Getty Images

"Pur bonheur" : après le sacre en Coupe Davis, la presse française savoure

"Pur bonheur" : après le sacre, la presse française savoure
Par AFP

Le 27/11/2017 à 07:39

COUPE DAVIS - Après la victoire de l'équipe de France face à la Belgique, la presse nationale s'enflamme pour ce sacre tricolore, le premier depuis seize ans. Même si la faible adversité rencontrée par les Bleus est pointée par certains.

La victoire de la France sur la Belgique en finale de la Coupe Davis fait les gros titres de la presse française lundi, qui salue un dixième succès tricolore méritoire à défaut d'être le plus prestigieux.

L'image des tennismen tricolores faisant chavirer de bonheur Lucas Pouille après sa victoire décisive sur le Belge Steve Darcis, dimanche à Villeneuve-d'Ascq, se retrouve à la Une des journaux, jusqu'au quotidien économique Les Echos qui en fait sa "photo du jour". "Un pur bonheur", savoure L'Equipe. Certes, "d'un point de vue sportif, ce dixième succès français est le moins prestigieux de tous", note dans le quotidien sportif Vincent Cognet qui ne mégote toutefois pas son plaisir: "Enfin un Saladier qui revient au pays de Lacoste et de Cochet, après seize ans de déconvenues, parfois patinées d'amertume".

Du côté de la presse belge, Le Soir note qu'"un immense Goffin n'a pas suffi" pour éviter que la Belgique ne s'incline. Vainqueur tranchant de ses deux matches, David Goffin est de l'avis de tous les commentateurs le meilleur joueur du week-end. "Comme il y a deux ans face à la Grande-Bretagne (3-1), la Belgique s'incline en finale. C'est sa troisième finale en Coupe Davis après celle, d'une autre époque, perdue en 1904 contre les Iles Britanniques", se souvient La Libre Belgique.

De leur côté, "les Bleus sacrés après seize ans d'attente" sont salués à la Une du Figaro, qui rend hommage à Yannick Noah, "le capitaine aux trois triomphes en autant de finales". "Au palmarès de la prestigieuse épreuve créée en 1900, la France se hisse à la hauteur de la Grande-Bretagne avec 10 titres, derrière l'Australie (28) et les Etats-Unis (32)", rappelle Jean-Julien Ezvan.

Tous les astres alignés

"FormidaBleus!" s'enflamme 20 Minutes. "Sacrés Bleus !" s'exclame Le Parisien qui note qu'"après seize ans d'attente, l'équipe de France décroche enfin le Graal grâce à Lucas Pouille, qui n'a pas tremblé dans le match décisif". "Cette saison, tous les astres se sont alignés pour permettre à Noah et sa bande de monter sur le podium des 'champions du monde'", écrit Eric Bruna, qui rappelle que "les top joueurs ont boudé l'épreuve ou se sont blessés avant d'affronter les Bleus (Nishikori, Murray, Djokovic)".

"Salades de raquettes pour saladier d'argent", titre un Libération pas complètement convaincu par la performance des Bleus. "La version romanesque de cette Coupe Davis consiste à voir un Noah guidant (enfin) vers la victoire une génération de 'mousquetaires' n'ayant jamais gagné avant lui (...). Le froid examen du parcours des Bleus lors de cette Coupe Davis oblige à dire que le joueur le mieux classé que les Bleus aient battu en simple est un certain Daniel Evans, 44e en avril" lors du quart de finale de Rouen face à la Grande-Bretagne, analyse Grégory Schneider.

L'Humanité revient pour sa part sur "la Coupe Davis, une passion très française" mais aussi une "épreuve plus que centenaire, (qui) a du plomb dans l'aile".

0
0