Getty Images

Tsonga, Mahut, Herbert, Pouille : et si l'équipe de France était déjà figée pour la finale ?

Et si l'équipe était déjà figée pour la finale ?

Le 19/09/2017 à 00:20Mis à jour Le 19/09/2017 à 00:45

COUPE DAVIS - La victoire contre la Serbie en demi-finale a dessiné les contours de l'équipe de France qui devrait être alignée pour affronter la Belgique en finale. Une seule interrogation en fin de compte : qui sera le 4e homme ?

Tsonga, le leader naturel

C'est qui le papa ? Yannick Noah ne comptait plus sur lui cette saison, finalement il a été l'homme du week-end lillois. S'il ne le criera pas sur tous les toits, Jo-Wilfried Tsonga a été le principal artisan de la qualification pour la finale de Coupe Davis. Et sera le pilier de l'équipe de France pour la finale, s'il le peut. Sans un Jo au top de sa forme, les Bleus ont perdu les deux dernières disputées en 2010 en Serbie (forfait sur blessure) et 2014 face à la Suisse (sorti sur blessure). Nul doute que le capitaine tricolore se dit qu'avec lui, le trophée sera davantage à la portée des Bleus.

Alors que Lucas Pouille s'est fait rattraper par la trouille, le numéro un français a tenu la baraque avec brio. Non sans tanguer quelque peu... mais il a eu le mérite de ne pas flancher. Ça, Noah n'est près de l'oublier. Le capitaine sait également que le Manceau est le joueur de référence actuel de l'équipe dans cette compétition et qu'il sera capable de la porter à bout de bras si elle en a besoin. Il l'a déjà fait auparavant et ne demande désormais que de le refaire en finale. Après deux ratés, le moment semble parfait. Pour lui, pour Noah, pour l'équipe. Le tout en total symbiose.

Herbert/Mahut, la paire incontestable

En place depuis le quart de finale 2016 contre la République tchèque, Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert ont les clés du double entre leurs mains. Les deux compères se suivent depuis la saison 2015, ont remporté 10 titres ensemble, dont l'US Open, Wimbledon et 6 Masters 1000. Et leur complémentarité est une pierre précieuse dans cette équipe. Sauf coup dur, ils seront aussi de la partie.

Une paire de leur qualité a longtemps été ce qui manquait aux Bleus pour aller au bout de la compétition. Ce duo apporte une relative stabilité que l'équipe de France n'avait pas connue ces dernières années. Finies les infinies rotations et les duos formés pour l'occasion. Le chantier de Noah était d'installer une paire en Coupe Davis. Herbert et Mahut ont finalement émergé au meilleur moment. Là encore, ce n'est pas Noah qui s'en plaindra.

Pouille, la seule interrogation

En fin de compte, le seul point d'interrogation tournerait autour de la quatrième place de titulaire. Qui pour disputer les matches de simple au côté de Tsonga ? Cette saison, le capitaine a utilisé 5 joueurs différents dans des matches à enjeu pour cette campagne 2017 : Richard Gasquet et Gilles Simon contre le Japon au 1er tour, Jérémy Chardy et Lucas Pouille contre la Grande-Bretagne en quart de finale et Tsonga en plus du Nordiste en demi-finale face à la Serbie. De tout ce petit monde, c'est bien Lucas Pouille, 22e mondial et n°2 français, qui tient la corde. Mais...

Pouille, Tsonga, Noah - France - Coupe Davis 2017

Pouille, Tsonga, Noah - France - Coupe Davis 2017Getty Images

Jérémy Chardy ou Adrian Mannarino trouveraient-ils également grâce à ses yeux ? Cela semble aussi improbable que de revoir Gaël Monfils sous le maillot bleu. Le capitaine avait souligné que le Parisien ne reviendrait que s'il faisait preuve d'un état d'esprit irréprochable. Il n'est plus apparu en Coupe Davis depuis le 1er tour en 2016. Malgré ce coup de fil décontracté donné en pleine conférence de presse d'après-qualification, Noah semble ferme avec lui. Un retour en bleu serait une sacrée surprise, la saison de la Monf' restant plus frustrante qu'autre chose : de 7e mondial en début d'année, il pointe désormais à la 36e place. Mais avec Noah, tout est possible. Les places seront chères. Et les désirs de jouer de chacun durs à assouvir maintenant que le rêve est au bout de leur raquette...

0
0