2012 Miami Tsonga - AFP
 
Article
commentaires
Tennis > Masters Miami

Tsonga, des raisons d'espérer

Tsonga, des raisons d'espérer

Par Eurosport
Dernière mise à jour Le 28/03/2012 à 23:51 -
Par Eurosport - Le 28/03/2012 à 23:51
Jo-Wilfried Tsonga et Rafael Nadal s'affrontent pour une place en demi-finale du Masters 1000 de Miami, mercredi. Si l'Espagnol mène leurs face-à-face, le Français, qui peut consolider son rang dans le gratin mondial, reste sur deux victoires lors de leurs trois derniers affrontements. Alors...

Depuis trois jours, personne ne résiste à Jo-Wilfried Tsonga. Pas même le vent tournoyant ou les courts gondolés de Floride. Après le Belge Xavier Malisse, les Allemands Philipp Kohlschreiber et Florian Mayer sont tombés, eux-aussi, sous le joug de JWT, dernier représentant tricolore dans le tableau. Après trois premiers tours rondement menés, le Manceau s'attaque à un joueur d'un tout autre calibre en quart de finale ce mercredi : Rafael Nadal.

Mardi, Tsonga a obtenu le droit de défier l'ogre espagnol, vainqueur appliqué du Japonais Kei Nishikori (6-4, 6-4). Cette nouvelle opposition sera la dixième entre les deux hommes. A ce jour, le Majorquin, qui ne s'est jamais imposé à Miami, domine les débats, avec six succès pour trois revers. Mais le sixième joueur mondial, qui reste sur deux victoires face à Nadal lors de leurs trois dernières confrontations, a des raisons d'y croire. Face à Mayer, dominé en moins d'une heure, Tsonga n'a pas signé le match de sa vie. Mais le Français, qui s'est appuyé sur un très bon service (aucune balle de break à sauver), a regagné les vestiaires avec des certitudes : "Ce n'était pas du grand tennis mais j'étais bien en jambes et je crois qu'il l'a un peu senti car il a vite baissé la garde".

Tsonga : "Je la connais l'histoire"

Eurosport

En cas de qualification pour les demi-finales, JWT consolidera sa place dans le gratin du tennis mondial. On n'en est pas encore là. Le Français, qui n'a pas encore concédé le moindre set cette semaine, sait qu'une montagne l'attend en quart de finale : "Cela va être chaud. J'espère que ça va être un beau combat. C'est mon métier, c'est dans ces matches-là que je prends vraiment mon pied". L'opposition de style devrait valoir le coup d'oeil. "Moi je vais essayer d'avancer et lui va essayer de me faire jouer un coup de plus", prévoit-t-il. Face à Nishikori, Nadal a montré quelques signes de lassitude physique. Depuis Indian Wells, sa jambe gauche ne le laisse pas tranquille. De nouveau touché à la cuisse et contraint de se faire poser une bande sous le genou qui le gêne depuis quelques jours, l'Espagnol a avoué ne pas être arrivé à Key Biscayne dans des "conditions parfaites". On ne la fait pas à Tsonga, qui s'en amuse : "Je la connais l'histoire. Il a l'air diminué mais (mercredi) il va courir partout."

Habitué au dernier carré - Nadal reste sur six demi-finales consécutives à Miami -, l'Espagnol aimerait (enfin) regoûter à la victoire. Celui qui n'a plus gagné en tournoi depuis son sixième sacre à Roland-Garros aura probablement en tête que Tsonga était sorti vainqueur de leur dernier affrontement à Londres, au Masters de Londres. Dans une mauvaise passe, le numéro deux mondial ? JWT n'y croit pas une seconde : "On dit qu'il est moins bien mais il est en finale à chaque fois, il est toujours là à la fin des tournois. Il continue de marquer les autres joueurs." Tsonga devra passer au-dessus de ça pour espérer poursuivre sa route. Il en est capable. Nadal est le premier à en avoir conscience.

LES FACE-A-FACE (*) :
Nadal mène 6-3

2011 - Masters Londres (poules - dur) : 7-6, 4-6, 6-3 pour Tsonga
2011 - Coupe Davis (demi-finale - terre battue) : 6-0, 6-2, 6-4 pour Nadal
2011 - Queen's (quart - gazon) : 6-7, 6-4, 6-1 pour Tsonga
2010 - Masters Miami (quart - dur) : 6-3, 6-2 pour Nadal
2009 - Masters Paris (quart - dur) : 7-5, 7-5 pour Nadal
2009 - Rotterdam (quart - dur) : 6-4, 6-7, 6-4 pour Nadal
2008 - Masters Indian Wells (huitième - dur) : 6-7, 7-6, 7-5 pour Nadal
2008 - Open d'Australie (demi-finale - dur) : 6-2, 6-3, 6-2 pour Tsonga
2007 - US Open (3e tour - dur) : 7-6, 6-2, 6-1