Panoramic

Avant la première rencontre de son mandat : Yannick Noah, ça change quoi ?

Avant la première rencontre de son mandat : Noah, ça change quoi ?

Le 04/03/2016 à 16:15

COUPE DAVIS - Nouveau sélectionneur, nouvelle méthode. Yannick Noah a insufflé un vent de changement alors que les Bleus débutent vendredi leur premier tour face au Canada.

Noah a la tête de la sélection, c'est la saveur du changement sans le risque de la révolution. Parce que Noah est à part, son mandat s'annonce différent de celui d'Arnaud Clément. Mais parce que le bonhomme a déjà soulevé deux Coupes Davis avec la casquette de capitaine (1991, 1996), ce n'est pas non plus une révolution. Le Noah cru 2016 a choisi les mêmes hommes mais a installé sa méthode pendant les neuf jours de stage dont il a bénéficié avant le début de la rencontre face au Canada vendredi.

Vélo, boulot, dodo... ou presque. A peine arrivé en Guadeloupe, les sélectionnés ont inauguré le footing matinal (à 7h). "On va vraiment bosser, promettait Noah dans les colonnes du journal L'Equipe. "Quand, de loin, les mecs vont nous voir courir, ils vont comprendre que c'est sérieux." Sérieux, ça l'est. Et malgré l'image de dilettante que peut renvoyer le personnage, Noah a toujours fait du travail son credo, s'imposant des séances intenses durant sa carrière de joueur. Avec les Bleus, il tente la même recette, celle qui a fonctionné pour lui et a ramené deux Saladiers d'argent à la France.

" Lors de ma première saison de capitaine, les joueurs étaient mes potes. En 1996, c’étaient mes petits frères. Maintenant, ce sont mes enfants."
Yannick Noah

Yannick NoahPanoramic

" Solidarité, esprit d’équipe, union sacrée. Il faut que ça revienne. Il va falloir faire des efforts et peut-être même des sacrifices."

La priorité de Noah, c'est de construire un groupe le plus soudé possible et un esprit d'équipe, et ce n'est pas par un conflit ouvert avec les joueurs qu'il peut atteindre cet objectif. "Solidarité, esprit d’équipe, union sacrée. Il faut que ça revienne. Il va falloir faire des efforts et peut-être même des sacrifices," annonçait-il en début de mandat. Pour y parvenir, il s'est attaché à remettre à plat les éventuels conflits du mandat précédent. Ces jours partagés avec ses joueurs lui ont servi à dialoguer, discuter, prendre la température.

Yannick Noah et Gaël Monfils en Coupe Davis en 2016

Yannick Noah et Gaël Monfils en Coupe Davis en 2016AFP

Et ça a été "très enrichissant," selon les mots d'Edouard Roger-Vasselin, qui poursuit : "Chacun a lâché ce qui ne s’était pas bien passé auparavant." "L’ambiance est super, et Yannick joue avec nous de temps en temps, on sent une énorme motivation et un vrai sportif !", expliquait Gasquet au micro de BFM TV. Si Gilles Simon rappelait, lui, qu'il y a "toujours eu une bonne ambiance", il notait aussi l'importance de ces périodes de dialogue "pour Yannick."

"Il sait s'adapter aux gens," dit de Noah son ancien entraîneur Patrice Hagelauer. Son défi est de s'adapter à cette génération dorée qui n'a pas encore touché le Graal. S'il n'est pas un "magicien" selon l'ancien DTN, il est en train d'apporter un souffle de renouveau au sein de l'équipe de France. Reste à savoir s'il va apporter la seule nouveauté qui compte et la seule qui validera sa méthode : une victoire en Coupe Davis. Celle que la France attend depuis quinze ans.

Yannick Noah - 2016

Yannick Noah - 2016Panoramic

0
0