Getty Images

Les J.O. dans la Seine ? "Un rêve et une ambition communes", pour Fred Bousquet

Les J.O. dans la Seine ? "Un rêve et une ambition communes", pour Fred Bousquet
Par Eurosport

Le 16/06/2017 à 19:23Mis à jour Le 18/06/2017 à 19:26

Parrain de la troisième édition de l'Open Swim Stars, Fred Bousquet évoque avec nous ce rendez-vous et l'objectif Paris 2024, qui prévoit une péreuve dans les eaux de la Seine.

Comment êtes-vous devenu le parrain de l'Open Swim stars et pourquoi avoir accepté ?

F.B. : J'ai commencé à travailler avec Stephan Caron et son équipe en 2014 à l'occasion de l'organisation du meeting international de natation Singapore Swim Stars, en tant que directeur sportif de l'événement. Je suis par la suite devenu actionnaire dans la société. Il était donc naturel pour moi de devenir le parrain de l'Open Swim Stars et de ses sept épreuves en France en 2017.

La renaissance de cet évènement, c'est celle d'un évènement à caractère historique. Est-ce quelque chose qui compte à tes yeux?

F.B. : Le caractère historique de l'événement lui donne évidemment une valeur, mais au delà de cet aspect notre réel souhait est de rendre accessible à tous la pratique de la natation et de sensibiliser le grand public sur la nécessaire préservation de nos cours d’eau.

Quel regard portes-tu sur la nage en eau libre, toi qui a été un grand champion des bassins ?

F.B. : Je trouve que la nage en eau libre est le moyen idéal pour découvrir les joies de la natation. Évoluer en milieu naturel sans contrainte liée à la pratique en bassin telles que les horaires d'ouvertures et fermetures, l'insalubrité d'un trop grand nombre de piscines sur le territoire national, etc., permet aux pratiquants d'exercer une activité physique non traumatisante pour le corps et ses articulations. Et pour certains, un bon moyen de se lancer un défi en s'inscrivant sur les courses que propose l'Open Swim Stars.

Quelles qualités distinctes entre les deux (bassin, eau libre) ?

F.B. : Les épreuves d'eau libre nécessitent une endurance particulière, en revanche, la technique, importante en bassin, notamment avec les virages et coulées, ne prévaut pas en eau libre.

Est-ce que vous vous êtes déjà baigné dans la Seine à l’occasion de cet évènement ou autre?

F.B. : Je n'ai jamais eu l'occasion de m'y baigner mais ça ne saurait tarder ! D’autant que la qualité de l’eau dans Paris s'améliore.

Organiser une épreuve en eau libre dans la Seine pour Paris 2024, n'est-ce pas un pari un peu fou ?

F.B. : Pas du tout, cela relève plutôt d'un rêve et d'une ambition commune d'accueillir les Jeux Olympiques en 2024 et d'offrir aux spectateurs et athlètes les plus beaux stades et conditions de compétitions.

Les Jeux à Paris, ça vous évoque quoi ? Un rêve ? Un défi dans lequel vous comptez vous de quelle manière à long terme si Paris les obtient ?

F.B. : C'était un rêve lorsque j'étais athlète, c'est une ambition aujourd'hui car je soutiens pleinement et activement cette candidature ayant participer et présenter le futur complexe aquatique aux membres votants du CIO lors de la commission d'évaluation

0
0