Panoramic

Retour aux sources pour Gaël Monfils

Retour aux sources pour Monfils
Par AFP

Mis à jourLe 03/03/2016 à 19:10

Publiéle 03/03/2016 à 18:58

Mis à jourLe 03/03/2016 à 19:10

Publiéle 03/03/2016 à 18:58

Article de AFP

COUPE DAVIS - Pour Gaël Monfils, jouer en Guadeloupe est presque un rêvé éveillé. Face au Canada, le Parisien de bientôt 30 ans sera l'un des Français les plus en vue en ce week-end de premier tour à Baie-Mahault. Voire le plus supporté.

Il est considéré comme le régional de l'étape. "Content d'être là", a-t-il assuré dès sa descente d'avion pour éteindre la polémique liée à ses critiques sur le choix de Baie-Mahault en Guadeloupe comme hôte de France-Canada au premier tour de la Coupe Davis, de vendredi à dimanche. Lui, c'est bien sûr Gaël Monfils.

"Avec beaucoup d'honnêteté et de recul, on n'est pas forcément tous contents d'aller en Guadeloupe. 80% d'entre nous préféraient jouer en Europe", avait lâché Monfils le 27 janvier au sortir de sa défaite en quarts de finale de l'Open d'Australie contre le Canadien Milos Raonic, forfait aux Antilles.

Yannick Noah avait peu goûté ces propos: "La personne qui dit que ce n'est pas fantastique, de l'extérieur, elle ne comprend rien." Mais aujourd'hui, tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les joueurs ont "vidé leur sac" aux dires de Noah qui peut compter sur "cinq mecs à fond", dont Monfils, avant ce duel plus qu'abordable.

Malgré un léger pépin à une cuisse, selon son père Rufin, "La Monf" foulera en premier la terre battue du vélodrome Amédée-Détraux, vendredi contre Frank Dancevic (245e mondial) et aura sans doute droit aux encouragements les plus chaleureux: "Je m'attends à quelque chose de fabuleux. Mais j'essaie de ne pas trop y penser parce que plus on y pense, plus c'est dur. On se met toujours un peu de pression pour essayer de bien faire. J'espère être serein vendredi."

Gaël Monfils et Yannick Noah - Coupe Davis 2016
Gaël Monfils et Yannick Noah - Coupe Davis 2016 - Panoramic

Porteur d'un message pour la jeunesse

"C'est le meilleur public pour lui. Il est dans son pays. Il y a la force, la joie, les parents, les amis. Il y a son peuple. C'est normal qu'il soit au top !" affirme à l'AFP son paternel, revenu au pays il y a sept ans. "On ne va pas le rater s'il joue mal et c'est normal", nuance ce dernier qui entraîne au club de Petit-Bourg, à une dizaine de kilomètres de Baie-Mahault.

"Gaël, c'est le show, le spectacle, la bonne humeur et le talent surtout", dit Clément, 19 ans, l'un de ses poulains. Dimanche, la ligue de tennis de Guadeloupe organisait la "Karukéra Kids Cup", un tournoi pour les enfants de 10 et 11 ans. Parmi les joueurs figurait la jeune soeur de Gaël Monfils, Maélie, 11 ans, qui veut à son tour devenir professionnelle: "Je suis une joueuse plutôt physique, j'attaque plus que je ne défends."

"Nous avons des jeunes qui se sont lancés dans le tennis parce qu'il y avait l'image de Gaël. Il faut qu'il soit conscient qu'il est porteur d'un message pour les jeunes de chez nous", affirme Luc Morellon, membre du comité directeur de la ligue de tennis locale.

Des projets pour l'île

Arnaud, 10 ans, confirme: "Le coup droit de Gaël traverse bien la balle. Je me dis que moi aussi je peux y arriver." "Voir un Guadeloupéen évoluer comme ça, tout le monde veut lui ressembler", renchérit son cousin Hesshamel.

Gaël Monfils - Coupe Davis 2016
Gaël Monfils - Coupe Davis 2016 - Panoramic

A Petit-Bourg, un complexe de tennis inauguré en 2013 porte son nom. "Son nom a une forte résonance dans l'inconscient de nos jeunes. C'est ce que l'on appelle les rôles-modèles. C'est ce dont la Guadeloupe a besoin et pas seulement dans le sport: voir des gens de chez nous qui sont capables d'arriver à des sommets d'excellence", analyse Harry Méphon, chargé de la préparation physique des jeunes tennismen de la ligue guadeloupéenne.

A bientôt 30 ans (le 1er septembre), Gaël Monfils pense à l'avenir et a des projets pour l'île: "Je voudrais inciter la communauté à jouer un peu plus en espérant avoir de futurs champions." Son père, lui, pense surtout à son fils et se veut lucide: "On espère que Gaël va exploser cette année car il vieillit."

0 commentaire
Vous lisez :