Getty Images

MOTOGP - Dovizioso (Ducati Team) veut réformer le système d'accès à la Q2 et il a (presque) tout bon

Dovizioso veut réformer le système d'accès à la Q2 et il a (presque) tout bon

Le 22/04/2017 à 10:17

GRAND PRIX DES AMERIQUES - En Argentine puis à Austin, Andrea Dovizioso (Ducati Team) a réaffirmé sa volonté de réformer les essais libres et la qualification. L'Italien souhaite que seuls les chronos effectués lors de la troisième séance soient retenus pour définir l'accès à la Q2. Tous les arguments lui sont favorables. Sauf un. Et il est de taille.

Eurosport Player : Regardez la saison 2017 en LIVE

Voir sur Eurosport

Andrea Dovizioso (Ducati Team) n'est pas du genre à lâcher le morceau. Depuis plusieurs années, l'Italien ne cesse d'évoquer l'idée d'une refonte du système d'accès à la Q2. Actuellement, la deuxième partie de la qualification est disputée par les douze pilotes les plus rapides au cumul des trois séances d'essais libres disputées, dans un week-end classique, du vendredi matin au samedi matin.

"Dovi", lui, souhaite que cette hiérarchie soit uniquement déterminée par les chronos réalisés lors de la troisième série de tests. Il y tient tellement qu’il a réitéré cette demande auprès de la Commission de Sécurité en Argentine, lors de la deuxième manche du mondial. Pour étoffer son idée, le Forlimpopoleso s'est armé d'un raisonnement solide. Mais insuffisant pour abattre un obstacle de taille. Explications.

Andrea Dovizioso (Ducati Team) peaufine les derniers réglages avant la course du Grand Prix d'Argentine 2017

Andrea Dovizioso (Ducati Team) peaufine les derniers réglages avant la course du Grand Prix d'Argentine 2017Ducati Motor Holding S.p.A

Jeudi, lors de la conférence de presse du Grand Prix des Amériques, Dovizioso a joué les porte-paroles pour l'ensemble de la grille. "Avec l'organisation actuelle des week-ends, nous n'avons pas le temps de travailler pour la course. Jamais. Il faut, sans arrêt, signer un bon chrono à toutes les séances. Nous devons donc utiliser plus de pneus et, forcément, orienter notre plan afin d'établir le meilleur chrono possible", a-t-il d'abord lâché.

A chaque manche, les pilotes doivent en effet partager les trois séries de 45 minutes, à la fois pour tenter d'assurer leur place en Q2, mais aussi pour préparer leurs réglages de course. Le tout rend l'équation complexe. Faut-il privilégier la qualification, au risque d'aborder le Grand Prix avec une moto imparfaite, ou concentrer ses efforts pour le dimanche, et s'accommoder d'une place médiocre sur la grille ?

Double dilemme

Pour balayer le dilemme, "Dovi" a bien la solution. "Si la troisième séance d'essais libres déterminait l'accès à la Q2, nous pourrions utiliser les deux séances du vendredi pour faire la mise au point et travailler tranquillement pour la course", a-t-il dit. Impossible de lui donner tort. Et d'autres arguments abondent en ce sens.

Andrea Dovizioso (Ducati Team) sur le circuit Termas de Rio Hondo lors du Grand Prix d'Argentine 2017

Andrea Dovizioso (Ducati Team) sur le circuit Termas de Rio Hondo lors du Grand Prix d'Argentine 2017Ducati Motor Holding S.p.A

Une FP3 aussi déterminante permettrait aux outsiders et aux opportunistes d'accrocher plus régulièrement la première moitié de la grille, notamment en cas de conditions météorologiques différentes de la veille. Elle augmenterait donc substantiellement la part de spectacle pour la course. Et susciterait encore un peu plus l'intérêt des spectateurs le samedi.

La direction de course a bien pris note de toutes ces remarques et s'est sérieusement (re)penchée sur le sujet. Mais elle est, elle aussi, confrontée à un dilemme. Comment conserver l'attractivité des deux premières séances d'essais libres en les dénuant de l'intérêt sportif ? Comment s'assurer un nombre suffisant de spectateurs et de téléspectateurs pour rentabiliser (faire marcher le commerce autour du circuit, attirer les annonceurs pour la télévision, etc.) une journée presque désuète à leurs yeux ? Pour le moment, la solution miracle n'existe pas. Et Dovizioso, comme tous les autres, devra, pour quelques temps encore, se résoudre à jouer les équilibristes aux essais.

Vidéo - De Puniet : "De la FP1 au warm-up, voici comment s'organise un week-end de MotoGP"

02:22
0
0