland, troisième Français élu au CIO

Rolland, troisième Français élu au CIO
Par AFP

Le 16/09/2017 à 08:20Mis à jour Le 16/09/2017 à 08:29

Le Français Jean-Christophe Rolland, président de la Fédération internationale d'aviron, a été élu vendredi à Lima membre du CIO. Il y rejoint deux autres Français, Tony Estanguet et Guy Drut.

Des podiums aux instances, Jean-Christophe Rolland poursuit son sans-faute. Champion olympique d'aviron en 2000 à Sydney, le Français de 49 ans a été élu vendredi au Comité international olympique (CIO), trois ans seulement après avoir pris la tête de la Fédération internationale d'aviron.

Champion du monde en quatre sans barreur en 1993, il avait décroché la médaille de bronze en deux sans barreur avec Michel Andrieux en 1996 aux JO d'Atlanta. De nouveau sur la plus haute marche mondiale, mais en deux sans barreur en 1997, Rolland avait ensuite triomphé à Sydney à bord de l'un des meilleurs bateaux de l'histoire de l'aviron tricolore, toujours avec Michel Andrieux.

Père de trois enfants, il est désormais installé à Lausanne, siège de la Fédération internationale des sociétés d'aviron (Fisa). Né le 3 juillet 1968 à Condrieu (Rhône), l'ingénieur de formation avait mis un terme à 32 ans à sa carrière sportive juste après les JO de Sydney pour se consacrer à une carrière professionnelle chez EDF.

"Pas un plan de carrière"

"Je veux remercier ceux qui reconnaissent ainsi mon implication dans le monde du sport. Je suis fier de pouvoir continuer mon action et ma dévotion pour le sport", a-t-il réagi vendredi à l'AFP, quelques minutes après son élection parmi la centaine de membres du CIO. Il a aussi tenu à souligner que son entrée au Parlement olympique ne répondait "pas à un plan de carrière, c'est tout sauf une ambition personnelle".

"La personnalité de Jean-Christophe Rolland, en plus, bien sûr, de ses résultats sportifs, m'avait assez rapidement frappé : intelligent, déterminé, rigoureux, modeste", confie le Suisse Denis Oswald, à qui il a succédé à la présidence de la Fisa en 2014. Oswald, membre du CIO, a longtemps cherché sans succès un successeur et a trouvé en Rolland un homme "qui partageait les mêmes valeurs que [lui]" : "Je savais qu'avec lui les grands axes que j'avais modestement fixés à la Fisa seraient poursuivis".

Trois Français au CIO

C'est ainsi qu'avec l'appui de Denis Masseglia, alors président de la Fédération française d'aviron, Rolland "a mûri sa décision et lorsqu'il a dit oui, je savais qu'il exercerait cette fonction avec l'engagement, la rigueur et l'humilité dont il avait toujours fait preuve comme athlète".

"C'est quelqu'un dont la marque de fabrique, en tant qu'athlète comme dirigeant, est la détermination", ajoute Denis Masseglia. Capitaine des rameurs durant sa carrière d'athlète et porte-parole, "il a vite été un leader auquel on a immédiatement pensé pour devenir un dirigeant de haut niveau", précise le président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF).

L'entrée de Rolland au CIO, où il rejoint deux autres Français, Guy Drut et Tony Estanguet, au moment où Paris a obtenu les JO 2024, "est la reconnaissance que les grands sportifs peuvent continuer à servir le sport après leur carrière", conclut Masseglia.

0
0