AFP

Les Français Papadakis et Cizeron ont perdu leur titre mondial, mais avec panache

Papadakis et Cizeron ont perdu leur titre mondial, mais avec panache
Par AFP

Le 02/04/2017 à 14:34

MONDIAUX - Double champions du monde en titre, les Français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron n'ont pu faire leur retard concédé lors du programme libre et ce sont contentés de la médaille d'argent, battus par les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir, samedi à Helsinki. Néanmoins, ils ont battu leur record sur un programme libre.

Ils ont certes cédé leur couronne aux revenants canadiens Tessa Virtue et Scott Moir, mais les danseurs Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, médaillés d'argent, ont conclu sur une excellente note les Championnats du monde, samedi à Helsinki. A voir leur émotion sur la glace et leurs larges sourires ensuite, difficile de croire que les Français installés à Montréal n'avaient "que" la médaille d'argent autour du cou, eux qui s'étaient habitués à celle en or en 2015 et 2016.

Mais il fallait comprendre qu'au lendemain de la déception teintée d'incompréhension de la danse courte, après laquelle Papadakis et Cizeron se sont retrouvés relégués à plus de cinq points des Canadiens, le duo formé il y a une quinzaine d'année à Clermont-Ferrand venait de patiner son programme libre le plus accompli (119,15 pts, record du monde). Une satisfaction d'autant plus grande que ce programme, monté sur une inhabituelle musique contemporaine, et qui a bousculé une fois de plus les codes de la discipline, s'est avéré particulièrement exigeant.

"Etre capable de transcender ce programme et de le faire comprendre au public, c'est une de nos plus grandes réussites. Ca nous a vraiment fait grandir", a savouré Papadakis. "C'était un des meilleurs moments qu'on a partagés sur la glace, a confirmé Cizeron. On a laissé 100% de place pour la magie."

Vidéo - Papadakis et Cizeron détrônés, mais ils ont offert un spectacle d'exception

03:13

Come-back parfait

"Ils ont vraiment patiné à la perfection. Ils étaient techniquement très, très propres et complètement habités dans leur interprétation, s'est félicité leur entraîneur Romain Haguenauer. C'est la première fois qu'ils battent Tessa et Scott sur un programme long. Ca montre qu'ils sont dans la course." Si les danseurs français ont ébloui les spectateurs samedi, ils s'inclinent (196,04 pts) toutefois pour la troisième fois cette saison en autant de confrontations face à leurs partenaires d'entraînement, Virtue (27 ans) et Moir (29 ans).

Les Canadiens (198,62 pts), de retour à la compétition cet hiver après deux ans de pause, conservent ainsi leur invincibilité et s'affirment comme de très sérieux prétendants à l'or olympique, à moins d'un an des Jeux de Pyeongchang (Corée du Sud). Les champions olympiques 2010 et vice-champions olympiques 2014 se sont toutefois fait une frayeur quand Moir n'a pas pu éviter un gros déséquilibre sur une séquence de pas. "Ca ne leur coûte pas très cher", a remarqué Haguenauer, qui entraîne également le tandem canadien.

"En étant objectif, j'ai l'impression qu'il y a un petit peu deux poids, deux mesures quand même", a-t-il estimé, en référence aux trois points retirés aux Français la veille sur leurs deux séquences de pas. Papadakis et Cizeron savent en tout cas sur quoi concentrer leurs efforts en vue de la saison prochaine : il s'agira de parvenir à livrer une prestation aussi aboutie dans leur programme court. Sans abandonner "la liberté (qu'ils ont) conquise", dixit Cizeron.

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron lors des Mondiaux à Helsinki en 2017

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron lors des Mondiaux à Helsinki en 2017AFP

Hanyu éclatant

Plus tôt, c'est Yuzuru Hanyu qui a électrisé les spectateurs. A chaque saut réussi de la star japonaise répondait une acclamation. Et son flot de drapeaux nippons agités, éparpillés un peu partout dans les tribunes de la patinoire. Avec un total de 321,59 points, le champion olympique 2014 (22 ans) a détrôné l'Espagnol Javier Fernandez, double tenant du titre mondial, et retrouvé la couronne qu'il avait coiffée une première fois en 2014.

Il n'était pourtant pas en position idéale après le programme court : cinquième à plus de dix points de Fernandez, en tête. Il fallait réussir quatre quadruples sauts pour s'offrir une médaille. Comme Hanyu, c'est ce qu'ont réalisé deux patineurs âgés de 19 ans, un autre Japonais, Shoma Uno (2e, 319,31 pts) et le Chinois Boyang Jin (3e, 303,58 pts) pour former un podium 100% asiatique.

Fernandez, qui patinait en dernier, s'est lui laissé rattraper par la pression. Une chute sur un quadruple saut en déséquilibre, plus des approximations à répétition : il échoue au pied du podium (301,19 pts). Et Nathan Chen, considéré à 17 ans comme la nouvelle pépite du patinage mondial, ne termine que sixième (290,72 pts). Il a été jusqu'à tenter six "quads" samedi, mais est tombé deux fois. La marche était trop haute.

0
0