Panoramic

Novak Djokovic : "C’est comme ça et c’est tout"

Djokovic : "C’est comme ça et c’est tout"

Le 16/03/2017 à 03:22Mis à jour Le 16/03/2017 à 13:03

Novak Djokovic n’a pas voulu montrer la moindre pointe de regret, après son élimination en huitièmes de finale. Battu par Nick Kyrgios pour la deuxième fois en deux semaines, le Serbe a surtout voulu rendre hommage à son adversaire, qui ne lui a rien donné.

Deux semaines. Deux défaites face à Nick Kyrgios. Et pas grand-chose de rassurant depuis la sortie de route précoce incontrôlée à Melbourne, lors du dernier Open d’Australie. C’est sûr : Novak Djokovic n’a pas encore retrouvé son mojo. En tout cas, il ne l’avait pas avec lui à Indian Wells où il restait pourtant sur 19 victoires d’affilées et trois titres de rang.

Mercredi, le Serbe s’est incliné en deux manches face à l’imprévisible Australien (6-4, 7-6). Sans en faire une affaire. "Cette série est formidable et de toute évidence j'en suis très fier. Il fallait bien qu'elle s'achève un jour, a-t-il relativisé. Et malheureusement ce jour, c'était aujourd'hui. Nick, comme il l'a fait à Acapulco il y a deux semaines, a tellement bien servi. Je n'arrivais pas à relancer souvent, ni ses premières ni ses deuxièmes balles. C'est ce qui a fait la différence".

Novak Djokovic

Novak DjokovicAFP

" Je ne me cherche pas d'excuses"

Beau joueur, Novak Djokovic a surtout tenu à parler de son bourreau qui est en train, enfin, de gagner en consistance tennistique. Et plus qu’une défaite de sa part, le numéro 2 mondial a surtout tenu à souligner que c’est son adversaire qui avait gagné le duel. "Il a un style de jeu très agressif, il tente tout, première et deuxième balle, et ça le rend très dur à jouer. De toute évidence, il est capable de réaliser de très belles choses, et cela, on le lui prédisait déjà depuis quelques années, a-t-il analysé. Il n'a pas de résultats très constants, mais il est en train de se rapprocher du top 10. Il a réussi l'an dernier sa meilleure saison, donc les choses sont en train de se mettre en place pour lui. Il a un super tennis qui devrait pouvoir l'amener dans le top 10 ou le top 5, mais tout dépend encore de lui et de son degré de détermination".

Son seul motif d’agacement - retenu -, la programmation : Novak Djokovic avait disputé son 16e de finale face à Juan Manuel Del Potro en nocturne et il a dû enchainer en diurne le lendemain. Pas l’idéal. Mais pas de quoi en faire un fromage. Pas plus que sur le tableau, qui était plus que chargé de son côté. "Sincèrement, je ne veux pas regarder derrière moi et imaginer ce qu'auraient pu être les choses si j'avais eu un tableau différent. Bien sûr, j'aurais pu avoir un tableau plus facile, mais je ne me cherche pas d'excuses. C'est comme ça et c'est tout". Il est déjà temps de se tourner vers Miami où le Djoker s’est déjà imposé à six reprises et reste sur trois triomphes. Une série qui tient encore, celle-là.

Vidéo - Federer, Djokovic, Nadal... L'incroyable quart de tableau d'Indian Wells

00:55
0
0