Eurosport

La France éliminée par la Suisse (3-1) suite à la défaite de Pauline Parmentier

Le coup de poker Parmentier n'y aura rien changé : la campagne 2017 des Bleues est terminée
Par AFP

Le 12/02/2017 à 18:31Mis à jour Le 12/02/2017 à 22:42

FED CUP – L’équipe de France a été éliminée au premier tour par la Suisse (3-1) dimanche à Genève suite à la défaite de Pauline Parmentier, préférée au dernier moment à Alizé Cornet, face Belinda Bencic, 6-3, 6-4. Un match de barrages attend désormais les Bleues pour ne pas quitter l'élite.

L'équipe de France, finaliste sortante, a subi une élimination dès le premier tour de la Fed Cup après sa défaite 3-1 face à la Suisse, dimanche à Genève. La Suissesse Belinda Bencic, 81e joueuse mondiale, a apporté le point de la victoire à son camp en dominant 6-3, 6-4 Pauline Parmentier (64e) qui avait été préférée à Alizé Cornet (43e) pour le quatrième simple par le capitaine Yannick Noah.

Pauline Parmentier est d'abord revenue sur sa titularisation-suprise, qu'elle a apprise à midi, avant d'évoquer son match. "Alizé avait une petite douleur à une épaule", a-t-il expliqué. "Elle s'est testée à l'entraînement et c'était un peu juste. J'étais hyper contente de jouer. Cela faisait longtemps. J'ai dû m'adapter. Je suis rentrée à 2-1 contre nous, donc ce n'était pas un cadeau. Ce weekend, cela s'est joué à peu de choses. Nous étions arrivées à trois. On a fait avec les moyens du bord et nos forces. Ce n'était pas un weekend facile."

"Cela s'est bien passé avec le nouveau staff", a-t-elle ajouté. "Il faut du temps pour que tout le monde prenne ses marques. Les discours que Yannick tient me parlent. Il essaie de nous faire positiver. C'est assez complet et pas stressant avec lui."

Sans Garcia, ce n'est plus pareil

Plus tôt, la N.1 tricolore Kristina Mladenovic (31e) s'est inclinée en trois manches (7-6 (7/4), 4-6, 7-5) face à Timea Bacsinszky (16e).

Sans Caroline Garcia (25e), sa joueuse la mieux classée, forfait pour privilégier sa saison individuelle, la France n'aura donc pas réussi à se hisser dans le dernier carré pour la troisième année consécutive. Elle s'était arrêtée en demie en 2015 puis en finale en 2016 (battu par la République tchèque) sous le mandat de l'ex-capitaine Amélie Mauresmo qui avait quitté le poste au lendemain de la finale en raison de l'arrivée prochaine de son deuxième enfant.

Au lieu de jouer sa place pour une nouvelle finale les 22-23 avril contre le Bélarus, l'équipe de France disputera un match de barrages face à la Belgique, la Slovaquie, l'Ukraine ou la Russie, pour tenter de conserver sa place parmi l'élite.

Yannick Noah, qui avait conduit les Bleues vers leur premier sacre en 1997, n'aura donc pas vécu un retour heureux dix-neuf ans après son dernier match dirigée dans cette compétition.

Le capitaine à la double casquette, qui dirige aussi les Français en Coupe Davis, avait déjà subi une défaite, plus sévère (5-0), lors de son précédent match avec les Bleues. C'était déjà en Suisse mais en demi-finales et à Sion.

0
0