Getty Images

Nadal a tout donné, mais sur une jambe c'était trop compliqué

Nadal a tout donné, mais sur une jambe c'était trop compliqué

Le 13/11/2017 à 23:49Mis à jour Le 14/11/2017 à 00:35

MASTERS DE LONDRES - Rafael Nadal a vendu chèrement sa peau pour son entrée en lice au Masters de Londres. Mais le n°1 mondial, amoindri par des douleurs au genou, a finalement cédé contre David Goffin, lundi soir. Le Belge s'est imposé en trois sets accrochés (7-6, 6-7, 6-4) et peut désormais rêver de dernier carré. Pour Nadal en revanche, ça s'annonce très compliqué.

David Goffin débute bien son premier Masters ! Mais que ce fut dur pour le Belge, qui a dominé un Nadal diminué mais vaillant, en trois sets (7-6(5), 6-7(4), 6-4) et 2h38 de jeu dans l'O2 Arena de Londres, lundi soir. Goffin a eu l'occasion de conclure en deux manches mais c'était sans compter sur l'incroyable force mentale du Majorquin, qui a sauvé quatre balles de match. Mais ses douleurs au genou ont finalement été trop fortes. Le Belge s'offre ainsi la première victoire de sa carrière face à un numéro un mondial, et affrontera Grigor Dimitrov mercredi.

La haine de la défaite est plus forte que la douleur. Rafael Nadal a encore une fois démontré cela sur le court ce lundi. Clairement diminué par une inflammation au genou droit, l'Espagnol s'est battu jusqu'au bout pour son entrée en lice dans le Masters. Dès le début du match, il s'est fait breaker par un David Goffin très en jambes. Revenu par deux fois au score, le numéro un mondial a fini par céder au tie-break face au Belge, plus solide dans le money-time.

Première victoire sur le numéro un mondial

En début de deuxième set le scénario a globalement été le même. David Goffin a survolé ses mises en jeu et a accéléré dès qu'il a pu sur les secondes balles de Nadal. Le break en poche, il s'est encore une fois fait rattraper au score au moment de servir pour conclure la partie. Alors plus relâché que son adversaire, l'Espagnol a commencé à lâcher ses coups et a sauvé quatre balles de match pour finalement s'en sortir au tie-break, miraculeux !

0
0