Panoramic

Finale de Coupe Davis: Serbie – France – 2010, La Serbie de Djokovic brise les rêves tricolores

2010, la Serbie de Djokovic brise les rêves tricolores

Le 20/11/2014 à 10:47

Suite de nos rétrospectives des finales de Coupe Davis disputées par la France. En 2010, la France arrive lancée après une belle campagne mais elle est privée de son leader Tsonga et de Benneteau, tous deux blessés. Le dimanche, dépassé contre Troicki, Llodra s’effondre en larmes. A Belgrade, face à la Serbie de Novak Djokovic, la tactique de Forget n’a pas payé.

  • LA FICHE DE LA FINALE

Serbie bat France 3-2
3-5 décembre 2010 – Belgrade – Dur Indoor

Gaël Monfils (FRA) bat Janko Tipsarevic (SRB) 6-1 , 7-6, 6-0
Novak Djokovic (SRB) bat Gilles Simon (FRA) 6-3, 6-1, 7-5
Clément/Llodra (FRA) battent Troicki/Zimonjic (SRB) 3-6, 6-7, 6-4, 7-5, 6-4
Novak Djokovic (SRB) bat Gaël Monfils (FRA) 6-2, 6-2, 6-4
Viktor Troicki (SRB) bat Michael Llodra (FRA) 6-2, 6-2, 6-3

  • LE CONTEXTE

Malgré une belle campagne de Coupe Davis entièrement jouée à domicile pendant laquelle les joueurs de Guy Forget n’ont pas perdu un seul match à enjeu en éliminant successivement l’Allemagne (4-1), l’Espagne (5-0) et l’Argentine (5-0), tout n’est pas rose dans le camp tricolore au moment de décoller pour Belgrade. Certes, la "génération dorée" va enfin disputer sa première finale de Coupe Davis avec Gaël Monfils et Michael Llodra, respectivement finaliste et demi-finaliste à Bercy quelques semaines plus tôt, mais des éléments clés de l’équipe manquent à l’appel. Julien Benneteau, blessé au poignet, et surtout Jo-Wilfried Tsonga, touché au genou, sont forfaits pour affronter les Serbes. Pour accompagner ses deux meilleurs joueurs du moment, Forget a donc fait appel à Gilles Simon, Richard Gasquet et Arnaud Clément. En face, la Serbie part avec l’avantage du terrain. L’ambiance s’annonce électrique à Belgrade où les supporters serbes ont promis l’enfer aux Français. Emmenée par un Novak Djokovic déterminé à offrir à son pays sa première Coupe Davis et ajouter ainsi un deuxième grand titre à son palmarès après sa victoire à l’Open d’Australie en 2008, la Serbie peut compter sur deux solides joueurs de simple avec Janko Tipsarevic et Viktor Troicki, sans oublier le spécialiste du double Nenad Zimonjic, récent vainqueur du Masters.

  • LE DÉROULEMENT DE LA FINALE

Dans une Beogradska Arena chauffée à blanc, Gaël Monfils est le premier à entrer sur le court pour défendre les chances de l’équipe de France. Solide et efficace, Monfils n’a pas à forcer son talent pour dominer Janko Tipsarevic. La finale ne pouvait pas mieux commencer pour les Français. Mais Novak Djokovic va vite redonner le moral à ses supporters. Malgré une petite alerte dans le troisième set, le Serbe dispose facilement de Gilles Simon et ramène son pays à égalité. C’est sûr, le point du double sera déterminant. Au bord du gouffre, l’équipe de France, menée deux sets à zéro, peut compter sur l’expérience d’Arnaud Clément. Malgré une saison décevante en grande partie gâchée par un tennis elbow persistant, l’Aixois se sublime pour tirer Michael Llodra vers le haut. Solidaires, les deux copains réussissent à renverser un match bien mal embarqué pour redonner l’avantage au clan tricolore.

Le dimanche, c’est gonflé à bloc que Gaël Monfils entre sur le court pour affronter Novak Djokovic et tenter d’apporter le point de la victoire à la France. Avant cette finale, seules trois équipes ont réussi à remporter le titre après avoir perdu le double… Mais c’est sans compter sur le talent et la détermination du numéro trois mondial. Impérial, le Serbe met la pression d’entrée sur son adversaire et ne laisse aucune chance à Gaël Monfils. Malgré une tentative de révolte dans le troisième set où le Français réussit le break à 2-1, puis à 4-3, Djokovic ne lâche rien pour recoller immédiatement au score à chaque fois avant d’enfoncer le clou dans une ambiance survoltée. Comme on le pressentait depuis qu’il avait quitté les tribunes pendant le match de Monfils, c’est Michael Llodra qui se présente sur le court de la Beogradska Arena pour disputer le cinquième match décisif. Préféré à Simon par Forget, le Parisien affronte finalement Viktor Troicki, remplaçant d’un Tipsarevic diminué. Demi-finaliste à Bercy quelques semaines avant, le Français part légèrement favori mais, comme la veille en double, Llodra ne réussit jamais vraiment à se libérer. Incapable d’exploiter son jeu d’attaquant sur une surface nettement moins rapide que celle de Bercy, le Français ne trouve pas la faille face à un Troicki galvanisé par un public survolté. Balayé en trois petits sets, Llodra s’effondre en larmes. Entouré par ses partenaires, il est inconsolable. Les Serbes eux célèbrent leur première victoire en se rasant le crâne dans une ambiance de folie.

Le triomphe serbe face à la France en 2010.

Le triomphe serbe face à la France en 2010.Imago

  • CE QUI A FAIT BASCULER LA RENCONTRE

Un évènement majeur a fait pencher la balance en faveur des Serbes avant même le tirage au sort de la rencontre : le forfait de Jo-Wilfried Tsonga. Touché au genou, il a trop forcé sur son corps pour être rétabli à temps. Solidement installé dans le top 10 avant sa blessure, il aurait fait figure de favori face à Janko Tipsarevic ou Viktor Troicki. D’autant plus qu’à ce moment-là, Jo-Wilfried Tsonga avait remporté tous ses matches à enjeu disputés dans cette compétition (5 victoires). Mais l’absence de Tsonga n’est pas la seule explication de la défaite française. Bien sûr il y avait Djokovic en face, assurant déjà quasiment deux points aux Serbes… Bien sûr Michael Llodra aurait pu mieux faire lors du dernier simple… Mais ce n’est pas tout.

Tactiquement, Bogdan Obradovic, le capitaine serbe, a parfaitement joué ses cartes. Malgré son envie de bien faire, Michael Llodra, sans doute un peu écrasé par l’enjeu, n’a pas réussi à retrouver le niveau de jeu qui était le sien à Bercy lors du double le samedi. Peut-être aurait-il fallu alors lui préférer Gilles Simon pour affronter Viktor Troicki. Avant Belgrade, Le Niçois avait remporté ses quatre confrontations avec le Serbe. Mais Forget ne pensait pas que son homologue serbe remplacerait Tipsarevic par Troicki. Alors que les deux joueurs étaient restés au vestiaire pendant le match de Djokovic, le capitaine tricolore avait déjà pris sa décision. Ce serait Llodra. Une info qui aurait convaincu les Serbes de lancer Troicki… Mais il est facile de refaire le match une fois qu’il est joué.

Michael Llodra, effondré après son échec face à Troicki en 2010.

Michael Llodra, effondré après son échec face à Troicki en 2010.Imago

0
0