Comment Arsenal - Marseille s'est éteint

Comment Arsenal - Marseille s'est éteint
le 02/11/2011 à 15:58

Après un match aller où les deux équipes, alors dans le doute, avaient limité les risques, Arsenal et Marseille se sont retrouvés pour le round 2, mardi à l'Emirates, après avoir gagné en confiance en championnat. Les deux formations ont offert une première mi-temps très intense, grâce au pressing des visiteurs et à la réponse des locaux. Mais les minutes passant après la pause, le 0-0 a finalement semblé arranger tout le monde, celui-ci ne stoppant la dynamique de personne...


Les compositions :


Du côté d'Arsenal, c'est du très grand classique pour Arsène Wenger qui doit composer avec les blessures. Le manager des Gunners décide aussi de faire un choix : faire reposer Van Persie qui débute sur le banc au profit de Park qui connaît donc sa première titularisation en Ligue des Champions : Szczesny (13) - Jenkinson (25), Mertesacker (4), Vermaelen (5), André Santos (11) - Song (17), Arteta (8), Ramsey (16) - Gervinho (27), Walcott (14), Park (9).


Dans le camp marseillais, Didier Deschamps décide de reconduire la plupart des joueurs qui ont aidé au renouveau marseillais en championnat. Diarra fait son retour dans le onze aux côtés de Cheyrou. Devant, les Ayew et Rémy sont là mais le 4-4-2 laisse sa place à un 4-2-3-1 avec Valbuena en soutien de l'attaquant : Mandanda (30) - Fanni (24), Diawara (21), Nkoulou (3), Morel (15) - Diarra (4), Cheyrou (7) - Rémy (11), A.Ayew (20), Valbuena (28), J. Ayew (23).


Pressing marseillais :


Les premières minutes de la rencontre sont à l'avantage des Marseillais. Très présents au pressing, que ce soit dans le camp adverse ou aux alentours de la ligne médiane, les hommes de Dider Deschamps travaillent à onze pour tenter de casser le bloc-équipe adverse en le forçant à jouer long. L'objectif : récupérer les ballons haut et contrer avant qu'Arsenal ait le temps de se mettre en place ou profiter de la domination athlétique de Diawara et Nkoulou sur Park pour récupérer les ballons facilement dans leur camp.



Lorsque les Gunners ont le ballon, le 4-2-3-1 marseillais se transforme en un véritable 4-4-2, Valbuena et Jordan Ayew évoluant sur la même ligne la plupart du temps. Les deux hommes font d'abord opposition à Vermaelen et Mertesacker afin de gêner la transmission vers l'avant et de repousser sur les côtés où Rémy et André Ayew ferment face aux latéraux d'Arsenal. Les deux axiaux marseillais poussent ensuite leur pressing sur les deux rampes de lancement d'Arsenal (Song et Arteta), formant là encore une ligne qui est ensuite soutenue par les sorties de Diarra ou Cheyrou.


Lorsque le ballon est gagné dans l'entrejeu, les lignes très resserrées permettent à Marseille de trouver des solutions dans des petits périmètres pour faire une première différence par rapport au milieu adverse. Si Rémy reste dans son couloir et ne prend que très peu la profondeur, André Ayew est très sollicité pour réaliser la première accélération sur son côté gauche. Son travail entre-deux (entre Jenkinson et Song) lui offre des intervalles dans lesquels s'engouffrer et il est le principal danger pour le milieu d'Arsenal en début de partie.


Réponse londonienne :


Aux alentours de la vingtième minute de jeu, le pressing marseillais se relâche à partir du moment où la paire Ayew-Valbuena se montre moins efficace en première ligne. La disposition des Marseillais n'a pas changé mais Arsenal s'est aussi adapté de manière à créer une situation de surnombre dans l'entrejeu face aux quatre axiaux marseillais (Ayew-Valbuena et Diarra-Cheyrou).



A l'arrière, Vermaelen prend les choses en main, n'hésitant pas à monter après avoir réalisé la première relance pour offrir une solution au duo Song-Arteta dans l'entrejeu. Au lieu d'en avoir deux, Arsenal bénéficie avec les montées du Belge d'un troisième joueur capable de faire la passe qui traversera le milieu marseillais pour atteindre les attaquants. Parmi eux Park décroche à hauteur de Ramsey pour offrir une deuxième solution de passe en plus du Gallois, jusqu'ici bien éteint car seul dans la zone de Cheyrou et Diarra. Le trio actif au milieu de terrain (Song, Ramsey, Arteta) s'est donc transformé en quintet avec les apports de Vermaelen et Park : cinq joueurs face à quatre Marseillais désormais en infériorité numérique...


Gervinho, l'accélérateur :

Obligés de se réorganiser de manière à prendre le dessus sur l'OM dans l'entrejeu, Arsenal a donc désormais deux cibles pour faire des différences dans le camp adverse : ses ailiers, Walcott et Gervinho. Débutant respectivement à droite et à gauche, les deux hommes vont permuter à plusieurs reprises. Ainsi lorsqu'il se retrouve à gauche, Walcott offre un appui capable de rentrer sur son bon pied et remiser à l'intérieur pour la projection d'un partenaire. Mais c'est surtout l'ancien Lillois qui se montre à son avantage dans cette configuration.



Ainsi, Gervinho évolue donc sur toute la largeur du terrain. Lorsque Park décroche, c'est d'abord lui qui évolue à la pointe de l'attaque des Gunners, Walcott ayant plus un rôle d'animateur de couloir (à gauche comme à droite). Mais surtout, l'Ivoirien est la cible numéro un des Gunners en sortie du travail à cinq au milieu de terrain (ci-dessus en jaune, il rentre à l'intérieur pour être à la réception de la passe venue du milieu de terrain -rectangle blanc-). Son rôle consiste ensuite à fixer les défenseurs adverses, puisque les milieux marseillais sont a priori dépassés à ce moment précis de l'action, en attendant les appels de ses partenaires.



Parmi ces derniers, plusieurs tentent d'offrir des solutions à Gervinho (ou Walcott puisque l'Anglais se retrouvera aussi dans des positions similaires à celles de l'Ivoirien). Ainsi, l'autre ailier rentre lui aussi dans l'axe pour tenter d'offrir une solution dans la profondeur, généralement à l'opposée de la zone où se situe le porteur de balle (combien de fois Walcott s'est-il retrouvé décalé à droite dans le dos de Morel alors que Gervinho fixait les défenseurs depuis son côté gauche...). Dans l'axe, les appels de Park et Ramsey tentent de mettre à mal la défense marseillaise. Ils sont parfois supplées par ceux de Song venu de l'arrière (en orange).


Les couloirs sont eux occupés par les latéraux qui permettent de terminer les actions par des centres ou de ressortir afin de préparer une nouvelle attaque. Dans ce cas, Arteta prend toute son importance dans l'entrejeu puisque l'Espagnol, très loin d'un Fabregas qui évoluait plutôt dans le même registre que celui de Ramsey hier soir, reste en soutien pour réorienter le jeu et permettre à Arsenal de s'installer dans le camp adverse. Ceci fait, les Gunners ont ensuite pu imposer à leur tour un gros pressing dans l'entrejeu pour empêcher l'OM de s'exprimer autrement que par des tentatives en solitaire (A.Ayew) et surtout bloquer les joueurs susceptibles d'alerter Rémy en profondeur (Cheyrou, Valbuena...).


Conclusion :


Un match qui aurait pu s'enflammer au vu de la première mi-temps mais qui s'est doucement éteint, faute d'évolution du score. L'OM a très bien débuté en ciblant, comme Dortmund et Tottenham auparavant, le milieu à trois d'Arsenal pour priver les Gunners de munitions. Inefficaces en revanche dans les derniers mètres, les Marseillais ont reculé petit à petit pour finalement se contenter du point en limitant les risques en deuxième mi-temps. Peut-être le meilleur choix tant les Gunners ont manqué d'énormes opportunités pour ouvrir le score en première mi-temps (mauvais choix de Gervinho et Ramsey...).


Florent TONIUTTI
(sur twitter : @flotoniutti)


Le blog e-foot.eu


Udinese 1-0 Palerme, l'analyse tactique


Les autres analyses sur Arsenal


Les autres analyses sur l'OM

Tableau Noir
Tableau Noir

Chaque semaine, trouvez ici la crème du blog e-foot.eu, tenu depuis 2009 par Florent Toniutti. Analyses de match et rapports tactiques fouillés, comme à l'entraînement.