Honda Motor Co. Ltd

Marc Marquez (Honda HRC) : "Comme en 2016 sauf qu'en 2016, je n'avais rien compris aux problèmes"

Marquez : "Comme en 2016 sauf qu'en 2016, je n'avais rien compris aux problèmes"

Le 02/02/2017 à 11:04Mis à jour Le 02/02/2017 à 11:05

MOTOGP 2017 - Marc Marquez (Honda HRC) est toujours gêné par un problème d'accélération brutale sur sa RC213V mais il pense saisir ce qui se passe. Toutefois, il va être prudent avant de prendre une décision.

Eurosport Player : Regardez la saison 2017 en LIVE

Voir sur Eurosport

La saison dernière, Marc Marquez avait terminé les essais de Jerez de la Frontera à la cinquième position à 1"263 de l'auteur du meilleur chrono. Un gouffre qui, au Japon, ne l'a pas empêché de fêter son troisième titre en quatre saisons. Cette année, la situation peut sembler différente puisque mercredi, à Sepang, le triple champion du monde a terminé deuxième à 0"138 de Maverick Vinales (Yamaha Factory).

Pourtant, Marc Marquez n'est pas satisfait car les problèmes liés à l'accélération qui, la saison dernière, l'ont souvent pénalisé, sont toujours présents. Quoi qu'il en soit, il lui reste six journées de tests, à Phillips Island et à Losail, avant d'arriver au Qatar et on ne doute pas un seul instant qu'il sera prêt.

"Je ne pense pas que le moteur soit trop puissant, surtout si on le compare avec celui des autres motos", a commenté MM93. "Nous devons comprendre comment travailler sur la sortie de virage et l'accélération, nous allons voir comment faire, mais il y certainement déjà eu une grande amélioration.

Marc Marquez (Honda HRC) lors des tests IRTA le 1er février 2017

À certains égards, la situation semble similaire à celle de 2016, même si l'an dernier j'étais loin des premiers et que je n'avais rien compris aux problèmes que nous rencontrions. Mais je veux attendre avant de prendre une décision hâtive, parce que cette piste est spéciale, très chaude, mais nous sommes en train de travailler pour améliorer la situation. Il faudra également que nous fassions quelque chose en ce qui concerne les pneus.

L'un des problèmes est le fait que nous avons encore la base de l'année dernière et que nous devons essayer de changer. Pendant ces essais, j'ai également utilisé la seconde moto, sacrifiant ainsi quelques attaques du chrono.

Je ne sais pas si à Phillip Island nous pouvons effectuer un pas en avant pour arriver à un meilleur niveau. Bien sûr, nous devons faire un pas à la fois tout en sachant qu'il y aura surtout du travail sur l'électronique. C'est la principale question que nous devrons résoudre en Australie, même si aujourd'hui nous avons démontré que nous étions réguliers."

0
0