Panoramic

Quatre raisons de réviser notre jugement sur l'équipe de France de Coupe Davis 2014

Quatre raisons de réviser notre jugement sur l'équipe de France

Le 07/04/2014 à 00:14Mis à jour Le 07/04/2014 à 09:52

Menée 0-2, puis finalement vainqueur contre l'Allemagne, l'équipe de France de Coupe Davis a gardé son rêve intact. Et on en sait beaucoup plus sur elle.

Tsonga ne peut pas gagner tout seul

Coupe Davis 2014 France Gasquet Monfils Tsonga Roger-Vasselin

Coupe Davis 2014 France Gasquet Monfils Tsonga Roger-VasselinAFP

Llodra a encore sa place parmi les quatre

L'équipe reste soudée quand ça va mal

L'ambiance dans le groupe français aurait pu être délétère après le premier jour des quarts de finale. Mais non. Mieux encore : à l'image d'un Arnaud Clément qui a rapidement calmé le jeu dans ses déclarations d'après-match, il n'y a eu aucune panique ambiante de palpable. Sûrs de leur force, les Bleus ont même annoncé la couleur en prévoyant une victoire finale à l'issue du week-end pourtant très mal parti. "Je suis hyper fier de mes joueurs, de la réaction qu'ils ont eue", a souligné Arnaud Clément. "Oui, ils étaient archi-favoris, oui ils se sont imposés, quelque part on peut dire : 'C'est logique'. Mais vu les circonstances, ce n'était pas évident."

Coupe Davis 2014 France Clement Monfils

Coupe Davis 2014 France Clement MonfilsPanoramic

C'est seulement la quatrième fois de son histoire que la France remonte un déficit de 2-0. Les Tricolores avaient réussi pareil retournement de situation pour la dernière fois en 1996, face à l'Italie en demi-finales à Nantes. Mais il ne faut pas se voiler la face : les Français n'auraient jamais dû se retrouver dans une telle position. Ces circonstances ont finalement permis de souder encore un peu plus un groupe qui a montré de réelles vertus de solidarité et d'abnégation. Mais sans doute qu'une élimination contre cette Allemagne aurait eu des conséquences probablement désastreuses sur l'unité des Tricolores, plus attendus que jamais cette année après l'élimination de l'Espagne et la Serbie.

Une équipe-type devient limpide

Si Tsonga est incontournable, Gasquet et Monfils ont démontré que leur présence était plus que nécessaire pour avancer. Les trois premiers joueurs nationaux ont désormais sérénité, expérience et volonté à tous les étages. Pour le dernier élément, chacun aura son avis sur la question. Mais après ce week-end lorrain, Michaël Llodra semble l'élément le plus à même de compléter le trio. Grâce à lui, trois formations en double sont possibles (Tsonga/Gasquet, Llodra/Tsonga et Llodra/Gasquet). Le seul hic réside dans la volonté de Clément à garder une place pour un élément susceptible de jouer en simple et en double ; point sur lequel Julien Benneteau offrait plus de garanties... jusqu'à ce week-end.

Coupe Davis 2014 France Llodra Benneteau Tsonga

Coupe Davis 2014 France Llodra Benneteau Tsonga AFP

0
0