SKI JUMPING 2010 Vancouver Simon Ammann - AFP
 
Saut à ski > Vancouver 2010

Ammann décroche la lune

Ammann décroche la lune

Par Eurosport
Par Eurosport - Le 13/02/2010 à 20:44
Double champion olympique à Salt Lake City, Simon Ammann s'est imposé à Vancouver huit ans après sur le tremplin normal. Le Suisse, qui égale la légende finlandaise Matti Nykänen, devance Adam Malysz et Gregor Schlierenzauer. Emmanuel Chedal termine 24e, Vincent Descombes-Sevoie est plus loin (28e).
 

Il était sûr de son coup. Simon Ammann savait il y a encore deux jours qu'il ne serait pas loin du titre olympique samedi sur le petit tremplin de Whistler. Il l'avait dit. Il l'a fait. En tête à l'issue du premier saut, le Suisse s'est offert la première médaille de ces XXIe JO d'hiver. Avec classe...

Sur le K90, le Saint-Gallois a décroché un troisième sacre olympique, après les deux premiers glanés à Salt Lake City, en 2002. A l'issue des deux sauts, Ammann (105m et 108m pour 276,5 pts) a devancé le Polonais Adam Malysz (103,5m et 105m pour 269,5 pts) et l'Autrichien Gregor Schlierenzauer (101,5m et 106,5m pour 268m), qui n'était que sixième après le premier essai.

"C'est fou"

Ce succès permet à Ammann de faire aussi bien que le Finlandais Matti Nykänen, sacré trois fois en individuel (et une fois par équipes) aux Jeux de Sarajevo (1984) et Calgary (1988). Trois Français avaient franchi la qualification vendredi, deux d'entre eux ont passé le cut, un seul n'ayant eu le droit qu'à un saut unique (David Lazzaroni 47e). Emmanuel Chedal s'est classé 24e (99m et 96,5m pour 234,5 pts) tandis que Vincent Descombes-Sevoie a pris la 28e place (96m et 97m pour 230 pts). Au pied du podium, Janne Ahonen (102m et 104m pour 263 pts) devra encore attendre avant de décrocher une première médaille olympique individuelle.

Sur son petit nuage après son sacre, Ammann peinait à mesurer ce qu'il venait d'accomplir. "Je n'arrive pas à trouver les mots pour décrire ce que je ressens, c'est fou, a confié le champion helvétique. Une troisième médaille d'or, c'est vraiment de la folie. J'ai tout donné ce que j'avais, j'étais vraiment très concentré sur ces compétitions, mais je savais que cela allait être dur, car tout le monde est à son meilleur niveau". Même s'il doit se contenter du bronze, Gregor Schlierenzauer n'avait pas le coeur à faire la fine bouche de son côté. "Ce sont mes premiers JO et je peux dire que je suis heureux. Je ne peux dire vraiment autre chose, c'est un rêve devenu réalité, j'espère que cela va continuer au fil de ces Jeux".

Reuters
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×