“Les Boks ont mis en évidence une petite faiblesse chez les Blacks”

“Les Boks ont mis en évidence une petite faiblesse chez les Blacks”
le 12/10/2013 à 14:07

L’évolution d’un sport et logiquement celle du rugby passe par l’approfondissement du meilleur niveau de pratique. Bien sûr tout dépend de la conception, de l’analyse et du ressenti que chacun a du jeu. En ce sens, la préférence d’un style, de formes, d’un esprit, et bien évidemment dans le temps de résultats réguliers et éloquents conditionnent l’option privilégiée.

Quand une équipe obtient durablement des résultats significatifs, ceux ci ne sont pas à évaluer dans la dernière performance mais se doivent d’être resituer dans un contexte historique et culturel. Je dirais, dans le savoir-faire d’une nation ou d’un club pour surfer avec à propos avec l’évolution des règles , les formes de jeu, les techniques et toutes les autres ressources qui s’attachent à la performance du joueur et du collectif. Certaines nations sont en pointe pour intégrer, voire anticiper, l’évolution et les novations et les mettre a disposition des pratiquants dans le cadre de la continuité de la formation des pratiquants du débutant au plus haut niveau.

Il n’y a pas de rugby parfait, ni de modèle de jeu infaillible mais quand on s’inscrit dans cette dynamique développée sur des bases culturelles idoines, alors le management du système global et celui des pratiquants devient plus simple et opérationnel, puisqu’on va y développer avec un style devenu identitaire, mais aussi ses compétences utiles et forcément la confiance qui va avec. Dans ces conditions, l’équipe aura, qu’importent les circonstances, le désir d’imposer son jeu et de le valoriser soit bien le moteur de l’action.

Il s’agit bien, en fait, de créer mentalement cette dynamique émotionnelle qui permettra de dépasser, le jour J, les enjeux qui s’attachent au résultat et ainsi de savoir pouvoir actionner, avec ambition et plaisir le jeu identitaire, ce qui permet aussi d’occulter les facteurs inhibiteurs et d’analyser les éventuels échecs positivement et sans culpabilisation.

S'il y a une équipe qui répond dans l’histoire à cette vision culturelle et qui au fil du temps a toujours mis en avant la qualité du jeu à produire en allant à la recherche d’une excellence jamais atteinte, ce sont bien les All Blacks. Accepter comme objectif de produire coûte que coûte un jeu ambitieux et en accepter les résultats n’est pas facile. Mais cette disposition mentale crée dans le collectif une dynamique intégratrice pour avancer collectivement sur les mêmes références. Sans doute est-ce pour cela et pour bien d’autres raisons évidemment qu’ils dominent le monde depuis que le rugby existe.

Le dernier match Afrique du Sud-Nouvelle-Zélande nous a gratifié d’un grand spectacle rugbystique. Actuellement, c’est certainement la production la plus significative de l’excellence actuelle. Les All Blacks y ont été pour beaucoup, mais les Sud-africains ont eux aussi su élever leur niveau de jeu en sortant de l’affrontement systématique qui est habituellement leur marque de fabrique. En allant défier les Blacks sur le large, ils ont d’ailleurs mis en évidence une petite faiblesse chez les champions du monde. Une déficience qui n’aura pas échappé au staff tricolore et qu’il s’agira surement d’exploiter, avant de les rencontrer en novembre prochain.

Mais pour le reste, le talent , la maîtrise, l’ambition, les capacités adaptatives pour transformer un mauvais ballon en un bon. Savoir et vouloir jouer dans l’irrationnel , voire l’insensé sont des domaines qui ont dans ce match appartenu aux néo zélandais. Nous allons les attendre avec impatience dans leur tournée européenne.