AFP

Alexis Pinturault passe encore à côté, Marcel Hirscher tient enfin son titre en géant

Pinturault passe encore à côté, Hirscher tient enfin son titre en géant

Le 17/02/2017 à 14:27Mis à jour Le 17/02/2017 à 15:26

MONDIAUX - Troisième temps de la 1re manche, Alexis Pinturault n’a pas tenu le choc dans la seconde manche du géant, vendredi. Seulement septième au final, il a laissé Marcel Hirscher décrocher son premier titre mondial dans la spécialité. Roland Leitinger et Leif Kristian Haugen sont montés sur le podium.

Eurosport Player : Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Le rêve est passé pour l’équipe de France. Parmi les favoris au départ, Alexis Pinturault (7e à 0’’98), pourtant 3e à mi-course, et Mathieu Faivre (9e à 1’’05) sont passés complètement à côté de leur course. Tout le contraire de Marcel Hirscher. Après le slalom en 2013 et le combiné en 2015, ce dernier est enfin devenu champion du monde de géant en s’imposant sur la piste de Saint-Moritz, ce vendredi.

L’Autrichien, en tête à l’issue de la première manche, n’a pas craqué pour se parer d’or mondial pour la 5e fois de sa carrière. Il a devancé deux hommes que l'on n'atendait pas puisque ni son compatriote Roland Leitinger (+ 0’’25) ni Leif Kristian Haugen (+ 0’’71) n’étaient encore monté sur le podium d’un géant. Ils ont bien choisi leur jour.

La consécration est enfin arrivée. Maître du géant depuis près de cinq ans, Marcel Hirscher n’avait encore jamais décroché l’or en géant lors d’une événement majeur (Mondiaux ou JO). Désormais, c’est chose faite. Et le succès de l’Autrichien ne souffre, comme souvent, d’aucune contestation possible. Tous ses opposants théoriques ont craqué, les uns après l’autre. A commencer par les Français. Si Steve Missillier (18e à 1’’84) et Victor Muffat-Jeandet (13e à 1’’43) se sont montrés au niveau auquel on pouvait les attendre, il n’en a rien été du duo Pinturault-Faivre. Le Niçois n’a jamais semblé dans le coup pour la médaille, malgré un nouveau top 10 (9e à 1’’05). Sauf que Pinturault était lui sur le podium à mi-parcours.

Leitinger et Haugen, un premier podium au bon moment

Pointé à 0’’35, le Français pouvait rêver d’un titre mondial, ou au moins d’une médaille. Sauf qu’il a totalement craqué sur un second tracé plus sélectif. A contre-temps, trop raide et incapable de jouer avec un terrain qui semblait marquer au fur et à mesure, le skieur de Couchevel s’est perdu lors de la seconde manche (21e temps !) pour terminer à une décevante 7e place, loin (+ 0’’98) de l’or auquel il rêvait temps. La plus belle des médailles, Roland Leitinger l’a longtemps espérée. Meilleur temps du second run, l’Autrichien a réalisé la course de sa vie (aucun top 5 en carrière !) pour repousser toute la concurrence à une demi-seconde, y compris un Leif Kristian Haugen monté pour la première fois de sa carrière sur le podium (à 0’’49 de Leitinger).

Mais, ce vendredi, le titre ne pouvait échapper à Marcel Hirscher. Impérial en première manche, l’Autrichien s’est élancé avec plus d’une demi-seconde d’avance sur son compatriote et l’on a vite compris que le leader de la Coupe du monde serait intouchable. Même si Leitinger a réalisé un bas de feu, lui reprenant 0’’50, cela n’aura pas suffi. Après trois petits globes, des déceptions olympiques (4e en 2010 et 2014) et des placettes mondiales (4e en 2009, 2e en 2013 et 2015), Marcel Hirscher s’offre enfin le sacre ultime en géant. A 27 ans, l’Autrichien rentre encore un peu plus dans l’histoire du ski. Et on se demande bien où il s’arrêtera.

0
0