Panoramic

Trois semaines plus tard, la saison d'Alexis Pinturault n'a plus rien d'un fiasco

Trois semaines plus tard, la saison de Pinturault n'a plus rien d'un fiasco

Mis à jourLe 14/02/2016 à 11:05

Publiéle 13/02/2016 à 19:17

Mis à jourLe 14/02/2016 à 11:05

Publiéle 13/02/2016 à 19:17

Article de Julien Chesnais

Cauchemardesque jusqu'à la mi-janvier, l'hiver d'Alexis Pinturault est en train de virer à la réussite. Après son succès au combiné de Kitzbühel, le skieur de Courchevel a remporté le géant de Yuzawa Naeba, samedi. Le voilà de retour à son meilleur niveau.

C'est fou comme le vent peut vite tourner. Alexis Pinturault ne s'en plaindra pas, il pousse actuellement fort dans son dos. Victorieux samedi du géant de Yuzawa Naeba, le skieur de Courchevel a signé son deuxième succès de la saison, trois semaines après le combiné de Kitzbühel qui avait constitué le tournant d'un hiver jusque-là raté.

Avant de monter en Autriche sur la plus haute marche d'un podium 100% français, la "Bête" de 24 ans n'avait pas encore rugi. Sinon de dépit. Car la saison qui devait enfin le propulser vers le gros globe se résumait alors à un fiasco. Zéro pointé sur le sol américain assorti d'une chute sur la tête, zéro pointé à nouveau à Val d'Isère… dès la mi-décembre, il pouvait déjà tirer une croix sur le général. "J'ai l'impression qu'il y a un peu le destin qui s'acharne" déplorait-t-il alors. La réussite a encore tardé avant de pointer son nez. Souvent placé le mois qui a suivi, il ne pouvait tout de fois rivaliser avec les meilleurs, se contentant d'une 4e place à Adelboden en slalom.

Un nouveau top 5 en vue au général

Ainsi, avant le 22 janvier, date du combiné de Kitzbuhel, son bilan était maigre de six top 10. Et vierge de tout podium. Jamais il n'avait attendu aussi longtemps pour monter sur la boite, mise à part lors de son arrivée sur le circuit en 2010-2011, quand il n'avait pas encore 20 ans. Trois semaines plus tard, sa saison n'a plus du tout le même visage. Ses deux victoires, dont la dernière acquise ce samedi au Japon devant Mathieu Faivre, l'ont sorti du tunnel. Et ouvert des perspectives intéressantes pour la fin de l'hiver.

Mine de rien, avec ses deux seuls podiums de l'hiver, il est redevenu le Français le mieux placé au général (6e, 513 points). Loin d'être un objectif en soi pour Pinturault, qui veut être le meilleur tout court. Mais pas une mince affaire vu les solides saisons d'Adrien Théaux (une victoire et un podium, 7e avec 495 points) et de Victor Muffat-Jeandet (quatre podiums, 8e avec 485 points).

Aussi, l'homme aux 11 succès en carrière ne pointe plus qu'à une unité de son record de victoires sur une saison (trois en 2013 et 2014). Et ce alors qu'il lui reste encore une bonne dizaine d'occasions de briller (cinq géants, trois slaloms, trois super-G, un combiné et un slalom parallèle).

02:01
Temps fort : Pinturault - 2nd leg - Eurosport

En course pour les petits globes de combiné et géant

Deux petits globes sont désormais dans son viseur. Le premier, le plus abordable, est celui du combiné, qu'il a déjà remporté en 2013 et 2014. Avant l'ultime épreuve, il est en tête, à égalité avec Kjetil Jansrud (120 points). Tout se jouera vendredi prochain sur la "Verte des Houches" à Chamonix. Le deuxième est plus excitant. En géant, le double champion du monde junior de la spécialité pointe au 5e rang à "seulement" 171 unités de Marcel Hirscher. Seulement, car il reste encore la moitié du calendrier à se farcir, soit cinq courses à disputer. Deuxième en 2015 et troisième en 2013 et 2014, Pinturault peut donc rêver au classement du géant. Tout comme, d'ailleurs, Victor Muffat-Jeandet (2e à 104 points de Hirscher) et Mathieu Faivre (3e à 153 points).

Le classement général provisoire :

1. Marcel Hirscher, 1045 points

2. Henrik Kristoffersen, 921 points

3. Aksel Lund Svindal, 916 points

4. Kjetil Jansrud, 735 points

5. Peter FIll, 549 points

6. Alexis Pinturault, 513 points

0 commentaire
Vous lisez :