Panoramic

Open d’Australie : pour sa dernière participation, Lleyton Hewitt fait face à son histoire

Hewitt porte deux décennies d'histoire à lui seul

Mis à jourLe 19/01/2016 à 07:13

Publiéle 19/01/2016 à 00:18

Mis à jourLe 19/01/2016 à 07:13

Publiéle 19/01/2016 à 00:18

Article de Cyril Morin

OPEN D'AUSTRALIE – Ce lundi, Lleyton Hewitt pourrait disputer le dernier match de sa carrière. Pour son 20ème et dernier Open d'Australie, l'Australien affrontera son compatriote James Duckworth au premier tour. L'occasion de se pencher sur ses vingt participations précédentes, record en la matière.

"Come ooooooooooooooooooon". Le cri de Lleyton Hewitt, ancien numéro un mondial, arrêtera de résonner à la fin de cet Open d'Australie, version 2016. L’Australien a d’ores et déjà annoncé sa volonté de se retirer à l’issue du tournoi qu’il disputera pour la vingtième fois consécutive, record battu. La première fois, c'était en 1997 et il s'agit déjà d'un autre temps.

1997 : Lleyton Hewitt et les autres évènements

Car Lleyton Hewitt et l’Open d’Australie c’est une longue histoire. En 1997, à 15 ans, il participe donc à son premier tournoi du Grand Chelem. Au premier tour, il est sorti par l’Espagnol Sergi Bruguera mais débute une histoire qui ne s’arrêtera pas de sitôt. En 2016, son premier tour se nomme James Duckworth, 23 ans qui n’avait que 5 ans lorsque Lleyton Hewitt débutait dans le tournoi. Et si le doyen se qualifie, il croisera peut-être la route de David Ferrer qui pourrait faire office de bourreau au second tour.

En vingt participations consécutives, record battu, Lleyton Hewitt n’est jamais parvenu à remporter le tournoi australien, malgré une finale atteinte en 2005, où il s’était incliné devant Marat Safin. C'est d'ailleurs de loin son meilleur résultat dans le tournoi puisqu'autrement, il a échoué à six reprises en huitièmes de finale. C'est davantage à Wimbledon ou à l'US Open que l'Australien a brillé, là où il a signé ses deux victoires en Grand Chelem.

Un témoin de l'évolution du tennis

Mais si la retraite de Lleyton Hewitt est si significative, c'est aussi qu'il a connu les différentes ères du tennis mondial des vingt dernières années. Lorsqu'il débute, Pete Sampras est numéro un mondial et le meilleur Français se nomme Cédric Pioline. À force de victoires entre 1998 et 2002, il parvient à accrocher la première place mondiale. Tout ça, c'était avant Roger Federer. En 2004, alors qu'Hewitt a lâché le trône depuis un an, il s'empare de la première place ATP pour ne plus la lâcher. C'est déjà trop tard pour l'Australien qui ne peut que s'incliner devant le Suisse. Pourtant, entre les deux joueurs du même âge, c'est un respect sans borne qui s'affiche.

Lleyton Hewitt, c'est aussi un combattant, un guerrier de tous les instants avec un mental hors du commun. Et si certains peuvent s'énerver de le voir crier sur des points anodins, ce goût de la victoire n'est qu'à saluer.

Alors, dix-neuf ans après son premier Grand Chelem, Lleyton Hewitt peut se retourner tranquillement sur sa carrière de joueur avant d'épouser celle de coach. Nommé à la tête de l'équipe de Coupe Davis d'Australie en octobre dernier, il aura la charge de mener la nouvelle génération australienne, dont Nick Kyrgios, considéré comme son successeur, jusqu'au Saladier d'argent, comme cela fut le cas en 1999 et 2003. Avec d'autres cris d'encouragement, à n'en pas douter.


* La photo centrale de l'infographie date de 1998, date à laquelle les premières photos de Lleyton Hewitt, via l'agence Imago, sont disponibles.

Crédits Infographie :

Lleyton Hewitt : Imago

VHS : Flickr/CC/Ludo

Kirgios/ Clinton/Lady Di : AFP

Friends : Capture Warner Bros

Playstation : Capture Amazon

Nokia : Capture Nokia Company

0 commentaire
Vous lisez :