Eurosport
 Liège-Bastogne-LiègeRegarder 
 
 
"Le jeu derrière la défense est complexe"
18/12/2012 - 17:53

"Le jeu derrière la défense est complexe"

L’analyse du jeu du haut niveau national ou international met en évidence les difficultés rencontrées par les attaquants pour rendre efficaces les actions de jeu qui font suite au franchissement de manière nette du premier rideau défensif. Autrement dit la finition est en cause.

Dans le rugby actuel, le premier rideau défensif est de plus en plus étoffé sur toute la largeur. Beaucoup de travail à l’entrainement est réalisé collectivement pour être toujours plus efficace dans le jeu offensif "devant et dans cette défense". L’objectif, c’est de créer dans l’espace successif à un rapport de force particulièrement favorable pour le porteur de balle. Quand celui-ci déchire sans ralentissement préalable cette première ligne, il est confronté à un déséquilibre qui présente peu de défenseurs en mesure de freiner sa progression et, en même temps, tous ses partenaires ou une majorité sont en soutien proche ou plus lointain Ce type de jeu situationnel peut aussi, bien sûr, être réalisé en utilisant devant la défense le jeu au pied court, ce qui, en cas de récupération, crée le même avantage, à savoir un rapport de force particulièrement intéressant pour l’attaquant récupérateur et ses partenaires.

Ce jeu situationnel derrière la défense peut logiquement faire penser que le plus facile reste à faire. Si ce contexte favorable de jeu apparaît plus simplifié, il n’en est pas pour autant simpliste. J’ai pu noter, ne serait-ce que le dernier week-end, mais on peut le vérifier régulièrement dans le top 14 que bons nombres de situations à priori faciles à jouer devenaient, du fait d’un mauvais choix du porteur de balle ou du soutien, soudainement plus complexes et échouaient. On entend alors parler de "détails à régler".

Ce jeu derrière la défense mérite un travail d’entrainement tout aussi pointu que celui qui est fait dans le jeu "devant et dans la défense". Mais il me semble qu’il est trop souvent négligé dans les entraînements car on considère que cette "finition" va de soi. Dans les entraînements nécessairement en opposition, le jeu est arrêté après le franchissement :


  • soit parce que le porteur de balle ne juge pas utile d’aller plus loin car il a fait l’essentiel, le reste il sait le faire. On passe arbitrairement par le sol pour pouvoir relancer le jeu sur une énième phase, avec une défense replacée.

  • soit les défenseurs ne jouent pas le jeu et ne font pas l’effort nécessaire pour contrecarrer le jeu en cours. Ne sont pas ainsi crées les conditions de perfectionnement nécessaires pour arriver à une maîtrise toujours plus grande de ces situations plus complexes qu’elles n’en ont l’air.


L’analyse vidéo des erreurs en match sont insuffisantes même si intéressantes. Elle apporteront un bonus de compréhension sur ce qu’il aurait fallu faire mais ne remplaceront pas le vécu. .

Ce jeu derrière la défense est complexe, car engagé dans une nouvelle phase, le porteur de balle, va devoir appréhender et saisir à la fois cette action :

  • dans l’ensemble du contexte (la distribution dans l’espace de jeu des deux collectifs impliqués dans le mouvement général du jeu)


- dans l’urgence situationnelle qui l’amène à devoir détecter et traiter grâce à une bonne lecture "ce qui se présente en face de lui".

Il s’agit bien pour le porteur de balle de prendre en compte, à la vitesse du jeu, le positionnement de ce ou ces derniers défenseurs et en même temps de gérer leur réaction sans oublier de donner du sens au jeu de ses partenaires les plus proches qui sont censés d’assurer, en ajustant leur course, le soutien utile et pertinent. Le choix de son jeu successif, donc le "comment jouer" va devenir déterminant et va s’inscrire, à la fois, dans le rapport espace temps disponible avant d’affronter le ou les premiers défenseurs en barrage. Mais en même temps, son jeu sera guidé en interaction par la réponse des autres joueurs. Tout à la fois, les autres défenseurs, qui éventuellement pourront intervenir en repli dans la continuité du mouvement et ses partenaires en soutien. A l’instant, il existe une marge d’imprévu évaluable mais rapidement variable. L’évolution de cette marge d’incertitude renvoie directement à la dimension informationnelle, celle mise en jeu par tous les joueurs des deux collectifs, l’offensif et le défensif, mais prioritairement par les joueurs engagés dans l’action proche du porteur de balle.

Compte tenu du rapport de force favorable, c’est bien sûr les attaquants qui ont un avantage mais celui-ci ne reste qu’éphémère. Ils doivent tout mettre en œuvre pour préserver, voire amplifier l’avantage acquis qui n’a de chance de se révéler efficace que si la coopération (partenaires les plus proches) surgissent "à hauteur" en soutien latéral mais aussi en soutien profond.

Les bons joueurs ont dans ce contexte le "regard scanner", celui qui explore tout en même temps la zone centrale et périphérique pour y détecter les indices utiles qui vont guider leur jeu successif, ces mêmes indices qui d’ailleurs vont ou devraient guider le jeu des soutiens.

Il s’agit bien d’être, face à la variabilité rapide du rapport de force, d’être réactivement opérationnel tant offensivement que défensivement pour apporter les réponses adéquates.

Beaucoup de situations, y compris au plus haut niveau, ne se concrétisent pas par manque de justesse dans le jeu des uns et des autres. On est bien obligé de mettre en cause la capacité collective des joueurs attaquants à saisir l’action de jeu et donc de lire dans l’espace de terrain concernée les décisions réciproques. L’activité adaptative pour les uns et les autres, quand le premier rideau est clairement déchiré, est alors totalement sollicitée et elle est prépondérante .

Aucune situation, du fait de leur variabilité, ne sont exactement identiques, même si on peut les caractériser en simple (du 1 contre 0 voire du 2 contre 1) ou, en plus ou moins complexes en fonction du nombre de défenseurs à même d’intervenir sur le porteur de balle dans l’espace de jeu.

Les All Blacks, par la capacité des soutiens latéraux à surgir prés du porteur de balle et à assurer en même temps un soutien axial (ressource utilisable si le jeu latéral n’est plus la bonne option), sont certainement le collectif qui "rate" moins que les autres ces opportunités de scorer. En s’engouffrant dans le même espace de pénétration sans retard et en collant au ballon, le soutien sait se rendre immédiatement utile au porteur de balle. Cette anticipation favorise les choix de jeu du ou des différents porteurs de balle, quelque soit le degré d’incertitude créée par la réaction défensive.

La continuité du jeu et son efficacité ne doivent pas s’arrêter au travail "devant et dans la défense". Ce jeu de finition doit capitaliser la qualité du jeu précédent. Seul un travail équipe contre équipe est à même de recréer et de se confronter aux exigences qui fluctue dans la complexité, exigences qui sont celles que l’on rencontre dans la compétition.

Des contenus de travail avec des effectifs d’opposition partiels, plus simples, sont très intéressants mais ne recréent qu’insuffisamment les caractéristiques fluctuantes des rapport de force rencontrées dans le jeu total.

Le Toulon d’aujourd’hui, d’abord, par la volonté de produire du jeu, se donne dans la compétition, du fait du volume de mouvement produit et de la répétition des expériences rencontrées, les moyens de résoudre toujours mieux les problèmes liés aux fluctuations du jeu dans toutes ses phases et forcément aussi dans le jeu derrière la défense.

 
 
À ne pas manquer
  • Découvrez Le Mag Eurosport

    Parce que sport rime aussi avec Lifestyle, Culture et High-tech, Eurosport vous garde au top des tendances avec son nouveau site LeMag.

  • Le BUZZ Eurosport

    Pas de score ni de compte-rendu de match, mais des succès, des chutes, des classements, des filles sexy... Retrouvez ici l'actu décalée du sport !

  • Regardez Eurosport où vous voulez, quand vous voulez

    Avec Eurosport Player, vivez et revivez tous les grands événements sportifs sur vos écrans. Accédez en illimité aux chaînes Eurosport et aux contenus exclusifs, en Live et à la demande.

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
 
Google Plus