AFP

Mondiaux en petit bassin - Relais 4x100m - Florent Manaudou : "Entre Marseillais c'est encore mieux"

"Entre Marseillais, c'est encore mieux"
Par AFP

Le 03/12/2014 à 21:28Mis à jour Le 03/12/2014 à 23:24

La France a une fois de plus dominé outrageusement le relais 4x100m messieurs avec une équipe composée in extremis par "quatre gamins", tous Marseillais, et portée par un Florent Manaudou au top, lors des Mondiaux 2014 en petit bassin, mercredi à Doha.

"Avoir quatre gamins dont vous avez l'entière responsabilité et qui battent la Russie, les Etats-Unis, l'Italie, le Brésil, c'est un petit coup de coeur", a reconnu fièrement Romain Barnier, entraîneur en chef de l'équipe de France mais également coach des quatre garçons à Marseille. Grâce à ce nouveau quatuor, composé de Clément Mignon, Fabien Gilot, Manaudou et Mehdy Metella, la France a glané sa douzième médaille en autant de participations sur cette distance ces dix dernières années.

Les Bleus se sont imposés en 3'03''78, soit un nouveau record en Championnat du monde petit bassin, devant la Russie (3'04''18) et les Etats-Unis (3'05''58), dans une toute petite ambiance et devant un public très restreint à l'Hamad Aquatic Center. Les Français ont une fois encore joué les outsiders. Et toujours avec talent. Manaudou en tête.

Gilot pas prévu mais présent

Le quadruple médaillé d'or européen en 2014 a parfaitement débuté sa quête au Qatar en s'offrant son troisième titre d'affilée sur cette épreuve collective. "A croire que je suis peut-être le porte bonheur de l'équipe de France du 4x100m crawl ! C'est une régalade à chaque fois, entre Marseillais ce (mercredi) soir, c'était encore mieux", s'est réjoui le sprinteur, parti en troisième position devant Metella, qui a assuré en finisseur.

Ce relais, champion olympique, du monde et d'Europe en titre en grand bassin, était pourtant celui qu'on n'attendait pas à Doha. A quinze jours du rendez-vous mondial, le forfait de Yannick Agnel l'avait mis en péril, jusqu'à cette solution de dernière minute en la personne de Fabien Gilot, l'homme de la situation. Il avait décidé de zapper l'événement et n'était pas prêt du tout. Mais son grain de folie aura fait la différence.

Magnifique Belmonte

Le relais doré a été accompagné d'une bonne performance, celle de Giacomo Perez Dortona. En demi-finales du 100 m brasse, le Marseillais a signé son meilleur chrono et égalé le record de France (57''24) pour décrocher son billet pour la finale de jeudi, avec le septième temps des demies. Jeudi, un autre Tricolore sera en finale. Benjamin Stasiulis, qui se remet tout juste d'une tendinite à l'épaule gauche, a signé le 8e temps des demies (50''68) du 100 m dos.

La journée a été également marquée par les performances exceptionnelles de Mireia Belmonte. L'Espagnole est devenue la première nageuse de l'histoire à descendre sous les deux minutes sur 200 m papillon (1'59''61), pour, quelques minutes plus tard, battre son deuxième record du monde de la journée en finale du 400 m 4 nages (4'19''86). Deux exploits signés devant la favorite hongroise Katinka Hosszu, qui à chaque fois a dû se contenter d'être la dauphine.

La star américaine, Ryan Lochte, n'a pas réussi le triplé sur 200 m libre. Le Sud-Africain Chad Le Clos s'est imposé en 1'45''45, et Lochte a fini troisième (1'42''09).

0
0