Getty Images

Du fiasco de 2005 à Lima, le long chemin de Paris vers les Jeux

Du fiasco de 2005 à Lima, le long chemin de Paris vers les Jeux
Par AFP

Le 13/09/2017 à 22:07Mis à jour Le 13/09/2017 à 22:08

L'attribution des JO 2024 à Paris est l'aboutissement d'un long cheminement entamé en 2011 sur la base des trois échecs successifs (1992, 2008, 2012) de la candidature de la capitale. Chronologie.

6 juillet 2005

Paris est battue par Londres pour 4 voix (54/50) lors du vote pour l'attribution des JO-2012. C'est le troisième échec de la capitale après ses candidatures manquées pour 1992 et 2008.

2011

Après la déculottée d'Annecy pour les Jeux d'hiver 2018 (7 votes sur une centaine!), le Comité national et sportif français (CNOSF) commande une étude sur les raisons des échecs olympiques de la France, avec en arrière-pensée, l'idée d'une nouvelle candidature pour les Jeux d'été. Restitué en 2012, ce rapport pointe des défaillances récurrentes: "politiques trop présents", "leadership inadapté et rôle fondamental des membres français du CIO pas assez reconnu", "CNOSF peu influent à l'international".

OLYMPIC GAMES Annecy 2018 bid logo

OLYMPIC GAMES Annecy 2018 bid logoAFP

5 décembre 2012

Conséquence directe du rapport, l'Etat transfère au CNOSF la responsabilité des relations internationales en matière de sport et implicitement celle d'une nouvelle candidature. Bernard Lapasset, président de World Rugby, et Tony Estanguet, triple champion olympique de canoë, sont chargés de ce dossier au sein du Comité français du sport international (CFSI).

26 mai 2014

Le CFSI lance une vaste étude d'opportunité et de faisabilité sur une candidature parisienne aux JO de 2024 ou 2028.

6 novembre 2014

François Hollande se dit "favorable" à une candidature de Paris aux JO.

8 décembre 2014

Le CIO présente un paquet de mesures, l'Agenda 2020, destiné à assouplir le processus de candidature et à diminuer le coût des JO.

12 février 2015

Les conclusions de l'étude d'opportunité sont publiées. Favorable à une nouvelle candidature, ce rapport emporte l'adhésion d'Anne Hidalgo, maire de Paris longtemps réticente. Il prône des Jeux peu coûteux, basés sur l'utilisation des infrastructures existantes.

15 avril 2015

Le comité de candidature est constitué, présidé par Bernard Lapasset. Tony Estanguet en est vice-président. Il regroupe des représentants de la Ville, de la Région et de l'Etat mais réserve la majorité au mouvement sportif. Estanguet deviendra co-président et figure de la candidature dans les mois qui suivront.

23 juin

Paris annonce officiellement sa candidature aux JO-2024. Boston, qui sera remplacée par Los Angeles en juillet, Hambourg et Rome ont déjà fait de même. Budapest le fera le lendemain.

22 février 2017

Après Hambourg en novembre 2015, Rome en octobre 2016, Budapest est la troisième candidate à jeter l'éponge, battue par une forte mobilisation populaire. Los Angeles et Paris se retrouvent seuls en lice.

La candidature de Budapest pour les JO 2024

La candidature de Budapest pour les JO 2024AFP

Mars 2017

Thomas Bach, soucieux de ne perdre aucun de ces deux candidats de poids issus de deux pays majeurs du mouvement olympique, formalise la possibilité d'une double attribution des JO 2024 et 2028 et nomme un groupe de travail sur le sujet.

Mai 2017

La commission d'évaluation du CIO visite les deux métropoles en lice mais se garde d'établir la moindre hiérarchie entre les deux projets. Après des semaines de joutes verbales et d'intox, Los Angeles évoque la possibilité d'accueillir les Jeux 2028. Paris continue de refuser fermement l'hypothèse.

Patrick Baumann, président de la Commission d'évaluation du C.I.O.

Patrick Baumann, président de la Commission d'évaluation du C.I.O.Getty Images

11 juillet 2017

Les membres du CIO adoptent à l'unanimité le principe de la double attribution 2024/2028 qui doit être officialisée à Lima seulement après accord entre les deux villes et le CIO.

31 juillet

Los Angeles annonce sa candidature pour 2028, renonçant de fait à 2024 et laissant Paris seule en lice. Une commission d'évaluation-2028 est diligentée qui confirme que LA peut bien accueillir les JO sans risque, quatre ans après la date envisagée.

13 septembre

Les membres du CIO valident l'accord tripartite conclu entre Paris, Los Angeles et leur institution.

0
0