OLYMPIC GAMES 1980 Lake Placid rétro - Imago
 
Jeux Olympiques > Vancouver 2010

Rétro JO: Lake Placid 1980

Rétro JO: Lake Placid 1980

Par Eurosport
Dans cet article
Par Eurosport - Le 28/01/2010 à 13:00
Avant l'ouverture des XXIe Jeux Olympiques d'hiver, le 12 février à Vancouver, nous vous proposons de revivre quotidiennement les 20 éditions précédentes. En 1980, Lake Placid accueille les JO en pleine guerre froide. Eric Heiden réalise le grand chelem.
 

AU COEUR DES JEUX

La station des Appalaches accueille de nouveau les Jeux après 1932. A l'époque, c'était en pleine crise économique, cette fois c'est en pleine guerre froide. Les tensions diplomatiques entre Washington et Moscou sont à leur paroxysme après l'invasion des troupes soviétiques en Afghanistan. Et si les Américains appellent au boycott des Jeux d'été de Moscou quelques mois plus tard, les pays de l'Est sont malgré tout présents à Lake Placid.

Ce qui ne change pas, c'est le manque de neige. En 1932, il avait fallu la transporter par trains entiers. Cette fois, les organisateurs ont prévu des canons à neige sur les pentes de Whiteface Mountain. Isolée, la petite station est pourtant dépassée par les évènements: communication déficiente, transport inefficace, billetterie fantaisiste. Sur le plan de l'organisation, c'est un échec total.

Heureusement, sur le plan sportif, cette XIII édition est exceptionnelle. Le patineur de vitesse américain Eric Heiden réalise un exploit sans précédent avec cinq titres olympiques. Les États-Unis remportent l'or en hockey en battant l'URSS (4-3), invaincue depuis seize ans aux Jeux. Dans le climat de l'époque, cette victoire prend des proportions énormes. Surnommée "miracle sur la glace", elle reste l'un des hauts faits d'armes du sport américain.

Malgré cette désillusion, l'URSS est toujours aussi dominatrice et termine première au tableau des médailles devant la Norvège. Devenue membre du CIO l'année précédente, la Chine communiste dispute là ses premiers Jeux olympiques mais repart bredouille. Quant à la délégation tricolore, elle est sauvée du zéro pointée par la jeune Perrine Pelen qui remporte le bronze en slalom géant. L'euphorie de Grenoble douze ans plus tôt est toujours aussi dure à confirmer...

A SAVOIR

Nombre de nations: 37
Nombre de participants : 1 072 athlètes (232 femmes, 840 hommes)
Dates: 13 au 24 février 1980
Pays le plus médaillé : URSS (22)
Nombre de médaille française : 1
Ouverture officielle : Le vice-président des Etats-Unis, Walter Mondale
Serment : Eric Heiden (patinage de vitesse)

LA PETITE HISTOIRE

Le vainqueur de la descente, Leonhard Stock, n'avait jamais gagné une course de Coupe du monde. À quelques jours de l'épreuve, il n'était encore que remplaçant en équipe d'Autriche.

Pour la première fois, le slalom géant féminin se court en deux manches.

Sur le 15 km de ski de fond, la médaille d'or se joue à un centième. Cette marge minuscule permet au Suédois Thomas Wassberg de devancer le Finlandais Juha Mieto.

Trois jours avant le début des Jeux, les hockeyeurs américains avaient été étrillés par l'URSS (10-3). C'est dire si leur succès en finale face à ces mêmes soviétiques est un vrai miracle....

LES HEROS

Eric Heiden (Patinage de vitesse, Etats-Unis)

A 21 ans, Eric Heiden va réaliser ce qu'aucun athlète n'avait jamais réussi avant lui: remporter cinq médailles d'or lors d'une même olympiade. Champion du monde toutes distances les trois années précédentes, l'Américain est vêtu d'une combinaison or qui annonce... la couleur. Sur le 500 m, il profite d'une légère erreur dans le dernier virage du soviétique Evgueni Koulikov, détenteur du record du monde, pour s'imposer.

Le lendemain, Heiden devance le Norvégien Kai Arne Stenshjemmet de plus d'une seconde sur le 5000 m et après trois jours de répit, il ne connaît aucune frayeur pour remporter un troisième titre lors du 1000 m. C'est sur le 1500 m que l'Américain va faire trembler ses supporters. Vers la mi-course, il évite de peu la chute en raison d'une légère ornière dans la glace. En virtuose, il rétablit la situation et bat de nouveau Stenshjemmet. Le grand chelem est en vue...

Il ne lui reste que le 10 000 m et deux jours pour récupérer. Mais la veille de l'épreuve, Heiden assiste à la finale de hockey et au fameux miracle. Il n'arrive pas à trouver le sommeil et se réveille en retard ! Finalement, il arrive à temps sur l'anneau de glace pour glaner son cinquième titre olympique et bat le record du monde de plus de six secondes. Un légende est née.

Hanni Wenzel (Ski Alpin, Liechtenstein )

Le Liechtenstein en pleine lumière. Les 25 000 habitants de ce pays vont finir 6e au tableau des médailles à Lake Placid grâce à une seule famille, les Wenzel. Et surtout grâce à Hanni qui remporte trois médailles en ski alpin. L'argent sur la descente puis le titre olympique sur le slalom géant et le slalom où elle réalise le meilleur temps des deux manches. Après le bronze à Innsbruck en 1976, Hanni Wenzel franchit un palier et améliore tous ses records aux Etats-Unis. Le bonheur de la famille et du pays, dont ce sont là les premiers titres olympiques, est total avec la médaille d'argent en descente de son frère Andreas.

Ingemar Stenmark (Ski Alpin, Suède)

C'est un Ingemar Stenmark diminué qui se présente aux Jeux de Lake Placid. Si le Suédois a remporté 13 épreuves de Coupe du monde - record inégalé - lors de la saison 78-79, il est victime cinq mois avant d'une grave commotion cérébrale suite à une chute. Il fait donc l'impasse sur la descente olympique. Bien lui en a prit puisqu'il remporte deux médailles d'or dans les autres disciplines.

Dans le slalom géant, il se place troisième à l'issue de la première manche et enregistre un temps canon en seconde pour s'imposer avec près d'une seconde d'avance. Trois jours plus tard, il remonte ses adversaires dans le slalom, passant de la quatrième à la première place après une deuxième manche exceptionnelle. Ingemar Stenmark offre à la Suède ses premières médailles d'or en ski alpin. Il détient aussi le record de victoire en Coupe du monde (86) loin devant Alberto Tomba (50).

LA MEDAILLE FRANÇAISE

Bronze: 1

Perrine Pelen (Ski Alpin, Slalom géant)

La Grenobloise sauve la délégation française malgré la pression de son entourage pour obtenir une médaille. Et si elle ne trouve pas la neige artificielle de Lake Placid à son goût, la jeune femme de 19 ans trouve les ressources nécessaires pour monter sur la troisième marche du podium après avoir frôlé la chute. En revanche, elle ne l'évitera pas dans le slalom. Qu'importe, Perrine tient sa breloque.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×