SWIMMING 2012 Sebastien Rouault - AFP
 
Article
commentaires
Natation > Championnats de France

La déception Rouault, le bonheur Grangeon

La déception Rouault, le bonheur Grangeon

Par AFP
Dernière mise à jour Le 18/03/2012 à 21:18 -
Par AFP - Le 18/03/2012 à 21:18
Si Lara Grangeon a décroché son billet sur 400 m 4 nages, Sébastien Rouault a raté sa qualification pour les JO de Londres sur 400 m nage libre. Avec un temps de 3'49''15, le Mulhousien n'a pas signé les minima, qui sont de 3'48''92. Hugues Duboscq a aussi raté la marche.

La quête olympique n'a pas bien débuté pour les nageurs tricolores aux Championnats de France, Sébastien Rouault et Hugues Duboscq ayant échoué à obtenir leur billet pour Londres sur 400 m nage libre et 100 m brasse, lors de la 1re journée dimanche à Dunkerque. La jeune (20 ans) mais déjà expérimentée Lara Grangeon est la seule à s'être qualifiée, en remportant son quatrième titre consécutif sur 400 m 4 nages.

Pour Hugues Duboscq, seul nageur masculin français triple médaillé olympique en individuel, l'objectif olympique sur 100 m brasse s'est arrêté dès les demi-finales. Le Havrais, 30 ans, en a pris la troisième place, accédant ainsi à la finale lundi. Mais il n'a pas réussi le minima de qualification olympique exigé en demi-finale, échouant pour 18 centièmes (1:01.69).

Duboscq, qui mettra un terme à sa carrière en fin d'année, conserve une chance de se qualifier sur 200 m brasse. "Je suis un peu déçu, mais pas effondré, les Championnats ne sont pas finis. Il y a le 200 m", a-t-il réagi. "Les derniers mètres ont été vraiment horribles", a-t-il expliqué. "Je me sentais me désunir, j'essayais de lutter pour ne pas craquer dans les derniers mètres. J'en ai bien bavé." La déception était plus visible encore sur le visage de Sébastien Rouault, en pleurs sur le podium du 400 m. Le Mulhousien, 26 ans, a empoché le titre, mais n'a pas non plus réussi les minimas, pour 23 centièmes (3:49.15).

"Du bonheur" pour Grangeon

Le champion d'Europe 2010 sur 800 m et 1500 m a payé sa solitude sur la distance, en l'absence de Yannick Agnel, le tenant du titre, lequel a privilégié le 100 m nage libre. "Je savais que ça ne serait pas une partie de plaisir", a-t-il relevé. "J'ai rarement nagé bien plus vite aux Championnats de France. Ce ne sont pas des courses sur lesquelles j'arrive vraiment à m'exprimer, parce que j'ai plus l'impression de faire un contre-la-montre qu'une course pour gagner." "Je ne vais pas me laisser abattre, ce n'est pas dans mon tempérament. J'irai chercher cette qualif", a ajouté Rouault, qui peut encore se qualifier sur 1500 m nage libre.

Dans la matinée, Mélanie Hénique, médaillée de bronze sur 50 m papillon aux derniers Mondiaux de Shanghai, n'était pas plus parvenue à se qualifier, avec seulement le 29e temps des séries sur 100 m papillon. La Néo-calédonienne Lara Grangeon, qui s'entraîne au pôle France de Font-Romeu, est donc la seule à avoir fait le nécessaire pour aller à Londres, en remportant la finale avec une seconde et demie d'avance sur les minimas. "Quand j'ai touché le mur, ça a vraiment été du bonheur", a-t-elle raconté. "J'ai pensé à tous les gens que j'aime et qui m'ont aidé. Le temps, je le connaissais par coeur, il est affiché dans ma chambre."

Sur 50 m papillon, distance non olympique, c'est le revenant Amaury Leveaux qui s'est imposé, devant Frédérick Bousquet (2e) et Florent Manaudou (3e ex aequo avec Fabien Gilot), respectivement compagnon et frère de Laure Manaudou.