Article
commentaires
Natation > Mondiaux 2005

Metella repart en conquête


Par AFP
Par AFP - Le 30/07/2005 à 12:00
Après sa belle deuxième place sur 100m nage libre, Malia Metella s'est qualifiée pour les demi-finales du 50 m nage libre, samedi, tout comme Céline Couderc. De son côté, Sébastien Rouault est passé en finale du 1500 m nage libre avec le sixième chrono de

Au lendemain de sa médaille d'argent sur le 100 m nage libre, Malia Metella a replongé en séries du 50 nage libre avec l'objectif d'aller chercher le titre, lors de la quatorzième et avant-dernière journée des Championnats du monde, samedi à Montréal. La tête encore dans les étoiles, la Guyanaise a fini à la septième place en 25''42.

Un temps moyen comme l'ensemble des chronomètres car aucun record de vitesse n'a été battu ni par l'Australienne Alice Mills (25''15) ni par la Suédoise Thérèse Alshammar (25''19) ni par la Chinoise Zhu Yingwen (25''22). "Personne n'est en forme ce matin. Je pense que ce soir ça va gazer un peu plus", a analysé Metella, avouant "avoir eu du mal à se remettre dedans". "Mais on n'a pas le choix. C'est la tête dans la compétition jusqu'au bout", a-t-elle ajouté.

 

Ce rythme mesuré a d'ailleurs fait le bonheur de Céline Couderc. Quinzième temps (25''83), elle a décroché sa place en demi-finales, ce qui était son objectif de départ. "Je pensais que 25''83 ne suffirait pas. Je passe, je suis soulagée et je me suis fait vraiment plaisir", a commenté Couderc.

Orteil douloureux

Pour Metella, les événements ne font que commencer. Car il était certain que la vice-championne olympique de cette distance devait nager plus vite pour accéder parmi les huit finalistes. Et marquer son territoire. "Il vaut mieux impressionner ses adversaires", estime-t-elle. "Ca ira mieux ce soir (samedi soir). On sera bien réveillé. On aura fait une bonne sieste. On aura bien mangé", a prédit la Guyanaise, avouant qu'il est difficile de passer du podium à une nouvelle course. "Mais je crois qu'il ne faut pas y penser", a-t-elle souligné.

Tout se présente bien pour Metella. Même si après sa médaille, elle a mal dormi. Non à cause du trop plein d'émotions, mais plus prosaïquement en raison de son orteil du pied gauche qui l'a fait souffrir toute la nuit. "J'ai dû réveiller le médecin pour qu'il me donne un calmant", a-t-elle raconté.

Rouault : "La finale c'est du bonus"

Sébastien Rouault a confirmé, lui, qu'il était bien le grand espoir du demi-fond. Déjà finaliste du 800 libre, il a aussi gagné (15'08''00) sa place dans les huit (6e) du 1500 aux côtés du Britannique David Davis (14'59''33), de l'Australien Grant Hackett (15'00''18) et du Russe Yuri Prilukov (15'01''03). "J'avais réussi mes Mondiaux. La finale du 1500, c'est du bonus", a fait valoir le Francilien, 23 ans, qui après avoir amélioré sa meilleure marque personnelle craignait la course de dimanche en raison de "l'enchaînement et de la fatigue".

En revanche, Pierre Roger est passé à côté de la compétition. En début de semaine, il avait échoué dans le 100 m dos, il a récidivé dans le 50 m sur lequel il comptait pour se relancer (26''55, 21e), très loin de l'Allemand Thomas Rupprath (25''44) à l'économie. "J'ai vraiment des gros problèmes avec ma technique de nage. A l'entraînement, avant la compétition tout va bien. Cela laisse présager de super résultats. Et pendant la course, je n'ai pas du tout ma nage ", s'est désolé le Toulousain. Une remise en question est nécessaire