Panoramic

Yannick Agnel : "C'est la DTN qui a décidé, même à 50 de fièvre, j'aurais nagé"

Agnel : "C'est la DTN qui a décidé, même à 50 de fièvre, j'aurais nagé"

Le 10/08/2016 à 03:58Mis à jour Le 10/08/2016 à 04:23

JO RIO 2016 – Après la polémique née de son absence des séries du relais 4x200m mardi matin à Rio, Yannick Agnel a tenu à réagir publiquement dans la soirée. Oui, il était bien malade. Mais non, il n'a pas déserté en rase campagne, contrairement à ce qui a été dit.

La journée de mardi a été très belle pour la délégation française avec ces cinq médailles dont deux titres. Mais la natation tricolore, elle, a vécu quelques heures pénibles à Rio avec un psychodrame autour du relais 4x200m. Annoncé forfait mardi matin pour les séries parce que fiévreux, Yannick Agnel a provoqué la colère de ses coéquipiers, Jordan Pothain affirmant que l'équipe avait été "abandonnée" par Yannick, évoquant un "mensonge". Dans la soirée, à l'Aquatic Center du Parc Olympique, l'ancien champion olympique du 200m a tenu à donner sa version.

"C'est un peu compliqué tout ça…" a d'abord soufflé Yannick Agnel, qui a bien confirmé qu'il était souffrant lundi soir. "J'étais malade. Le matin de ma série du 200, ça allait, mais plus le soir. Je partage ma chambre avec Lorys [Bourelly, autre membre du relais, NDLR], il a vu le médecin venir et vu que j'avais de la fièvre." Voilà pourquoi, explique-t-il, il n'en a pas parlé, pensant que son camarade de chambrée transmettrait l'information. "C'est vrai que je n'ai pas eu la présence d'esprit d'en parler plus tôt", a-t-il toutefois regretté, estimant que toute cette affaire résulte surtout d'un "manque de communication".

" Il y a eu un gros manque, global, de communication"

Mais Agnel a surtout catégoriquement démenti avoir abandonné le relais. Selon lui, on a pris la décision à sa place. "C'est une décision de la DTN. Ils ont choisi de mettre Damien Joly à 1h30 du matin pendant que je dormais. Au réveil, je me suis levé et je n'avais plus de fièvre. Malgré tout, ils ont décidé de conserver Damien Joly. C'est leur décision. Et je la respecte. Ce matin, j'étais dans l'eau. Je me suis échauffé." Et Agnel d'ajouter : "Même avec 50 de fièvre, j'aurais nagé. Ceux qui me connaissent savent que je n'ai jamais lâché personne. J'ai été de tous les relais, toujours."

Sur les propos très durs de Jordan Pothain, Agnel a estimé qu'il ne fallait "pas les prendre au mot. Il a parlé sous le coup de la déception et de l'émotion. Ses mots ont dépassé ses pensées." Le nageur de Mulhouse a dévoilé que les nageurs du relais s'étaient vus mardi après-midi, après la naissance de la polémique, afin de tout mettre à plat. "On a fait une réunion. Encore une fois, les gars ne savaient pas, le matin, que j'étais tout à fait prêt à nager les séries du relais. Il y a eu un gros manque, global, de communication."

C'est donc sur cette drôle de journée, cette polémique pas très claire sur le fond comme sur la forme, que Yannick Agnel va tourner le dos à sa carrière internationale. Difficile, décidément, de faire plus contrasté que les Jeux de 2012 et ceux de 2016 pour lui. Sans rêver à un triomphe similaire à celui de Londres, il espérait sans doute un autre scénario que celui-ci. "Je ne veux pas partir sur une mauvaise impression. Il y a un peu de tristesse et de déception mais pas un sentiment de gâchis", a-t-il conclu. C'est le moins que l'on puisse dire.

De notre envoyé spécial à Rio, Laurent Vergne

0
0