Getty Images

Pour la finale, les Bleus retourneront à Lille... et joueront sur dur

Pour la finale, les Bleus retourneront à Lille... et joueront sur dur

Le 19/09/2017 à 11:40Mis à jour Le 19/09/2017 à 12:33

La finale de la Coupe Davis entre la France et la Belgique, du 24 au 26 novembre, se disputera à Lille. La Fédération française a opté pour un retour dans le Nord, où s'est déjà tenue la demi-finale contre la Serbie et la finale de 2014 contre la Suisse. La surface a aussi été choisie : le dur.

Il n'aura pas fallu longtemps pour trancher le débat. Si débat il y a eu, d'ailleurs... La FFT a annoncé mardi avoir choisi Lille et le stade Pierre-Mauroy comme théâtre de la finale de la Coupe Davis, du 24 au 26 novembre, contre la Belgique. Ravis de l'ambiance et de la communion avec le public lillois ce week-end, les joueurs et Yannick Noah n'avaient pas caché leur souhait de revenir dans le Nord.

Comme en 2014 contre la Suisse de Federer et Wawrinka, c'est donc dans l'habituelle enceinte du LOSC que les Bleus tenteront de soulever le Saladier d'argent. La surface a elle aussi été d'ores et déjà choisie. Contrairement à la finale 2014 ou la demie face à la Serbie, ce ne sera pas la terre battue, la meilleure surface du leader belge David Goffin, mais le dur. Un choix qui apparait plutôt logique.

Le cahier des charges imposant une enceinte d'au minimum 12.000 personnes, les possibilités pour accueillir cette finale étaient limitées. Paris-Bercy et l'U Arena avaient été envisagés ce week-end mais la salle parisienne était déjà réservée aux rappeurs d'IAM. "Après avoir étudié plusieurs possibilités, et notamment celle de l’U Arena de Nanterre, dont le dossier était également de grande qualité, le choix s’est finalement porté sur le stade Pierre-Mauroy, que les Bleus, ainsi que les équipes techniques de la FFT, connaissent désormais parfaitement", a expliqué la fédération française dans un communiqué mardi matin.

Une finale presque à domicile... pour les Belges aussi

Un arrangement a donc visiblement été trouvé avec la Fédération française de rugby, puisque la rencontre France-Japon devait se tenir à Lille le samedi 25 novembre. 4000 billets environ avaient déjà été vendus mais des négociations entre les différentes parties avaient débuté dès dimanche soir en coulisse. Dans son communiqué, la FFT cite le président de la Métropole européenne de Lille, Damien Castelain, qui "remercie Bernard Laporte pour sa compréhension". "J'espère que nous pourrons très rapidement accueillir le XV de France", ajoute-t-il.

"Le stade Pierre-Mauroy est une enceinte sportive exceptionnelle qui détient le record d’affluence pour une finale de Coupe Davis. Et n’en doutons pas : il sera plein à craquer pour recevoir la Belgique et se transformer une nouvelle fois en chaudron !, a plaidé pour sa part Bernard Giudicelli, le président de la FFT. Nous souhaitons plus que tout, nous voulons que cette finale soit un magnifique rendez-vous populaire, une grande fête du tennis comme l’a été la rencontre face à la Serbie ce week-end qui a vu le record absolu d’affluence lors d’une demi-finale être battu, avec plus de 47000 spectateurs sur trois jours."

Cette finale France-Belgique sera donc quasiment un rendez-vous à la maison pour les deux équipes puisque le stade Pierre-Mauroy n'est situé qu'à quelques encablures de la frontière belge. Ce sera sans doute le plus court déplacement de l'histoire des finales de Coupe Davis pour une équipe visiteuse. L'enceinte de Villeneuve-d'Ascq est en train de devenir la résidence principale des Français en Coupe Davis. Trois des cinq dernières rencontres auront eu lieu là-bas, dont deux finales et une demi-finale. Contrairement à la rencontre contre les Serbes ce week-end, la rencontre se disputera cette fois en configuration indoor, avec le toit fermé.

Le stade Pierre-Mauroy de Lille, version Coupe Davis.

Le stade Pierre-Mauroy de Lille, version Coupe Davis.Panoramic

0
0