Panoramic

Noah après France-Canada: "Les liens sont maintenant créés, il ne reste plus qu'à bosser et avancer"

"Les liens sont maintenant créés, il ne reste plus qu'à bosser et avancer"

Mis à jourLe 06/03/2016 à 01:02

Publiéle 06/03/2016 à 00:18

Mis à jourLe 06/03/2016 à 01:02

Publiéle 06/03/2016 à 00:18

Article de Sébastien Petit

COUPE DAVIS - Une bonne chose de faite. Les Bleus ont évacué en deux jours la pression autour de leur premier tour piège par excellence face au Canada. Cette victoire 3-0, signée ce samedi en Guadeloupe, annonce que les choses sont bien parties. Et c'est déjà beaucoup.

Maintenant, le plus dur commence. Yannick Noah a posé les bases de son nouveau mandat. Cette équipe reprise en mains par le capitaine des Bleus sait désormais à quoi s'attendre. Entre les entraînements intensifs et les débriefs à coeur ouvert, les Bleus ont la confirmation que Noah sera leur meilleur allié pour aller au bout de l'aventure.

Ses choix forts, avec Simon/Monfils en simples et Tsonga/Gasquet cantonnés au double, ont permis de passer la première étape avec succès. Samedi soir, le temps est donc logiquement à la fête, histoire de savourer ce début en fanfare, avant de repartir au front dans quatre mois. Et, entre nous, si Noah est aussi sérieux en célébration qu'en travail, gare à ceux qui voudront se coucher tôt. "Par respect pour les spectateurs, on va jouer à fond dimanche, a déjà prévenu le capitaine. On va essayer de limiter la fête ce soir. Cela va être dur pour moi. Il faudra être pro."

Être pro, c'est une bonne expression pour caractériser le travail de ses hommes. Appliqués et sérieux, on les a sentis très impliqués vendredi et samedi. L'émotion maîtrisée de Monfils, la combativité de Simon et Tsonga, solides à défaut d'avoir été à l'aise, et le sang-froid de Gasquet ont fait plaisir à voir. Pour une première ensemble, c'est un carton plein, même si l'opposition n'était pas très relevée. C'est ici la manière qui est à saluer. A tel point que c'est même à se demander pourquoi personne n'a osé les aligner tous les quatre plus tôt !

Yannick Noah - Coupe Davis 2016
Yannick Noah - Coupe Davis 2016 - Panoramic
" Cela restera un moment important pour nous, pour les joueurs mais aussi notre staff. C'était un moment extraordinaire."

"Je suis tellement heureux et honoré d'avoir été bien reçu par les gars qui m'ont fait confiance. Les liens sont maintenant créés, il ne reste plus qu'à bosser et avancer, a tout de même glissé un Noah conscient du travail qu'il reste à accomplir. C'étaient deux bonnes journées de tennis, avec des matches pleins. On s'en sort bien par rapport au fait de ne pas perdre de set. Après, le bilan est forcément positif, parce que les gars n'ont jamais lâché et ça c'est très important de pouvoir entrer dans cet état d'esprit et de le garder le plus loin possible."

Noah sait déplacer des montagnes. Il a déjà réussi à faire déplacer toute la FFT en Guadeloupe pour jouer sur terre battue au mois de mars. Un autre choix important de sa part qu'il ne regrette évidemment pas. Mais qui démontre une chose : tous les moyens seront bons pour arriver à ses fins. "On s'est battu pour être ici, a-t-il encore insisté. Beaucoup de gens étaient contre. On a prouvé que les gars en face étaient en difficulté sur terre battue et avaient du mal avec la chaleur. On est arrivés tôt pour être prêt. On est heureux. On a fait le maximum. Cela restera un moment important pour nous, pour les joueurs mais aussi notre staff. C'était un moment extraordinaire."

Coupe Davis : France / Canada - Yannick Noah aux côtés de Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga
Coupe Davis : France / Canada - Yannick Noah aux côtés de Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga - AFP
" Tout était fait pour que l'on joue bien au tennis"

"Cela a été exceptionnel, a aussi acquiescé Jo-Wilfried Tsonga. Le public a été incroyable. On s'est vraiment régalés ce week-end. Durant toute la semaine, tout a été positif autour de nous. Tout était fait pour que l'on joue bien au tennis. Ça, c'est du plaisir. J'espère que nous allons continuer à prendre du plaisir. Entre nous, on se met des petits challenges. Cela vaut le coup de gagner."

Disponibles, détendus, les Français semblent avoir trouvé un nouvel équilibre qui leur sied. En tout cas en façade, Noah ayant précisé que ceux qui ne rentraient pas dans le cadre sortiraient de l'équipe manu militari. Et évidemment, quand on gagne, tout va bien dans le meilleur des mondes. Face à l'Allemagne ou en République tchèque, où tous les scenarii seront possibles, l'ambiance - tout comme l'équipe - seront peut-être différentes. Autant savourer ce moment comme il se doit.

0 commentaire
Vous lisez :