Ducati Motor Holding S.p.A

Jorge Lorenzo (Ducati Team) : "Je ne suis pas démoralisé"

Lorenzo : "Je ne suis pas démoralisé"

Le 03/07/2017 à 17:36Mis à jour Le 03/07/2017 à 17:38

GRAND PRIX D'ALLEMAGNE - Troisième en début de course mais onzième au bout du compte, Jorge Lorenzo (Ducati Team) a encore foi en sa GP17. A condition de la changer.

Eurosport Player : Regardez la saison 2017 en LIVE

Voir sur Eurosport

La situation de Gigi Dall'Igna ne doit certainement pas être simple aujourd'hui car si d'un côté, son pilote numéro 1 devrait être Jorge Lorenzo, à la lecture du classement général il est clairement second, loin derrière Andrea Dovizioso.

Dès lors, comment analyser les demandes de l'Espagnol car s'il est évident que c'était lui qui devait ramener le titre du côté de Borgo Panigale, il y a bien longtemps qu'un pilote n'a plus été aussi bien placé puisqu'Andrea Dovizioso occupe la troisième place du classement général; à seulement six points de Marc Marquez (Honda HRC). Doit-on prendre le risque de changer une moto et de faire fausse route avec Dovizioso ? Doit-on se montrer prudent avant chaque changement ? Doit-on adopter des stratégies différentes entre les pilotes et surtout, en a-t-on les moyens ?

Jorge Lorenzo (Ducati Team) au Grand Prix d'Allemagne 2017

Quoi qu'il en soit, pour Jorge Lorenzo, il est clair que des changements importants doivent être apportés même si, comme il le signalait, il se sent malgré tout plus à l'aise sur la G17 qu'à ses débuts. "Je ne peux être satisfait ni de la performance au Sachsenring ni de l'écart avec Marquez, même si je ne suis pas démoralisé", explique-t-il. "Après le warm-up, j'étais très inquiet parce que je manquais de rythme et que je craignais que cela soit pire encore en course mais j'ai été compétitif au cours des cinq premiers tours. Malheureusement, j'avais vraiment du mal parce que la moto était nerveuse dans les virages et du coup, le pneu s'est rapidement dégradé à l'arrière gauche et je ne savais plus pousser vu que je manquais de grip."

"La moto va changer et je vais essayer d'avoir un pilotage plus naturel"

"Je suis certainement beaucoup plus à l'aise maintenant avec la GP17 sur les pistes où je suis convaincu de pouvoir me battre pour le podium", poursuit-il. "Nous venons également de rouler sur deux pistes difficiles pour moi et Ducati (Assen et Sachsenring). Il est évident que nous avons besoin de changements importants pour réduire l'écart par rapport aux plus rapides.

Vidéo - Dès son arrivée chez Ducati, Lorenzo a adopté le frein au pouce : voici pourquoi

02:45

On peut améliorer la moto en travaillant sur le châssis et l'aérodynamique en essayant d'avoir plus de confiance en l'avant. La moto va changer et je vais essayer d'avoir un pilotage plus naturel pour être rapide. Je pense que nous devons travailler en maintenant cette puissance mais en même temps nous devons améliorer l'entrée en virage, parce que la GP17 a plus de grip sur l'arrière que sur l'avant. Il y a quelques détails à polir, mais ce n'est pas simple. Jusqu'à présent, la moto n'a pas beaucoup changé depuis la première course, mais je m'attends à ce que cela soit le cas à l'avenir."

Vidéo - On board : Le départ, le duel Marquez/Folger et Rossi au milieu des Ducati

03:30
0
0